Année 2021

En s'enfonçant dans la forêt

 

Livre de Christine Delory-Momberger

L’ouvrage comprend deux livres qui se répondent et accompagnent, l’un avec des images, l’autre avec des mots, une immersion de l’auteure photographe dans les arcanes de la mémoire, à la recherche d’indices, de traces et de réminiscences de mondes perdus. Christine Delory-Momberger reprend sous cette forme un travail de fouille menée tout au long de ses travaux photographiques et l’ouvre à un dialogue hybride et fécond entre images et textes. Une fouille qui jamais ne cesse pour la photographe. Toujours le chemin va, et toujours il la ramène à cette terre des commencements. Terre secrète, voilée des brumes de l’oubli et plombée du silence des exils de sa famille. Lieu hors du temps, lieu de l’écart où affleurent des images, saisies dans la fugacité de leur passage. Des visages apparaissent, des corps se donnent, des mémoires se dessinent. Et toujours la photographe revient à cette terre houlée de réminiscences qui l’habitent. Les textes ne sont pas là pour commenter les images, ils suivent un chemin parallèle où les mots cherchent, guettent et affleurent l’inouï, l’inattendu, frayant ainsi un commencement d’histoire possible.

Le livre de photographies, composé de 28 images, donnent à voir à travers la progression de ses images, la force, la fragilité et la fugacité de ces réminiscences qui se glissent, émergent, disparaissent, tour à tour présentes dans une puissance d’évocation, vacillantes dans leur passage incertain ou enfouies dans les zones obscures de la mémoire. Les photographies réalisées en argentique sont scannées et retravaillées ensuite en numérique avec l’ajout de filtres de couleurs pour continuer ce travail de fouille du temps qui passe et qui ensevelit toute mémoire incertaine. C’est ainsi que l’on voit une même photographie réapparaître, plusieurs fois retravaillée et se présentant comme ayant subi des dégradations au niveau de la couleur et de la pigmentation ou, au contraire, ravivée, comme innervée par la force d’une réminiscence soudaine. Certaines autres images sont uniques, comme fixées par un souvenir plus vif.

Signature au stand SE 23 Arnaud Bizalion Editeur le 13 novembre 2021 / 16h-17h - Grand Palais éphémère, Champs de Mars - Place Joffre 75007 Paris

Et voici une courte vidéo qui donne un petit aperçu de mon voyage au coeur d'un intime houlé de réminiscences : https://youtu.be/RlbDmH3M3Yw 

Comptes de la vie ordinaire

 

Le n° 6 de la revue Monde Commun,  sur le thème « Comptes de la vie ordinaire », coordonné par Marie-Paule Hille, Martin Lamotte et Odile Macchi.

A travers une série d’ethnographies économiques, il donne à voir et à entendre des acteurs qui dans leur vie ordinaire s’inscrivent dans une économie de bouts de ficelle.

Quelles sont les astuces, les « tuyaux », les polyvalences, les ressources plus ou moins inattendues qui leur permettent de s’en sortir dans une existence matérielle très contrainte. A quoi tiennent-ils dans cette vie de débrouille ? Comment envisagent-ils l’avenir ? Comment parviennent-ils à s’insérer dans les interstices d’une société soumise ou non à une économie de marché ? Que rendent-ils visible de cette économie souvent qualifiée d’informelle et du rapport qu’ils entretiennent de façon plus ou moins distendue avec l’Etat ?

Ce numéro de Monde Commun s’intéresse ainsi aux comptes de la vie ordinaire, à la façon dont l’économie gouverne les relations sociales (qu’elles soient familiales, amicales ou de voisinages) et à la manière dont celles-ci se recomposent. Comment assurer la vie dans un cadre incertain de budget restreint, de pressions financières accrues ou de mobilité permanente ? Quelles stratégies de résistance, mais aussi parfois d’abandon, sont déployées ? Comment l’espace domestique est affecté par ces nécessités budgétaires ?

Le n° s’ouvre sur un Grand Entretien avec l’historien et sociologue Alain Cottereau, spécialiste de « l’ethnocomptabilité ».

Le Dossier est composé de quatre articles :

  • Eléonore Guillemot. « Ici, tu comprends, l’argent se rassemble ». Ethnographie des pérégrinations quotidiennes d’un colporteur de balais à Madagascar.
  • David Frati. Ethnographie des échanges d’alcool d’une sexagénaire déclassée dans le désert d’Arizona.
  • Virginie Milliot. Lutter contre le dénuement. Fragments de vie d’un chiffonnier à Paris au 21e siècle.
  • Léonore Gonzales. Au rythme de la marimba, au son de la radioTravail de rue et salariat des chauffeurs de bus à Mexico.

Le Cahier d’illustrations est réalisé par Emmanuel Gauvin (EMG) et s’intitule « compte tenu ».

Avec également, dans la rubrique Si loin, si proche :

  • Margalida Mulet Pascual. Ethnographie d’une économie de débrouille à Cuba. Le cas d’un élevage domestique de cochons à Monte.

Dans la rubrique Prise de parole :

  • S’approprier la comptabilité du temps, de l’argent, des distances, des quantités : une expérience d’autogestion dans l’écoconstruction. Entretien avec Alain Marcom.

Et dans la rubrique Faire de l’anthropologie :

  • Geneviève Pruvost. Ceci n’est pas une vie-mode d’emploi. De l’ethnocomptabilité en monde néo-paysan.

Le numéro est disponible en librairies et sur cairn https://www.cairn.info/revue-monde-commun-2021-1.htm

Visitez le blog de Monde Commun : des anthropologues dans la cité : https://mondecommun.hypotheses.org/

Le Capital ethnique - Contribution à une infra-politique des dominés

 

Livre de Béatrice MABILON-BONFILS & Massouma SYLLA 

Par-delà les discriminations ethniques que documente la recherche scientifique, cet ouvrage fait le pari de proposer le concept de capital ethnique à la discussion de la communauté scientifique. Comment le définir ? En quoi se distingue-t-il ou se combine-t-il des formes de capitaux définis par Bourdieu ? Est-il du même ordre cognitif ? En quoi, est-il heuristique ? Quels sont les enjeux méthodologiques de son utilisation ? Peut-on le tester sur des terrains empiriques ? Est-il même possible de le décliner théoriquement ? Peut-on le mobiliser dans plusieurs cadres théoriques ?

Le concept de capital ethnique que nous avons formalisé n’est pas une déclinaison des capitaux définis par Pierre Bourdieu. Il ne se réduit pas à une ressource investie dans des pratiques sociales et des interactions sociales. En tant que capital biographique, il participe à un habitus de résistance/solidarité.

-------

Béatrice MABILON-BONFILS est Sociologue Directrice du laboratoire BONHEURS (Bien-être, Organisations, Numérique, Habitabilité, Education, Universalité, Relation, Savoirs) EA 7517, de CY PARIS Université.

Massouma SYLLA est docteure en sciences de l’éducation et chercheure associée au laboratoire BONHEURS.

Narrativas (auto)biográficas no cinema

 

Dossier de la revue brésilienne Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)biográfica (v. 6 n. 18 - 2021)

Extrait de l'éditorial

"Imersos numa crise sanitária e política vivemos movimentos que negam as artes e diferentes formas de manifestações e representações da vida. Compreender as produções artísticas e suas diversas linguagens para a vida humana é fundamental para modos como manifestamos, presentamos e narramos a vida através da pintura, da música, do teatro, da literatura

e do cinema, mas também da preservação de equipamentos culturais múltiplos – museus, galerias, cinemas, teatros, parques, etc.

As narrativas e suas relações com a memória são potentes para preservação da história e da memória de uma sociedade, cuja arte e seus equipamentos exercem um papel central…."

Time and the Rhythms of Emancipatory Education (Temps et Rythmes d’une éducation

 

Livre de Michel Alhadeff-Jones

Présentation de l’ouvrage :

Time and the Rhythms of Emancipatory Education part du postulat qu'en repensant notre rapport au temps, on peut fondamentalement réimaginer la manière dont on conçoit l'éducation. Au-delà de la rhétorique contemporaine de l'accélération, de la vitesse, de l'urgence ou de la lenteur, cet ouvrage propose un cadre épistémologique, historique et théorique permettant de développer une réflexion critique sur la relation entre la manière dont on fait l'expérience du temps et une éducation à visée émancipatrice.  


En s'inspirant de contributions issues des théories du temps et du rythme, des théories de la complexité et des recherches en éducation, cet ouvrage interroge les dimensions temporelles et rythmiques de l'éducation et de la formation, de manière à (re)penser et à confronter les enjeux contemporains qui les traversent. Ce livre est organisé en trois parties. La première interroge la spécificité inhérente à l'étude du temps en sciences de l'éducation. La deuxième contextualise l'évolution des contraintes temporelles qui déterminent la manière dont l'éducation est institutionnalisée, organisée et vécue. La troisième partie interroge le sens d'une éducation émancipatrice dans un contexte d'aliénation temporelle.


Ce livre est le premier à offrir une vue d'ensemble des théories européennes et nord-américaines relatives aux idées de temps et de rythme dans les sciences de l'éducation. Il situe les enjeux qui traversent la didactique, l'élaboration de programmes scolaires, l'éducation artistique, la formation professionnelle, l'apprentissage tout au long de la vie et les politiques éducatives. Il s'adresse aux universitaires, chercheurs, étudiants et praticiens, intéressés par la philosophie, la sociologie et l'histoire de l'éducation, la psychologie, les théories de l'apprentissage et la formation d’adultes.

Cet ouvrage est disponible en différents formats (hardcover, paperback) et une version open-access est désormais téléchargeable à l’adresse suivante : 

https://doi.org/10.4324/9781315727899

Revista Internacional Educon

 

Une nouvelle revue en Portugais dont le numéro 1 est sorti en décembre 2020

Présentation :

O Grupo de Estudos e Pesquisa Educação e Contemporaneidade (CNPq/UFS) tem o prazer de propor uma nova realização: a Revista Internacional Educon. Já organizamos quatorze Colóquios Internacionais EDUCON, em que participaram grandes nomes da área (Novoa, Tardif, Vergnaud e muitos outros) e inúmeros jovens pesquisadores, a quem o Colóquio proporcionou a oportunidade de uma primeira apresentação de trabalho, com publicação nos Anais.

Por que esta Revista ? Por duas razões....

Présentation aussi en Anglais et Français

Les articles sont en Portugais et en Anglais

EXPÉRIENCES THÉÂTRALES ET RÉCITS DE SOI

 

Titre complet : EXPÉRIENCES THÉÂTRALES ET RÉCITS DE SOI - Une Université populaire sous confinement Covid-19

Livre de : Collectif Atelier UP-MC93 - Préface d’Hortense Archambault

Ce livre propose une réflexion collective sur le rapport au théâtre de plusieurs membres de l’Université populaire de Bobigny à la Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis (MC93). Il est le résultat du travail d’un atelier de récits de vie de spectateurs de théâtre créé au sein de cette Université populaire au début de l’année 2020, qui s’est très vite trouvé pris dans la tourmente de la pandémie de Covid-19. L’originalité de la conception de ce travail donne à penser que les Universités populaires et l’éducation populaire sont aptes à proposer des réflexions riches et impliquées, produites par un dispositif coopératif, simple et interactif, entièrement bénévole et gratuit.