Les nouveautés

La dernière Lettre publiée - n° 151 - 21/09/2017

Le 27è salon de la Revue - Paris

20/09/2017

Le 27e Salon de la revue prendra ses quartiers d’automne du 10 au 12 novembre prochains et retrouvera la Halle des Blancs-Manteaux, au 48 rue Vieille-du-Temple, Paris IVe.

La soirée d’ouverture, le vendredi 10 à 20h30, sera marquée par une intervention de Jean-Christophe Bailly qui nous dira son rapport aux revues dans un entretien avec Jean-Baptiste Para de la revue Europe. Puis les 2 jours suivants seront rythmés par plus d’une trentaine de rencontres aux formes et thématiques variés. Les derniers mots de cette édition seront dus à Olivier Rolin, invité d’Europe qui lui a consacré une livraison récente.

Plus de 30 nouveaux exposants – jeunes revues et nouveaux arrivants –parmi les 200 stands présents apporteront l’indispensable touche de découverte qui régénère l’intérêt du Salon pour ses visiteurs fidèles et qui sauront sans doute attirer de nouveaux curieux.

Du côté des partenariats, outre une implication renforcée de Cairn.info, nous avons souhaité développer une collaboration avec deux remarquables médias en ligne, Diacritik et En attendant Nadeau qui accompagneront en amont l’information et la promotion du Salon et proposeront une intervention commune. Quand le numérique se fait l’allié des revues papier…

Pour découvrir cette nouvelle édition en un clin d’œil, voici un AVANT-GOÛT de ce qui vous attend au Salon et dans ses alentours.  Plus que jamais le Salon débordera en amont (à partir du 21 septembre) et en aval (jusqu’aux 1er et 2 décembre) riche de 6 événements.

Les deux salles de rencontres porteront les noms de deux amis des revues récemment disparus : Christiane Tricoit et Bernard Hoepffner. Une nouvelle fois, elles proposeront des animations en continu.

Le programme désormais complet – accompagné d’un petit éditorial, des revues présentes et de l’ensemble de notre autres rendez-vous – est à feuilleter ICI...

La formation dans l’enseignement des arts vivants en Europe

20/09/2017

Le 20 octobre 2017 à l'Université de Nantes - Salle T229, bâtiment Tertre - Chemin de la Censive du Tertre - Tramway L2 - direction Orvault Grand Val - Arrêt Facultés 

Le Centre de Recherche en Éducation de Nantes (CREN) organise une journée d’études sur "La formation dans l’enseignement des arts vivants en Europe" qui se déroulera le vendredi 20 octobre 2017 à l'université de Nantes, bâtiment Tertre (salle T229) de 9H30 à 17H00.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre du programme de recherche international « Transmission de l’art et production artistique » du projet interdisciplinaire AMICAE° (Analyse des Médiations Innovantes de la Culture et de l’Art pour une Europe Ouverte) et en collaboration avec l’Institut d’études européennes et globales ALLIANCE-EUROPA.

Notre rapport à la langue – Cultures linguistiques en France et en Allemagne ...

18/09/2017

Titre complet : Notre rapport à la langue – Cultures linguistiques en France et en Allemagne : Différences, contacts, passages

Le 09/10/2017 - 09:00 - 16:00 -Haus des Buches, Braubachstraße 16, 60311 Frankfurt am Main

Conférence organisée par la Fondation Polytechnique à Francfort, le Commissariat général « Francfort en français » et l‘Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA/ SHS) en collaboration avec le Börsenverein des Deutschen Buchhandels et dans le cadre de « Francfort en français – France invitée d'honneur de la Foire du livre de Francfort 2017 ». L’objectif de cette rencontre est de mettre en lumière, dans un premier temps, les différentes positions et représentations que l’on entretient en France et en Allemagne envers la langue nationale respective. On s’y intéressera en analysant les différentes histoires et formations de la langue dans les deux pays. Dans un deuxième temps, la place de la langue du partenaire sera abordée (le français en Allemagne et l’allemand en France). Seront identifiées enfin les lignes de contact entre les deux langues, telles qu’elles sont créées et entretenues par les médiateurs, ce qui ouvrira, pour conclure, sur une perspective commune.  

Titre complet : Unser Bezug zur Sprache – Sprachkultur in Frankreich und Deutschland : Unters chiede, Berührungen, Grenzgänge

Montag, 9. Oktober 2017, Haus des Buches, Braubachstraße 16, 60311 Frankfurt am Main

Eine Veranstaltung der Stiftung Polytechnische Gesellschaft, des Organisationskomitees „Frankfurt auf Französisch“ und des Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales (IFRA/SHS) in Zusammenarbeit mit dem Börsenverein des Deutschen Buchhandels und im Rahmen von Frankfurt auf Französisch – Frankreich , Ehrengast der Frankfurter Buchmesse 2017.

Das Kolloquium will in einem ersten Schritt die unterschiedlichen Sprachkulturen in Deutschland und Frankreich verdeutlichen. Diese sind vor allem Ergebnis der Sprachgeschichte. In einem zweiten Schritt wird die Stellung der Partnersprache (des Deutschen im Französischen und des Französischen im Deutschen) untersucht. Schließlich werden die Verbindungslinien zwischen beiden Sprachkulturen durch Grenzgänger und Grenzgänge verdeutlicht, wodurch sich eine gemeinsame Zukunftsperspektive eröffnet.

 

La recherche, la formation, les politiques et les pratiques en éducation ...

18/09/2017

Titre complet : La recherche, la formation, les politiques et les pratiques en éducation - 30 ans d'AFIRSE (Association francophone internationale de recherche scientifique en éducation) au Portugal

Les 1, 2 et 3 février 2018 à Lisbonne

Il s’agit d’un colloque destiné à célébrer trente ans de colloques et de congrès dans le cadre des initiatives de l’AFIRSE internationale dont le premier événement remonte à 1988. Ainsi le XXVe Colloque est-il ouvert à tous les sujets de l’histoire de l’AFIRSE au Portugal, lesquels sont évidemment les grands sujets de l’éducation. En même temps, cet événement sera le moment de faire le bilan des travaux de ces années et de célébrer la contribution de l’AFIRSE au développement de l’éducation au Portugal et de célébrer aussi la contribution des pays qui nous donnent l’honneur d’y participer.
Dans ce vaste cadre conceptuel, le XXVe Colloque comprend également un débat sur l’enseignement supérieur dans le domaine des sciences de l’éducation, avec la participation de représentants des universités publiques portugaises.

Art & extériorité

08/09/2017

Livre sous la direction de François Soulages & Gilles Picarel

Et s’il n’y avait pas le monde, mais l’immonde, pas le cosmos, mais le non-cosmos, pas l’univers, mais le pluri-vers ? Et s’il était impossible de statuer, de décider ? Et si cette antinomie de la raison pure avait comme nom extériorité ?
Peut-on dissocier philosophie et art dans cette confrontation à l’extériorité ? L’art, face à l’extériorité, ne donne pas des réponses, mais pose des questions, des interrogations, des problèmes ; et c’est bien. Si, dans son corps à corps avec l’extériorité, plutôt que dans son face-à-face, l’art nous offre une éclaircie, on comprend alors mieux ce que peut être l’art : la lutte pour, avec et contre l’extériorité.
Voilà ce qu’explore et exploite notre recherche sur art et extériorité, sur leurs rapports et leurs apports. Car cette recherche enrichit l’art et le concept d’art, mais aussi le concept d’extériorité et l’extériorité elle-même ; tel est du moins son but : mieux comprendre art, extériorité et leur interaction constitutive.

Art&ExterioriteArt&Exteriorite [871 Kb]

Photographie et extériorité

08/09/2017

Livre sous la direction de François Soulages & Gilles Picarel

Qu’est-ce que l’extériorité ? En quoi convoque-t-elle notre rapport au monde et notre obligation de penser ? Pourquoi l’être serait-il extériorité ? Autant de réflexions auxquelles sont confrontés les philosophes et tout homme, et en particulier les artistes qui peuvent mettre au cœur de leurs pratiques cette interrogation. Et tout spécialement les photographes. Car qu’en est-il des relations qu’entretiennent avec l’extériorité la photographie sans-art et les photographies faites dans un horizon de l’art ?
Cela nous apprend-il quelque chose de plus sur l’extériorité ? Ou sur la photographie ? En tout cas, la problématique de l’extériorité nous oblige à repenser les liens que la photographie peut nouer avec l’invisible et le visible, avec l’étrangeté et l’altérité qui est radicalement différente de l’extériorité, avec la distance et la proximité, avec la transparence et l’obstacle, etc.

.

Le 86è congrès de l'ACFAS

03/09/2017

Le 86e congrès de l’ACFAS (Association francophone pour le savoir), du 7 au 11 mai 2018, est placé sous le thème de la pensée libre, valeur cardinale de la recherche scientifique. « Du savant comme du poète, c’est la pensée désintéressée qu’on l’on entend honorer ici », écrivait Saint-John Perse, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1960. La pensée libre et désintéressée reflète un engagement absolu et dévoué dans la recherche, elle unit les membres de la communauté scientifique dans une même volonté de rigueur, de documentation, de diffusion de la connaissance. Partageable, cette pensée est sociale, interdisciplinaire, pluridicisplinaire ; elle informe, elle exprime des idées, elle manie des données, elle expose des faits ; elle se fait invention, image, théorie, représentation, hypothèse, conscience, perception, réflexion, concept ; elle prend position pour le savoir et dans le monde. En mai 2018 à l’UQAC, la pensée libre sera communication dans tous les sens du terme.

Le congrès annuel de l'ACFAS le plus important rassemblement multidisciplinaire du savoir et de la recherche de la francophonie, accueille des milliers de chercheurs et d’utilisateurs de la recherche provenant d’une trentaine de pays.

Depuis 1933, la communauté scientifique francophone profite de ce rendez-vous pour présenter ses plus récents travaux, connaître les derniers développements en recherche, débattre de questions d'actualité et échanger des idées avec des collègues, des associations et des groupes participants. Ce cadre stimulant est propice au partage de nouveaux savoirs qui donnent aujourd’hui sa forme au monde dans lequel nous vivrons demain.

La dernière Lettre publiée - n° 150 - 02/09/2017

Une rentrée... sans réforme

01/09/2017

Une nouvelle revue - Le n° 1 – septembre 2017

Le Magazine de l’éducation est édité par la plateforme TECHEDULAB de l’université de Cergy-Pontoise, il s’adresse aux professionnels, décideurs des politiques de l’éducation mais aussi à qui veut comprendre les faits éducatifs.  

« La réforme de l’école est une sorte de marronnier médiatique. A partir de sondages et d’interventions d’experts, on forge une représentation de l’école très paradoxale. Les adultes ne voudraient pas vraiment que ce qu’ils ont eux-mêmes connu soit bouleversé. Cette dernière année, la polémique à propos de l’évolution des programmes,

qui instaure le prédicat en lieu et place des désignations ancestrales des compléments du verbe dans une phrase en a encore apporté la démonstration, avec un art consommé de la gourmandise médiatique à simplifier les sujets et à opposer les gens.

Les parents et usagers se déclarent très insatisfaits de l’école selon sondage de La Croix/BVA de janvier 2017 (https://lc.cx/cXsF).  L'école est traversée par des tensions entre une école que l’on voudrait voir en phase… »


Sommaire

  • Peut-on réformer l'école ?
  • Les rythmes scolaires : de la science à l'idéologie
  • Témoignage d'une professeure d'école : des écoles à la carte
  • Ne pas faucher les EPI...
  • L'éducation au bonheur, un horizon pour l'école ?
  • Apprendre à être heureux : un chantier inex- ploré de l’éducation nationale
  • Stress et burnout à l’école
  • Du décrochage à la persévérance scolaire et au bien-être à l’école

 

Télécharger le numéro 1 :

Le Magazine de l'éducation N°1 - Septembre 2017 (6.4 MB)

Tendre les bras au-dessus des abîmes

31/08/2017

Une exposition de photos de Christine Delory-Momberger du 17 au 22 octobre 2017, Galerie B&B, 6 bis rue des Récollets - 75010 Paris - du mardi au vendredi de 15h à 20h, samedi de 10h à 20h et dimanche de 10h à 18h

Présentation :

« Cette série, envisagée comme une archéologie de soi par l’image, fait se rejoindre histoire personnelle, histoire familiale et histoire collective à travers quatre générations.

Elle part d’une photographie de famille retrouvée que j’interroge pour donner vie aux personnages de l’image. Pour cela, je fais de mon appareil photographique l’instrument d’un travail de fouille en explorant de façon répétée des parties des images. Les nouvelles images produites s’inscrivent ainsi dans l’actualité d’une expérience qui provoque l’émergence de souvenirs oubliés, d’associations inattendues, d’agencements avec des photographies actuelles. Les images qui émergent deviennent chacune à leur tour et toutes ensemble des éléments tangibles d’une histoire que viennent traverser des fantômes du passé, la signant d’une saignée de l’âme. » Christine Delory-Momberger

 

Rencontre avec Christine Delory-Momberger en conversation avec Gérard Gromer «Quand l’image fait mémoire» - Jeudi 19 octobre, à 19h

Elle est retrouvée ! Qui ? L’Europe

31/08/2017

Etat d'alerte de Gérard Gromer

Griffonnées à la hâte, sans trop réfléchir, en marge, et dans le plus grand désordre, ces quelques observations, réflexions, citations, parenthèses restées ouvertes… Déjà elles appellent une suite…

Le jour se lève

Après l’annus horribilis de 2016, Trump, Brexit, etc., on croyait qu’il n’y aurait plus de saison…

Des Français mécontents, en colère, quadra, octogénaires, garçons et filles de 28 ans : ils attendent quelque chose qui toujours ne vient pas.

Et c’est le grand ciel bleu. Le printemps français. Le joli mois de mai.

Le vent se lève. Mais oui, puisque nous sommes faits pour bien respirer. De l’air !

« Sans trop savoir où ça allait, le mouvement, tout ça », ...

Accueillir Etre accueilli

26/08/2017

La revue Le sujet dans la Cité, Revue internationale de recherche biographique sera présente au Salon de la Revue, le 10-12 novembre 2017.


Elle y organise une table ronde le 12 novembre de 12:30 - 13:30, Espace Des Blancs Manteaux 75004 -48 Rue Vieille Du Temple, 75004 Paris 

La question de l’accueil interroge la capacité des sociétés et des individus à faire place parmi eux à des personnes et à des groupes « étrangers ». Le phénomène migratoire cristallise, dans le domaine sociétal et politique comme dans le domaine éthique et éducatif, la question du rapport de soi à l’autre et de l’autre à soi telle que ne cessent de la poser toutes les formes de « différence », d’« étrangéité », de « subalternité » : celles de la culture, de la religion, celles du sexe et du genre, celles de la santé et de la maladie, celles du travail et du domicile. Dans la suite de son dernier numéro, la revue Le sujet dans la Cité propose une table ronde autour de ce qui s’engage, pour l’accueilli et pour l’accueillant, dans quelques-unes de ces « scènes de l’accueil ».

Modération
Christine Delory-Momberger
Intervenants
Christiane Vollaire, Philosophe, membre du comité de rédaction des revues Politiques et Chimères, collaboratrice au programme Non-lieux de l’exil (EHESS-Inalco)
Sofiane Sahoui. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité
Izabel Galvao. Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité

Entrée libre

Réflexions sur le temps et les rythmes de l’éducation

25/08/2017

Michel Alhadeff-Jones

Au début de cet été 2017, j’ai eu le privilège de partager certaines de mes réflexions sur le temps et les rythmes de l’éducation, en tant que conférencier invité à deux rencontres scientifiques, respectivement à l’Université de Columbia (USA) et à l’Université de Fribourg (Suisse).

Les enregistrements vidéos de ces deux conférences sont désormais disponibles en ligne. Pour les visionner, vous pouvez suivre les liens ci-dessous.

Temporal Complexity in adult life and transformative learning (en anglais)

Second Annual Jack Mezirow Annual Lecture, organized at Teachers College, Columbia University

http://alhadeffjones.com/autoethnography-of-a-rhythmanalyst/2017/8/24/temporal-complexity-in-adult-life-and-transformative-learning-second-annual-jack-mezirow-lecture-at-teachers-college

Revisiter les rythmes de l’éducation et de la formation dans une perspective critique

Conférence introductive du Congrès 2017 de la Société Suisse pour la Recherche en Education

http://alhadeffjones.com/autoethnography-of-a-rhythmanalyst/2017/8/24/revisiter-les-rythmes-de-lducation-et-de-la-formation-dans-une-perspective-critique

Ces enregistrements sont désormais accessibles via mon blog Autoethnography of a rhythmanalyst. Je vous invite à parcourir les réflexions qui y sont publiées et à poster vos commentaires ou vos questions (en français ou en anglais):

http://alhadeffjones.com/blog-autoethnography-of-a-rhythmanalyst/

« La France peut accueillir toute l'hospitalité du monde »

25/08/2017

Appel du PEROU (Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines) en faveur de l'accueil des réfugiés

"En ce moment même, de Nice à Calais, de Paris à Bayonne, de Marseille à Cherbourg, se transmettent des gestes d'hospitalité qu'aucune procédure judiciaire ne saurait contenir. Aujourd'hui en France, d'innombrables citoyennes et citoyens inventent un quotidien habitable aux exilés du monde entier, ringardisant déjà et enrayant bientôt tous les plans de tri, contrôle, expulsion, destruction, placement, déplacement. Une loi L 622-1 dispose encore que « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d'un étranger en France sera punie d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30 000 euros. ». Des égarés la tiennent pour lisible, s'éreintant à menacer, et pourquoi pas embastiller, un paysan pour des actes dont l'histoire retiendra qu'ils étaient justes. Leurs vétustes appareils policiers juguleraient ainsi des déferlements de migrants. Tout ce vieux monde pliera sous un débordement d'hospitalité, puisque c'est d'humanité qu'il s'agit, permettant à la France de prétendre au 21e siècle enfin..."

"Ecrire pour se former et entrer en recherche"

22/08/2017

Le 6/09/2017, de 19h00 à 21h00, à l'Espace Harmattan - 21 bis rue des Ecoles (M° Maubert Mutualité), 75005, Paris, France - tel. 01 43 29 49 42

Lecture, signature et table ronde : Anne Dizerbo, l'auteure, présentera son livre "ÉCRIRE POUR SE FORMER ET ENTRER EN RECHERCHE".

Lors de la table-ronde interviendra entre autres l’auteure de la préface, Béatrice Mabilon-Bonfils. Echange avec le public autour de la pratique du journal de recherche, de l’entrée en recherche, de la manière d’aborder un terrain, etc.

Entrée libre

[fiche du livre]

Une conférence internationale pour le 100è anniversaire du "Paysan Polonais..."

19/08/2017

Du 9 au 11 mai 2018 à l'université de Wroclaw en Pologne

Pour célébrer le 100è anniversaire de l'édition du "Paysan polonais en Europe et en Amérique" (livre de Florian Znaniecki et William Thomas), cette conférence internationale veut démontrer les vitalités des approches biographiques de 1918 à nos jours.

À quoi sert (encore) le travail social ?

19/08/2017

Le 31 août et 1 septembre 2017 à Lausanne

À quoi sert (encore) le travail social ? Actualités et enjeux Après les journées d’études consacrées à la pensée de Robert Castel en 2015 et à la souffrance au travail dans les institutions sociales en 2016, cette 3 ème rencontre réflexive organisée par le Pôle Autonome en Recherche Sociale – PARS porte sur le sens et l’imaginaire du travail social au 21 ème siècle.
« A quoi sert encore le travail social ? » est une question qui habite beaucoup de travailleurs sociaux. Le travail social serait-il sur le point de
perdre son sens ? De devenir trop gestionnaire et utilitariste au risque de perdre ses fonctions d’émancipation et de solidarité ?
Ce colloque souhaite, à partir de la revue Esprit de 1972 intitulée « Pourquoi le travail social ? », et celle de 1998 consacrée à la question « A quoi sert le travail social ? », contribuer à réactualiser les représentations et les enjeux liés aux transformations des sociétés occidentales qui
impactent sur les choix politiques en termes de protection et de justice sociale à l’égard des plus vulnérables.
Pour cela, nous proposons de revenir à la fois sur les fondamentaux qui constituent le travail social et sur l’imaginaire qui le porte. Nous interrogerons des spécialistes de la théorie du travail social, puis confronterons et mutualiserons les points de vue sur le travail social et son devenir au travers d’ateliers avec des praticiens et praticiennes du terrain.

We Dream Under the Same Sky

19/08/2017

Du 16 au 21 septembre 2017, WE DREAM UNDER THE SAME SKY organise une semaine de programmation culturelle accessible à tous au Palais de Tokyo : rencontres avec les 5 associations bénéficiaires, programmation de tables rondes quotidiennes, projections, performances et exposition des œuvres offertes par plus de 25 artistes contemporains internationaux.

Les œuvres exposées au Palais de Tokyo seront proposées lors d’une vente aux enchères en collaboration avec Christie’s à la Galerie Azzedine Alaïa. L’ensemble des fonds sera reversé à cinq associations (Anafé, La Cimade, Centre Primo Levi, Migreurop, Thot) qui accueillent, orientent, accompagnent et soignent les personnes migrantes et réfugiées dès leur arrivée en France.

WE DREAM UNDER THE SAME SKY a donc une double vocation : sensibiliser le grand public à la situation et aux droits des migrants et des réfugiés, et lever des fonds destinés à financer cinq associations reconnues, complémentaires et actives au quotidien sur le terrain.

Le titre WE DREAM UNDER THE SAME SKY est une référence à l’œuvre éponyme de Rirkrit Tiravanija réalisée pour l’événement.

"Afrique-Europe, les effets du colonialisme"

19/08/2017

L’Université d’été européenne des mouvements sociaux ouvre ses portes ce mercredi 23 août 2017 à Toulouse et jusqu’au dimanche 27 août. Près de 1 500 participant·e·s sont attendu·e·s, dont plusieurs centaines venu·e·s d’autres pays d’Europe et du monde.

Objectif :

Faire le lien entre les modalités du colonialisme actuel en Afrique et le sort réservé en Europe aux populations issues de l’immigration. Trois volets : le franc CFA et ses relations avec l’euro, les APE/ALE et leur suivi depuis 2014, antiracisme et anti-islamophobie : état des lieux, quelles luttes et quelles mobilisations solidaires ?

Organisation :

  • Attac Allemagne
  • Bristol Muslim Cultural Society (BMCS)
  • CL Attac Toulouse
  • CADTM
  • FUIQP
  • PIR
  • collectif Vérité et justice pour Ali Ziri

La dernière Lettre publiée - n° 149 - 01/07/2017

La recherche biographique

21/06/2017

Titre : La recherche biographique : quels savoirs pour quelle puissance d’agir ?

Présentation et sommaire du numéro 6 d'ACTUELS, à paraître en juillet 2017

Lire, une expérience de la vie

12/06/2017

En préparation pour novembre 2017 - Coordination Valérie Melin

Présentation 

À l’heure où l’audio-visuel et le virtuel prennent de plus en plus de place dans l’expérience que les individus se font du monde et dans la construction de leur rapport avec eux-mêmes, où l’urgence du faire tend à supplanter la nécessité de l’intériorisation, et dans un contexte où l’apprentissage scolaire de la lecture, dans un souci exorbitant du texte, l’envisage le plus souvent comme un moment dissocié de l’existence ordinaire et de ses enjeux [1], qu’advient-il du « lire » et du « sujet lecteur », en quoi cette activité participe-t-elle de la vie ? Lire en tant qu’expérience de la vie invite à ne plus considérer la lecture comme une simple parenthèse mais dans sa dynamique d’emboîtement avec l’existence qui permet de la penser comme un processus de subjectivation spécifique, difficile à cerner, difficile à nommer mais pourtant si anthropologiquement fondateur. Citant Martha Nussbaum, Sandra Laugier revendique « de poser à un texte littéraire des questions concernant la façon dont nous pourrions vivre, en traitant l’œuvre comme une œuvre qui s’adresse aux intérêts et aux besoins pratiques du lecteur, et comme portant dans un certain sens sur nos vies [2] ». Il suffit pour s’en convaincre d’évoquer les expériences décisives de lecture qui ont marqué les grands auteurs et dont la narration est l’écho d’un vécu universellement partagé. Cet emboîtement « tient à la façon dont on est d’accord pour laisser agir des phrases, laisser agir des formes, les laisser errer à l’intérieur de nous quand on ne sait pas ce qu’on veut le leur laisser faire [3] ». La lecture suppose « un corps à corps permanent entre le lecteur et ses autres que sont les livres ...

 

[1] Voir Tzvetan Todorov, La littérature en péril, Paris, Flammarion, 2007 ; et plus récemment Hélène Merlin-Kajman, Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Paris, Gallimard, 2016.

[2] Sandra Laugier, « Littérature, philosophie, morale », Fabula-LhT, n° 1, « Les philosophes lecteurs », février 2006, URL : http://www.fabula.org/lht/1/laugier.html

[3] Extrait de l’émission « Nouvelles vagues » sur France Culture, en date du 14 mars 2016 : « La lecture comme forme de vie », entretien avec Marielle Macé autour de son livre Façons de lire, manières d’être aux éditions Gallimard, 2011

Présentation08Présentation08 [444 Kb]

Dictionnaire de l’Autobiographie. ÉCRITURES DE SOI DE LANGUE FRANÇAISE.

10/05/2017

Livre sous la direction de Françoise Simonet-Tenant

Ce dictionnaire répond à une triple volonté : il entend d’abord établir le bilan de plusieurs décennies de réflexion théorique, plus de quarante ans après la parution du Pacte autobiographique (1975) de Philippe Lejeune. Il vise ensuite à cartographier un champ de recherches dont l’extension est souvent mal comprise : l’autobiographie au sens strict, mais également, et plus globalement, les écritures de soi. À un moment où la médiatisation de l’autofiction brouille les frontières entre fiction et non-fiction, il semble important de décrire les spécificités du champ non fictionnel et de se demander si l’écriture autobiographique est un modèle d’écriture identifiable à quelques traits précis ou un registre qui transcende les frontières génériques. Enfin, ce dictionnaire souhaite féconder un nouvel élan théorique. Il dépasse une vulgate promue par l’institution scolaire et universitaire, constituée en canon, ne se limite pas aux seuls corpus consacrés mais s’intéresse également à des auteurs méconnus, voire aux écritures ordinaires. Derrière le succès de l’autobiographie se cache une diversité de pratiques et de genres ayant en commun l’écriture à la première personne, qui connaissent des fortunes variables mais ne cessent de se nourrir réciproquement : Mémoires, souvenirs, témoignages, journaux personnels, correspondances intimes, chroniques… Il s’agit de désenclaver l’autobiographie en la réinscrivant dans une large continuité historique et au sein de l’espace francophone ; les écritures de soi, souvent réduites à leur seule prétention à calquer le monde, sont aussi des supports essentiels au renouvellement de la création littéraire.

La dernière Lettre publiée - n° 148 -10/06/2017

Des apprentissages tout au long de la vie

08/06/2017

Le 5è forum se tiendra les 27, 28 et 29 septembre 2017 à Madrid

Le Comité mondial pour les apprentissages tout au long de la vie (CMA) organise les 27, 28, 29 septembre 2017 au Campus UNED de Madrid (Espagne) le 5ème Forum mondial des apprentissages tout au long de la vie en collaboration avec l’Université Nationale d’Éducation à Distance (UNED), en partenariat avec l’UNESCO Institute for Lifelong Learning (UIL),    l’International Council for Adult Education ICAE), l’UNESCO-Unevoc ( Hong Kong), l’Organización de Estados Iberoamericanos (OEI) et avec le soutien de Centre Inffo (France). Ce 5ème forum mondial est dirigé par Marlena Bouche, Expert Consultante Internationale et Déléguée générale du CMA.

La dernière Lettre publiée - n° 147 -29/05/2017

De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps

 26/05/2017

Livre de Babels (collectif)

De Lesbos à Calais une myriade de lieux de mise à l’écart émaille les parcours des migrants. Entre bidonvilles, campements, centres de rétention et hotspots, l’encampement transforme les frontières en des espaces de vie et de mise en attente. Le retour des camps en Europe marque un tournant, et nous alerte sur une crise de l’hospitalité qui fait du provisoire et de la mise à l’écart les seules manières de penser la gestion des migrations contemporaines.

Cette étude consacrée à la question des camps comme nouvelle forme de dispositifs d’accueil d’urgence en Europe interroge le rôle de ces structures de contrôle des flux et des personnes sur le continent. À travers des enquêtes de terrain, des témoignages et quelques illustrations, elle couvre un large champ, depuis l’impact des camps sur les parcours de vie des migrants jusqu’à la manne financière qu’ils représentent pour nombre de sociétés privées en Europe....

DeLesbosACalaisDeLesbosACalais [212 Kb]

La mort aux frontières de l'Europe - Retrouver, identifier, commémorer

26/05/2017

Livre de Babels (collectif)

Mourir en tentant de rejoindre l’Europe est le sort de très nombreux migrants. Ces morts, questionnent autant les sociétés qui les reçoivent que les sociétés de départ, qui doivent composer avec leurs disparus. À travers l’identification des corps, les hommages rendus, et les récits qu’en font les migrants eux-mêmes, ces morts exposent toute la violence des frontières européennes. Dans cette étude, la question de la mort aux frontières de l'Europe est envisagée tant du point de vue institutionnel et géopolitique que de celui, plus incarné, des individus qu’elle affecte plus ou moins directement. Huit témoignages personnels, présentés sous forme d’encadrés, permettent notamment de mesurer le rapport, complexe et souvent plein de sagesse et d’humour, que migrants et acteurs associatifs entretiennent avec cette dimension quotidienne de leur existence. Quelques illustrations, cartes et graphiques contribuent par ailleurs à faire connaître au lecteur la réalité de situations qu’il côtoit sans toujours le savoir....

Au sujet de la reconnaissance…

18/05/2017

Le 8 juin 2017 - Lieu : UCO/Faculté SHS  Angers – IPSA - Amphi Saint Anselme - 4 ème étage, fac Théologie

La reconnaissance mais surtout le déficit de reconnaissance sont au cœur des débats actuels dans de nombreuses sphères de la vie. Le psychologue s’en empare le plus souvent pour en dresser le constat sans toutefois en expliciter le processus. Et pourtant la reconnaissance est primordiale dans la vie de chacun, dans les différentes sphères où la personne, enfant ou adulte, s’investit : famille, travail, loisirs, activités personnelles et sociales, relations amicales, activités culturelles, sportives, citoyennes… Comment apprivoiser ce besoin de reconnaissance et surtout, parvenir à s'en libérer lorsqu'il devient un frein à l’épanouissement ? En quoi ce besoin de reconnaissance oriente-t-il nos vies et nos actions ? Pourquoi semble-t-il y avoir si peu de reconnaissance aujourd’hui dans le monde du travail ?

En psychologie sociale et du travail, la reconnaissance est un des piliers de l’estime de soi, ce qui en fait un objet d’étude central. Ce concept renvoie d’une part au sujet lui-même qui cherche à "être reconnu", qui a "besoin de reconnaissance", et d’autre part à autrui, car ce désir de reconnaissance s’adresse à l’autre, à celui qui peut ou qui veut nous reconnaître. La reconnaissance implique de fait une interaction entre sujets : être reconnu par l’autre nécessite la relation à l’autre, la réciprocité, le regard de l’autre sur soi, sur ce que la personne est et sur ce qu’elle veut bien laisser paraître de soi. Le besoin de reconnaissance est d’autant plus fort qu’il provient d’un autrui significatif (personne, institution, structure…). Celui-ci permet d’apporter une certaine valeur à la personne qu’elle reconnait, que cette valeur soit morale et/ou éthique, ou encore affective, sociale, culturelle ou hiérarchique.

Avec un autre regard et d’autres questionnements, complémentaires à ceux de la psychologie sociale, la psychologie clinique s’intéresse aussi à la question de la reconnaissance. Dans son absence ou ses insuffisances, telles qu’elles s’observent aujourd’hui dans certaines situations

Présentation du livre "Corps Tout-Monde"

La dernière lettre - n° 146 - 30/04/2017

Narrativas, arte e contemporaneidade

30/04/2017

Dossier  paru dans le numéro v. 2, n. 4 (2017) de la rvue brésilienne "Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)biográfica".

Visages de l'empathie en éducation

26/04/2017

Livre de Martine Janner-Raimondi

L'empathie, mais, quelle est-elle ? Une donnée anthropologique fondamentale de l’être humain, un levier d’éducation à la civilité, voire à l’humanité par delà les frontières nationales, une arme de stratégie persuasive, une compétence professionnelle nécessaire ? Dans le contexte actuel néolibéral, où logique gestionnaire et technocratique et « bio-pouvoir » usent de rhétoriques habiles à masquer son utilitarisme idéologique, il importe d’autant de chercher à comprendre le sens et les enjeux de l’empathie, à travers plusieurs auteurs et dans plusieurs champs disciplinaires, en privilégiant toutefois la philosophie. Il s’agit ensuite d’en repérer les contours à travers les visages de ceux qui la mettent en pratique, notamment dans le cadre des activités conduites pour accueillir un jeune enfant en situation de handicap. Enfin, il est question d’appréhender une théorisation des étapes du processus d’empathie visant à en approcher son opérationnalité in situ.

Des corps. Entre corps et psyché. Penser ce qui les agite.

26/04/2017

Livre de (Collectif)

Le corps, lieu premier de l’identité, lieu où la pensée va naître en relation avec l’environnement, participe à ce que l’on nomme le processus de psychisation du corps. Le corps vient dire la vie mais aussi le malaise, la souffrance, le défaut de pensée. Le soin va nécessairement passer par ce corps. À l’ITEP, lors de la rencontre, l’enfant, l’adolescent, montre dans et avec son corps le rapport qu’il entretient avec lui-même et avec son environnement. Les différents registres d’expression agis par le corps semblent peu accessibles au langage verbal. C’est pourtant souvent le biais par lequel chaque professionnel essaie d’accueillir ce qui est exprimé par l’enfant, afin de l’accompagner dans un travail de compréhension, et de repérage de ce qui l’agite. Que devient le corps, de quel corps disposent les enfants d’ITEP pour construire leur pensée ? Le réel revient en force sous la forme du recours au médicament, à la génétique, aux neurosciences. Les éléments fondamentaux de la construction psychique, l’espace et le temps, subissent une mutation radicale sous l’impulsion de la science et des technologies. Quel impact sur nos pratiques thérapeutiques, éducatives et pédagogiques ? Quelle place désormais pour nous adultes auprès des enfants et des adolescents ?

Écrire pour se former et entrer en recherche - Fragments d'un journal de Master

24/04/2017

Livre de Anne Dizerbo

Produit à partir d’extraits d’un journal tenu alors que l’auteure, professeure de français, prépare un master de sciences de l’éducation, cet ouvrage donne à voir un exemple de pratique diaristique s’inscrivant dans une double perspective de formation et d’entrée en recherche. Il livre les traces d’un cheminement rélexif relatant une appropriation singulière du cadre épistémologique et méthodologique de la recherche biographique en éducation. Les investigations de l’auteur concernent les acteurs de l’institution scolaire et, en particulier, les élèves, leur rapport à l’école et au savoir, leur orientation, la construction de leur identité entre déviance et adhésion aux normes scolaires.

[ commander]

Qu'est-ce une école "accueillante" ?

23/04/2017

Des photos du séminaire qui s'est tenu le 22 avril 2017

ICI

Corps Tout-Monde

20/04/2017

Livre de Marie-Willye Attely-Vol

Ce livre présente une réflexion dans le champ des sciences humaines, centrée sur la biographisation d’un parcours initiatique : du vilain petit canard aux murmures des fantômes, du corps de l’esclavage au corps de l’infirmière, il retrace un parcours de subjectivation  dans  lequel  le  corps,  et  en  particulier  le  «  corps  soignant  »,  retrouve  sa visibilité et sa centralité. Puisant au souffle de la poésie en ce qu’elle prodigue sens et lien à la pensée, il veut être une trace pour façonner dans le « Tremblement » une nouvelle pensée d’un corps Tout-Monde

CorpsToutMondeCorpsToutMonde [913 Kb]

À quoi sert (encore) le travail social ?

20/04/2017

Le jeudi 31 août et 1 septembre 2017 - MAISON DE QUARTIER SOUS-GARE LAUSANNE

Après les journées d’études consacrées à la pensée de Robert Castel en 2015 et à la souffrance au travail dans les institutions sociales en 2016, cette 3 ème rencontre réflexive organisée par le Pôle Autonome en Recherche Sociale – PARS porte sur le sens et l’imaginaire du travail social au 21 ème siècle.

« A quoi sert encore le travail social ? » est une question qui habite beaucoup de travailleurs sociaux. Le travail social serait-il sur le point de perdre son sens ? De devenir trop gestionnaire et utilitariste au risque de perdre ses fonctions d’émancipation et de solidarité ?

Ce colloque souhaite, à partir de la revue Esprit de 1972 intitulée « Pourquoi le travail social ? », et celle de 1998 consacrée à la question « A quoi sert le travail social ? », contribuer à réactualiser les représentations et les enjeux liés aux transformations des sociétés occidentales qui impactent sur les choix politiques en termes de protection et de justice sociale à l’égard des plus vulnérables.

Pour cela, nous proposons de revenir à la fois sur les fondamentaux qui constituent le travail social et sur l’imaginaire qui le porte. Nous interrogerons des spécialistes de la théorie du travail social, puis confronterons et mutualiserons les points de vue sur le travail social et son devenir au travers d’ateliers avec des praticiens et praticiennes du terrain.

La dernière lettre - n° 145 - 19/04/2017

Delta Charlie Delta

14/04/2017

Le 3 mai à 20h30 - 20 rue Rouget de Lisle - 93500 Pantin

La Compagnie du Samovar vous propos une lecture.

Etats d'alerte

09/04/2017

Les 44 chroniques entre 2010 et 2016

La dernière lettre - n° 144 - 07/04/2017

Femmes Photographes

07/04/2017

EXPOSITION du mardi 18 avril au dimanche 23 avril 2017.

VERNISSAGE/PRÉSENTATION de la revue le mercredi 19 avril 2017 à partir de 18h30.  

L’association est née en 2016, avec l’envie de promouvoir les travaux photographiques produits par les femmes. Un engagement empreint d’altérité et d’intersubjectivité, une mutualisation qui amène à une diversité de regards.

Un homme blessé

06/04/2017

Livre de Béatrice Mabilon-Bonfils & Mino

Les neuf héros de cett e histoire portent en eux une blessure : à vif, refoulée, enfouie, elle construit leur vie sans qu’ils le sachent vraiment. Leur chemin va croiser un inconnu Romaric et leur vie va changer, rien ne sera plus comme avant. Mais est-ce vraiment un inconnu ?

Un thriller ésotérique et psychologique dont la clé appartient à chacun de nous.

 

UnHommeBlesseUnHommeBlesse [1.010 Kb]

Le N° 7 de la revue vient de paraître

02/4/2017

ACCUEILLIR, ETRE ACCUEILLI - altérité et éducation

L’étiquetage comme réfugié : Approches comparées des pratiques institutionnelles

24/03/2017

Le 27 et 28 mars 2017 - Université Paris-Nanterre - Bâtiment B, salle B015

Colloque international organisé dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire « Migrations : regards croisés »

Avec le développement, au cours du XX e siècle, du droit international des réfugiés, de nombreux pays du monde, pays européens en tête, ont mis en place des dispositifs juridiques et institutionnels de détermination du statut de réfugié aux formes et contenus très variés. En dépit du travail de standardisation mené ces deux dernières décennies par le HCR et la Commission européenne, cette variété perdure encore aujourd’hui. Examen sur une base individuelle ou collective, type d’institution préposée, nature de la procédure (judiciaire, administrative), présence ou non de l'instance internationale (HCR), taux de reconnaissance, sont quelques exemples de ces différences.
Ce colloque réunit des chercheurs qui étudient, à partir de différents ancrages disciplinaires (anthropologie, droit, géographie, histoire, science politique, sociologie), les pratiques institutionnelles d’étiquetage comme « réfugié » des étrangers qui sollicitent ce statut. Il a pour objectifs de dépasser au moyen de la comparaison l'approche nationale qui domine les études sur la fabrique des réfugiés et de poser des jalons vers une approche globale de la question. Afin de tester la dimension heuristique mais aussi les limites de la perspective comparée, il s’agira de faire varier les échelles et les formes de la comparaison : comparaison entre différentes périodes historiques, comparaison du traitement d’un même groupe national dans plusieurs espaces géographiques, comparaison de différentes institutions nationales, comparaison d’une même institution dans différents contextes géographiques.

Formations de l'association Primo Levi

24/03/2017

Informations utiles :

Où : au Centre Primo Levi - 107, avenue Parmentier dans le 11ème arrondissement de Paris - au 5ème étage (excepté pour la formation mères et bébés).

Les horaires : de 9h30 à 17h30

Tarifs : 450 euros (Plan de formation) // 150 euros (formation individuelle) // 70 euros (tarif réduit - sur justificatif)

Inscription : nous renvoyer le bulletin d'inscription accompagné de votre paiement

Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire et vous souhaite une bonne fin de journée.

27 et 28 avril  : Les femmes enceintes, mères et bébés en errance

Le traumatisme et ses effets sur les générations (enfants issus du viol, comment devenir mère ?), la question du traumatisme pré-natal, la relation mère-enfant et l'importance du tiers, les affects dans lesquels sont plongées les personnes traumatisées, les ruptures de liens... sont quelques aspects parmi d'autres qui seront abordés pendant ces deux journées. Pour vous aider à accompagner au mieux ces femmes, cette formation est pluridisciplinaire (psychologie et médecine).

http://www.primolevi.org/formations/meres-et-bebes

4 et 5 mai  : Traumatisme et répétition chez l'enfant et l'adolescent

Comment le traumatisme se présente-t-il chez l'enfant et l'adolescent ? Sous quelle forme (Honte ? Inhibition ? Angoisse ?) Quel lien existe-t-il entre traumatisme et répétition ? Plus d'informations sur :

http://www.primolevi.org/formations/effets-de-la-guerre-de-lexil-et-de-la-violence-politique-sur-lenfant-et-ladolescent

22 et 23 juin : Mais où est passé le père ?

Partant du constat que le père est peu présent dans les structures d'accueil dédiées aux familles ou aux enfants, nous avons souhaité rappeler l'impact du traumatisme sur la fonction paternelle. Comment la précarité affecte-t-elle l'identité masculine ? Cette absence n'est-elle pas plutôt liée à notre manière de l'inclure dans nos institutions ? Comment inventer des dispositifs pour sortir ces pères de l'invisibilité ?

http://www.primolevi.org/formations/mais-ou-est-passe-le-pere

Et toujours :

29 mars : Les violences sexuelles chez les réfugiés

Seront abordés pendant cette journée : la place des violences sexuelles en temps de guerre ou de terreur, leurs ravages sur le corps, la culture, le lien social, leurs effets psychiques, etc. Autant d'éléments pour vous permettre d'accompagner au mieux les personnes qui en ont été victimes.

http://www.primolevi.org/formations/les-violences-sexuelles-chez-les-refugies

Qu’est-ce qu’une école « accueillante » ?

24/03/2017

3ème séminaire  2017 de l'Université Ouverte : la samedi 22 avril 2017 (9h30-12h30) - Le Vent Se Lève ! Tiers-lieu - 181, av. Jean Jaurès 75019-Paris - Métro : Ourcq

Notre école a du mal avec l’altérité et la diversité, elle est trop souvent une école du même et de la réduction au même. Comment penser une école capable d'accueillir « l’autre », de reconnaître la diversité et la singularité de chacun, et d’en former un en-commun ?   

Intervenants

  • Valérie Melin. Maître de conférences en sciences de l’éducation. Université Lille 3. Laboratoirere CIREL. Co-fondatrice du Micro-lycée de Sénart.
  • Cécile Caristan. Doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, Laboratoire EXPERICE Paris 13, ancienne assistante d’éducation, co-fondatrice de l’association

Assistants--Ėducation-Ensemble.

  • Natacha Sautel. Ancienne assistante d’éducation. étudiante à l’IRTSParmentier, co-fondatrice de l’association Assistants-Éducation-Ensemble.
  • Alice Lapenna. Ancienne élève du Micro-lycée de Sénart.

A la recherche d'Antoine d'Agata

23/03/2017

Recension par Arnaud Genon : livre "Le Geste d'Agata"

Depuis une dizaine d’années, Christine Delory-Momberger suit l’œuvre saisissante du photographe et vidéaste Antoine d’Agata. Après avoir publié avec lui, en 2008, un livre d’entretiens, Le désir du monde(1), elle se propose dans la présente analyse de « saisir et de restituer par l’écriture le geste créateur d’Antoine d’Agata dans toute sa radicalité et l’ampleur de sa dimension humaine, critique et politique ».
Le travail de d’Agata est une expérience, une quête tendue, dans un même mouvement, vers soi et vers l’autre, vers les autres, ces femmes qu’il rencontre – les prostituées, les criminelles, les droguées, les « rescapées » – et qui constituent autant de miroirs lui renvoyant l’image du monde qu’il tente de saisir. Son art, on le sait désormais, est des plus dérangeants puisqu’il explore les marges, les failles, l’infamie. Mais selon ses propres mots, « n’est valide qu’un art nuisible, subversif, asocial, athéiste, érotique et immoral, antidote à l’infection spectaculaire qui neutralise les esprits et distille la mort. »
La photographie que nous donne à lire l’artiste est ...

Les expériences de la création

23/02/2017

 
La seconde séance aura lieu le vendredi 31 mars 2017, de 14h00 -16h30 au Cnam, 292 rue saint Martin, 75003 Paris, Amphi Abbé Grégoire

Elle sera consacrée à Denis LAMING, Architecte, concepteur du Futuroscope de Poitiers et co-initiateur du Renouveau mouvement Néo-futuriste en architecture.

Déviance et Société

23/03/2017

Le numéro 41 vient de paraître

 

Jérôme Englebert, Christophe Adam

La « personnalité antisociale », antithèse de la psychopathologie

[Accéder à cet article]

 

 Élodie Grossi

Police privée sur la ville : réflexions sur les discours policiers, le clientélisme et la « race » dans l’espace public

[Accéder à cet article]

 

Eleni Velentza

La loi grecque sur la surveillance électronique des justiciables. En-deçà de la naissance, un processus de création

[Accéder à cet article]

 

Issifou Abou Moumouni

L’offre informelle de la sécurité publique au Bénin : l’instrumentalisation des groupes d’autodéfense par l’État

[Accéder à cet article]

 

Laurence Simmat-Durand, Natacha Vellut

Les néonaticides dans la presse française : 357 décès suspects de 1993 à 2012

[Accéder à cet article]

La dernière Lettre - n° 143 - 19/03/2017

La "grandiosité" de François Hollande

15/03/2017

Etat d'alerte de Gérard Gromer

Depuis que le chef de l’État, à bout de souffle, incapable de se faire aimer des Français, a pris la décision – sage ? – de ne pas se représenter pour un nouveau mandat, de nombreux commentateurs, surtout parmi ceux qui n’ont pas laissé tomber la gauche, s’interrogent : faut-il malgré tout sauver le soldat Hollande ?

Même si les journalistes lui tournent le dos, même si le téléphone sonne de moins en moins, on continue à épier sa manière de rester dans le paysage, de faire vivre son personnage, d’essayer de faire revenir la lumière des projecteurs sur lui. Il aurait, dit-on, fait savoir à des proches, par de petites phrases sibyllines, qu’il « regrettait ». Je ressens, aurait-il dit, un goût d’inachevé. « Je suis prêt, aujourd’hui, à me glisser dans un trou de souris pour renouveler mon mandat ! Reprendre pour cinq ans ! Plutôt que de me préparer à passer mes dernières soirées à l’Élysée, seul, avec un plateau-repas, dans une ambiance de fin de règne. »

Et puis, on connaissait ses capacités à rebondir. Souvent à terre, ce pur produit de l’appareil du PS savait attendre, renaître, trouver le scénario pour garantir sa survie politique. Il n’a jamais été avare de confidences mais était resté insaisissable et, aujourd’hui comme hier, ses amis comprennent mal ce qui le motivait vraiment. L’homme, sous une apparence débonnaire, était opaque, on le savait hésitant, ...

Rroms en France : Pourquoi ne seraient-ils pas intégrables ?

13/03/2017

Documentaire et débat, le Mercredi 22 mars 2017, à partir de 14h30 - Palais du Luxembourg, Salle Monnerville, 26 rue de Vaugirard, Paris VIe

PRINCIPE DE LA RENCONTRE

Après-midi de débats s’articulant autour de la projection d’un documentaire réalisé par Anthony Foussard à la demande du « Paris(s) du Vivre-Ensemble », association co-animée par Esther Benbassa sénatrice et directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne), et Jean-Christophe Attias, directeur d’études à l’EPHE (Sorbonne).

Ce documentaire retrace l’itinéraire de plusieurs familles de Rroms à Strasbourg en leur donnant la parole. Il démontre qu’une politique d’intégration volontariste, conduite par des édiles exempts de préjugés sur les Rroms, est à même de donner des résultats tangibles, en permettant de démarginaliser des populations discriminées depuis des siècles dans leur pays d’origine et généralement accueillies en France dans des conditions indignes. Cette intégration réussie pourrait bien servir de modèle à d’autres élus prêts à emprunter cette voie.

Les Rroms, tout en gardant leurs spécificités, peuvent trouver leur juste place dans la communauté nationale, et l’exemple illustré par le documentaire d’Anthony Foussard est de nature à redonner confiance dans les capacités d’ouverture et d’accueil de notre société.

La projection de ce documentaire sera suivie d’un débat réunissant chercheurs, élus et associatifs.

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de c.charenton@clb.senat.fr

 

[ Voir le dossier Rroms sur ce site ]

Hors-zone : Une clinique de l'embranchement

08/03/2017

Livre de Patricia Janody

Lorsque Monsieur O. déclare sa fureur homicide au nom du djihad, il fait aussi vaciller le lieu psychiatrique, là où une attribution de folie individuelle ne se distingue plus d'un affolement du lien social. Mais qui parle alors, qui écrit, et pourquoi ? Une psychiatre mise ici sur les discontinuités de sa mémoire, entre les mots imprévisibles d'un patient et le labyrinthe du délire de sa propre mère. Hors-zone fait suite à Zone frère (Epel, 2014).

 

Radophonie

08/03/2017

Parution  de la revue "Les Nouveaux Cahiers pour la folie n°7" Les Nouveaux Cahiers pour la folie poursuivent leur navigation avec un septième numéro : Radophonie. Dans une période où tout concourt à faire taire les voix de la folie, et jusque dans les milieux psychiatriques, ils publient des contributions de personnes impliquées dans les différents bords de la folie et, pour certaines, interpellées par leur lecture des précédents numéros.

Le geste d'Agata

08/03/2017

Livre de Christine Delory-Momberger

Le geste d’Agata est né de l’intention de saisir et de restituer par l’écriture le geste créateur d’Antoine d’Agata dans toute sa radicalité et l’ampleur de sa dimension humaine, critique et politique.

Mêlant ses paroles à celles du photographe, l’auteure s’avance avec Antoine d’Agata, présent tout au long du livre, suit les multiples traversées de A, son double hypothétique et fictionnel, et tisse un fil d’Ariane dans la somme de ses images, de ses livres et de ses films. Elle ouvre ainsi à la compréhension de l’intérieur de l’oeuvre sans trêve ni repos d’un des créateurs d’images parmi les plus singuliers de notre temps. (Christine Delory-Momberger)

Le geste d’Agata entreprend de saisir les modes d’apparition et de présence d’une œuvre photographique et filmique singulière, vécue par son auteur comme un corps à corps avec le monde. De cette confrontation radicale l’œuvre d’Antoine d’Agata fait un acte politique, dont la violence et la lucidité lui font toucher la « vie nue » d’une humanité dans les marges aux prises avec la brutalité, la vulnérabilité et le désir.

S’appuyant sur des entretiens inédits non publiés, l’ouvrage fait corps avec la parole et le geste d’Antoine d’Agata pour proposer une forme d’écriture au plus près et au plus vif de ce qui meut l’acte créateur profondément politique de cet artiste contemporain.

L’auteur travaille avec Antoine d’Agata depuis une dizaine d’années, elle a publié un premier livre d’entretiens en 2008, Le Désir du monde aux éditions Téraèdre, puis en collaboration avec Fannie Escoulen, en 2014, ACTES. Antoine d’Agata

LeGeseDAgataLeGeseDAgata [353 Kb]

La dernière Lettre - n° 142 - 5/03/2017

Quelle recherche et quel savoir pour aujourd'hui ?

03/03/2017

Titre complet : CENT ANS APRÈS LE PAYSAN POLONAIS, QUELLE RECHERCHE ET QUEL SAVOIR POUR AUJOURD’HUI ?

Jeudi 22 juin 2017 de 9h - 17h à UPEC (Université Paris-Est Créteil) Mail des Mèches (Maison des Langues et des Relations Internationales) - M° Créteil Université (ligne 8) - Salle 201

La recherche biographique en éducation : quels savoirs ?

03/03/2017

Titre complet : La recherche biographique en éducation : quels savoirs ? Perspectives épistémologiques et critiques

Le 31 mai-1er juin 2017 (8h30-17h) -   UPEC (Université Paris Est Créteil) - Mail des Mêches (Maison des Langues et des Relations Internationales) - Salle 201 - M. Créteil Université (Ligne 8) 

Contre l'utilisation frauduleuse de la laïcité

28/02/2017

Une note de lecture de Alain POLICAR, parue le 20/02/2017 dans "NONFICTION.fr"

"Sans que nous n’y prêtions une suffisante attention, ces deux dernières décennies, le plus souvent à partir de la question du voile islamique, la laïcité est devenue en France un marqueur identitaire, une religion civile hostile à l’expression de l’appartenance religieuse dans la sphère publique. La neutralité de l’État, qu’instaure la loi de séparation de 1905, d’obligation pour les pouvoirs publics s’est transformée en contrainte pour les individus. La France, longtemps incarnation idéaltypique de l’universalisme des droits de l’homme, exprime désormais un inquiétant malaise devant l’altérité que les oripeaux « républicains » ne parviennent plus à dissimuler. On assiste ainsi à ce que Jean-Marc Ferry a suggestivement nommé la « disjonction de l’universel et du commun »1 opérée par un « républicanisme de combat » (lequel confond sacralisation de la nation et amour de la République), qui invoque la laïcité comme un rempart contre le fondamentalisme alors qu’elle est avant tout l’expression d’une crispation francocentrée. Il est consternant que des idéologies d’exclusion profondément anti-républicaines témoignant de l’intolérance à la diversité visible, se réclament sans vergogne de la République, alors qu’au fond elles représentent une forme singulière de communautarisme.

La situation est d’autant plus préoccupante que cette laïcité identitaire est, avec des nuances, ..."

Soigné Soignant

28/02/2016 

Soigné Soignant
du 21 février au 14 mars
Le point de rencontre entre ces manifestations est la relation que nous avons tous, à un moment de notre vie, avec le corps médical. Maladie bénigne, pathologie grave ou accident, nous ou nos proches, devons faire des choix, faire confiance, s’en remettre à… C’est une question de société que nous effleurons à travers une exposition, une lecture, une table ronde et un programme de films. 

EXPOSITION BD
Quand vous pensiez que j'étais mort - mon quotidien dans le coma
Planches de Matthieu Blanchin
Du 21 février au 14 mars au Foyer de l'Illustration + à la BU Jean Dausset
Vernissage lecture le mardi 28 février.
Exposition de planches extraites du roman graphique Quand vous pensiez que j’étais mort - mon quotidien dans le coma  (Editions Futuropolis, 2015), dans lequel l’auteur illustrateur Matthieu Blanchin, dessinateur de nombreux ouvrages, témoigne de son expérience du coma et de son difficile retour à la vie normale pour lui et sa famille.

Le vernissage de l'exposition  - mardi 28 février de 12h à 14h au Foyer - sera l’occasion d’une rencontre avec Matthieu Blanchin et d’une lecture d'extraits du roman Réparer les vivants de Maylis de Kerangal, par les étudiants de l'atelier théâtre animé par Jean-Pierre Becker. 

TABLE RONDE
L'inertie clinique : un nouveau concept
En partenariat avec la Bibliothèque universitaire Jean Dausset
mercredi 1er mars de 12h30 à 14h, au Foyer de l'Illustration. 

Pourquoi les soignants ne suivent-ils pas toujours les recommandations de bonne pratique publiées par les autorités de santé? Gérard Reach (Professeur d’endocrinologie-diabétologie-maladies métaboliques à l’Université Paris 13) présentera son ouvrage L’inertie clinique, une critique de la raison médicale (Editions Springer, 2012).
S’ensuivra un débat avec Alain Mercier (Médecin généraliste, Professeur des Universités, et Directeur du Département universitaire de Médecine générale à l’université Paris 13), Yannick Ruelle, (Médecin généraliste, Maître de Conférences associé et Directeur-adjoint du Département universitaire de Médecine générale à l’Université Paris 13), et le public.


MEZZABOX 
Sélection de films sur la mezzanine, à la demande, toute la durée de la thématique.
Au programme : 
- La consultation, de Hélène de Crécy (2008, 52 min.).
- Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil (2005, 76 min.)
- Les patients du silence, de Esther London (2005, 50 min.)
- La relève, de Juliette Warlop (2012, 52 min.)
- Hippocrate, de Thomas Lilti (2014, 98 min.)

L’art à l’ouvrage : pratiques artistiques et création partagée

17/02/2016

2ème séminaire : 11 mars 2017 (9h30-12h30) - Le Vent Se Lève ! Tiers-lieu - 181, av. Jean Jaurès 75019-Paris - Métro : Ourcq

Quand les pratiques artistiques s’ouvrent à la création partagée… Que peut être un art qui accueille, un art hospitalier, qui sans rien céder de ses exigences va chercher en chacun le désir, la matière, les façons de l’œuvre à faire ensemble ?

Intervenants 

  • Jean-Pierre Chrétien Goni. Directeur de l’espace de création partagée Le Vent se lève ! Maître de conférences au CNAM, programme de lutte contre la récidive pour des personnes souffrant d’addiction..
  • Anne Toussaint. cinéaste, Association « Les Yeux de l’Ouïe » en résidence artistique à « L’Ouvrage »  programme de lutte contre la récidive pour des personnes souffrant d’addiction.
  • Cécile Offroy. Maître de conférences associée Paris 13 Sorbonne Paris Cité, Laboratoire IRIS et co-directrice de la « Fabrique artistique » de l’hôpital psychiatrique de Ville-Evrard.
  • Jonathan Bombard. Le Vent se lève !

Réservation : anne.dizerbo@lesujetdanslacite.com

UOSC 2017UOSC 2017 [313 Kb]

Une soirée dédiée à Asli Erdogan

17/02/2017

Le 24 février 2017 à – 55 avenue Laplace 94 Arcueil, la Cie Un Excursus et Anis Gras- Le lieu de l'autre organisent une soirée dédiée à Aslı Erdoğan.

Actuellement en liberté conditionnelle et convoquée au tribunal le 14 mars prochain, Aslı Erdoğan risque la prison à vie. Son combat pour la liberté est aussi celui de tous les écrivains et intellectuels actuellement emprisonnés injustement dans les prisons turques.
13 comédiens accompagnés par l’orchestre LIRE ICI - DIRE LA liront des textes & interviews d’Aslı Erdoğan ainsi que des poèmes de Nazim Hikmet.

En présence de Tieri Briet, écrivain qui nous fera récit de sa rencontre avec Aslı Erdoğan en décembre dernier et de la situation actuelle en Turquie.

Lecteurs :

  • Anne Alvaro, Arlette Bonnard, Barbara Bouley, Rébecca Dereims, Marie Desgrangess, Catherine Fourty, Nathan Gabily, Gardon Raffaella, Claudie Guillot, Dominique Journet Ramel, Eric Louis, Ana Karina Lombardi, Mirabelle Rousseau

Nous vous conseillons vivement de réserver : 01 49 12 03 29

La dernière lettre - N° 141 - 16 février 2017

Parcours d’inclusion en maternelle

10/02/2017

Titre complet : Parcours d’inclusion en maternelle - Portraits de jeunes enfants en situation de handicap

Livre de Diane Bedoin & Martine Janner-Raimondi 

Cet ouvrage traite de la prise en compte de jeunes enfants en situation de handicap à l’école maternelle. À partir d’un ancrage en philosophie et en sociologie du handicap, nous proposons d’explorer ce moment charnière des premières heures, premiers jours, premiers mois de l’accueil. Outre les discours et les représentations sur l’école inclusive, ce sont les pratiques et les interactions au quotidien qui sont interrogées à travers l’analyse d’observations de classe filmées sur une année. Il s’agit d’identifier les leviers et les freins à l’inclusion scolaire de ces jeunes enfants en situation de handicap. Les résultats de cette recherche intéresseront les parents, les professionnels de la petite enfance et de l’éducation, les enseignants et les accompagnants d’élèves en situation de handicap. Cet ouvrage s’adresse également aux étudiants se destinant à ces métiers et aux chercheurs travaillant dans ce champ.

« La chic attitude »

10/02/2017

La 20e édition de la FÉDÉEH aura lieu le week-end des 25 & 26 février 2017 au Collège Aimé Césaire (Paris 18e)
Chaque année - 3 fois par an - la FÉDÉEH organise ses Rencontres Nationales : un événement durant lequel les parties prenantes de l’association  (bénévoles, experts, associations, entreprises, amis...) se réunissent pour échanger, partager à travers des ateliers de mutualisation, d’information, de formation.

Au programme :
• Des parcours thématiques avec plusieurs ateliers pour répondre à vos questions et besoins
• Deux assemblées générales ordinaire et extraordinaire (l’occasion de revenir sur le grand cru
fédéral que fut 2016 !)
• Des temps forts de convivialité et bonne humeur, de l’émotion et de l’action (comme d’habitude !)
• Des conférences ouvertes à tout le monde !
• Une soirée de gala (une vraie avec robes de cocktail et smokings comme dress code souhaité

Les réfugiés : entre urgence du soin et suspension politique. ...

10/02/2017

Titre complet : Les réfugiés : entre urgence du soin et suspension politique. Comment penser la prise en charge et agir ?

Le 24 février 2017 de 9h00 à 19h00, colloque à l'Université Paris Diderot, Halle aux Farines, Amphi 2A - Esplanade Vidal-Naquet - 75013 Paris

Inscription au colloque gratuite à réaliser à l’adresse suivante : colloquerefugies@gmail.com

Éduquer, protéger, soigner… Devenons-nous maltraitant ?

10/02/2017

Les Jeudi 30 et vendredi 31 mars 2017 - Institut Mutualiste Montsouris, 42 boulevard Jourdan, Paris 14ème - Salle de Conférence, Hall d’accueil - RER B Cité Universitaire - Métro Ligne 4 : Station Porte d’Orléans – Tram Montsouris

La Haute Autorité de Santé (HAS) désigne par maltraitance des « abus sexuels, physiques, émotionnels ou négligences physiques et émotionnelles » (HAS, 2014). Quelques points consensuels semblent émerger : nécessité de repenser et de réadapter l’approche face à chaque situation ; ne pas rester isolé et s’appuyer sur une équipe pluridisciplinaire, fondée sur des représentations pluri-factorielles des cas ; affinement et élargissement des concepts liés à la maltraitance (prise en compte de la négligence, des violences conjugales, des effets sur les fratries,…) ; travail de différenciation et de complémentarité entre soins psychiques et protection sociale ou judiciaire.
Dans leur bilan de la loi du 5 mars 2007, Muguette Dini et Michelle Meunier (2013) indiquent des disparités territoriales, un manque de coopération ...

Recettes contre la pitié : comment éliminer la compassion dans les sociétés ...

10/02/2017

Titre complet : Recettes contre la pitié : comment éliminer la compassion dans les sociétés génocidaires

Le Jeudi 23 février, de 18h30 à 20h, aura lieu la nouvelle séance du séminaire Soin et Compassion : Le sujet, l'institution hospitalière et la Cité  à l’Hôtel-Dieu ( 1 place du Parvis de Notre-Dame 75004 Paris ) en salle Marie Curie, au troisième étage, escalier B1.

Intervenant :

  • Abram DE SWAAN, Professeur émérite des sciences sociales à l’université d’Amsterdam, membre de l’Académie Royale Néerlandaise des Sciences, membre du Conseil d’Unité du CERI/CNRS et de la Faculté externe de l’Institut pour la politique et la recherche du bien-être social (Vienna), Professeur Adjoint au Département de psychiatrie à l’École de médecine Icahn de l’Hôpital Mount Sinai de New York, Queen Wilhelmina Professor à la Columbia University à New York.

Organisatrices du séminaire :

  • Pauline Bégué, doctorante à l'École normale supérieure - ED540 - École transdiciplinaire Lettres/Sciences. Sa thèse intitulée "Médecin-malade, paradoxe ou paradigme? Expériences et récits, de l'épochè à l'utopie" est dirigée par Frédéric Worms et Cynthia Fleury.
  • Zona Zarić, doctorante à l'École normale supérieure - ED540 - École transdiciplinaire Lettres/Sciences. Sa thèse sur "La signification politique de la compassion" est dirigée par Marc Crépon et Cynthia Fleury.

Pour des raisons de limitation du nombre de places, il est conseillé de vous inscrire.

Migrants roms roumains et acteurs des projets d'insertion : ...

10/02/2017

Titre complet : Migrants roms roumains et acteurs des projets d'insertion : différences d'attentes et de stratégies sur la question du travail

Le 14 février de 10h00 à 13h00.

Le séminaire a lieu au Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (Grande salle, 1er étage), 35 Avenue Jules Ferry, 13626 Aix-en-Provence.

L’entrée est libre.

Lettre ouverte contre l’instrumentalisation politique de la laïcité

05/02/2017

Livre sous la direction de Christine Delory-Momberger, François Durpaire, Béatrice Mabilon-Bonfils

« Nous sommes dix-huit hommes et femmes d’horizons différents, intellectuels, journalistes, universitaires de diverses disciplines (anthropologie, histoire, sciences de l’éducation, sociolinguistique, sociologie, philosophie) qui nous élevons contre l’utilisation frauduleuse de ce bien commun qu’est la laïcité. Accaparée à des fins électoralistes, elle ne peut en aucun cas servir de support idéologique au rejet et à l’exclusion. Elle ne peut pas être ce mur de séparation que d’aucuns aimeraient bâtir au sein de notre communauté nationale. Elle est un état social qui nous permet de vivre ensemble, au-delà de nos différences d’origine et d’options spirituelles. »

Quelle architecture pour l'école de demain ?

05/02/2017

Le numéro 43 est coordonné par Béatrice Mabilon-Bonfils, François Durpaire et Geneviève Zoïa

« Le vocabulaire choisi pour la dernière réforme française de l’éducation est révélateur1. “Refonder” (de fundationes en latin) fait référence à l’architecture, à la construction physique, alors que rien dans le texte n’y fait référence. Alors comment refonder l’École sans refonder l’école ? Autrement dit, est-il possible de penser autrement l’éducation sans réinventer le bâtiment où l’on éduque ? Le dernier texte de loi abordant la question de l’architecture scolaire est ancien : c’est la loi dite Haby de 1975... Et pourtant, la forme scolaire est aujourd’hui questionnée comme jamais auparavant, par la pluralisation des socialisations juvéniles, par le tournant global et par l’explosion des technologies. A l’heure du numérique, on peut désormais éduquer et s’éduquer en tout lieu. Quel est dans ce contexte la pertinence du lieu physique ? … »

L’usage des murs (à Belfast)

05/02/2017

Christiane Vollaire, le 2 février 2017

 En quoi un certain concept de l’esthétique peut-il jouer un rôle politique déterminant ? En quoi donc les représentations ne sont-elles pas seulement symptomatiques, mais performatives ? En quoi le symbole, parce qu’il produit du sens, produit-il, pour cette raison même, du réel ? En quoi le réel n’est-il opérationnel que parce qu’il fait sens ?

En Irlande du Nord, les murals de Belfast ne cristallisent pas seulement la partition entre « catholiques » et « protestants ». On peut en effet les interpréter du strict point de vue théologique de régime des images, ou de ce ...

L’esthétique du triomphe (à Berlin)

05/02/2017

Christiane Vollaire, le 2 février 2017

À Berlin, le numéro du Spiegel qui suit de quinze jours l’élection présidentielle américaine de novembre 2016 permet de mesurer ce que signifie une propagande esthétique. Cet hebdomadaire allemand de référence, créé après la deuxième Guerre mondiale, n’est ni Paris Match, ni Gala, ni Point de vue Images du monde, mais se veut au contraire un espace éditorial d’analyse politique. Ou, pour le décrire comme il se présente, un « grand magazine d’enquêtes et d’investigation allemand de tendance centre gauche »....

Le numéro 7 de notre revue en préparation

04/02/2017

Lire ICI

Quand les habitants (ne) font (pas) la ville

27/01/2017

Le 4 février 2017 (9h30-12h30) - Le Vent Se Lève ! Tiers-lieu - 181, av. Jean Jaurès 75019-Paris - Métro : Ourcq

1er séminaire 2017 de l'Université Ouverte

La ville aujourd’hui est hostile pour beaucoup de ceux qui y vivent ou qui voudraient y vivre, elle ségrégue, elle exclut, elle produit de l’« inhabitable ». Où s’inventent les gestes et les signes d’un habitable de la ville ? Que seraient les voies d’une ville fabriquée en commun par et pour tous ses habitants ?

Intervenants :

Michel Agier. Anthropologue, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement  à l'EHESS. Il a dirigé jusqu'en 2010 le Centre d'études africaines. 

Pascal Nicolas-Le Strat. Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris 8, directeur du laboratoire EXPERICE pour Paris 8. Responsable du projet Campus Condorcet « Fabriquer la ville ‘en-commun’. Des collectifs d’artistes et/ou d’architectes en recherche de nouvelles écritures urbaines ».

Ėtienne Delprat. Architecte et artiste, doctorant à l’Université Paris 1, co-fondateur du Collectif YA+K  K (le collectif réunit des architectes, des urbanistes, des designers, des paysagistes et vise à créer des situations où s'écrivent d'autres rapports au réel et à l'imaginaire), partenaire du projet Campus Condorcet « Fabriquer la ville ‘en-commun. Des collectifs d’artistes et/ou d’architectes en recherche de nouvelles écritures urbaines ».

La dernière lettre - n° 140 - 26 janvier 2017

Les Machines et les Coupes

22/01/2017  

Du 4 février au 28 février 2017 - Vernissage le dimanche 19 février à 15h

Une exposition des photographies de Philippe Bazin - A b é ï c i t é - 8 rue de l’Abbaye, 58800 Corbigny -03 86 20 22 78

Rencontre avec Philippe Bazin et Christiane Vollaire

Les Machines (2014) : Une résidence à Amilly durant l'été 2014 m'a donné l'occasion de revenir sur la question de l'agriculture contemporaine. Loin des clichés passéistes, j'ai choisi de montrer les corps au travail, les matières, les machines, les paysages. Une quadrilogie qui impliquait pour moi autant de formes possibles, une grande liberté de ton soumise au plaisir des rencontres et des choses. Dans le paysage ainsi formé, la poussière d’un jour d’été monte et crée un nouvel espace incertain. Les machines produisent leur sillage dans les airs, leur propres traces dans la terre, et les hommes sont faits de cette double empreinte.

Les Coupes (2015) : présente la vie quotidienne d'une famille d'agriculteurs français en 2015, partagés entre monde moderne technologique et tradition immémoriale. Les machines se déploient partout, mais on tue encore les animaux de la basse-cour comme depuis toujours. Les machines passent alors au second plan, les corps des fermiers dominant tout l'espace du travail et le corps des bêtes. Une transmission permanente des gestes est à l'oeuvre. La beauté est dans tous les corps des hommes. Le corps des bêtes organise l’espace de travail.

Les professionnels des secteurs de la santé et du social à l’épreuve ...

19/01/2017

Titre complet : Les professionnels des secteurs de la santé et du social à l’épreuve des processus de biographisation des usagers

Le Vendredi 3 février 2017 -Université Lille 3 (Maison de la recherche. Bâtiment F, Salle F013)

La consultation psychanalytique en institution : quels transferts ?

18/01/207

Les 3  et 4 mars 2017 : Colloque organisé par l’UTRPP - EA 4403 (Université Paris 13 - SPC) avec le soutien de l’Université Paris 13 - SPC, de l’Association internationale de psychanalyse (API/IPA), de l’UQAM (Montréal) et du PCPP (Université de Paris Descartes SPC) - Amphi Raymond Garcin, Hôpital Sainte Anne - 2 bis rue d’Alésia, 75014 Paris

Les conditions de possibilité de la psychanalyse en institution ont été interrogées très tôt dans l’histoire du mouvement psychanalytique, et posent aujourd’hui, plus que jamais, toute la question de la place de la psychanalyse dans la société.

Ces conditions seront envisagées ici à partir des enjeux transférentiels et institutionnels des premiers entretiens menés par un psychanalyste, dans des centres proposant la gratuité ou semi-gratuité d’un « traitement » psychanalytique, pour reprendre le terme de Freud.

Le colloque s’organisera autour de quatre perspectives.

Comment penser le premier temps d’accueil de la demande adressée à un centre proposant des traitements psychanalytiques ? Comment penser ce qui se passe entre ce premier temps consultatif et le temps du traitement ? Un trait sera nécessairement tracé des origines de la consultation jusqu’aux débuts du traitement en institution, tant du point de vue de l’histoire de l’institution que du point de vue de l’histoire de la psychanalyse.

Comment définir le cadre par rapport aux différents dispositifs thérapeutiques, la place et la fonction du « tiers » ? C’est la notion de rencontre psychanalytique, voire même sa pertinence, qui sera ainsi interrogée.

Comment penser les enjeux transférentiels de la gratuité pour l’analyste, notamment en rapport avec ses appartenances institutionnelles et ses affiliations psychanalytiques ?

Comment penser le rôle des théorisations implicites et explicites de l’analyste en situation ? A la fois dans l’« avant-coup » de l’offre et dans l’après-coup du travail élaboratif, individuel et groupal.

La dernière lettre - n° 139 - 17 janvier 2017

Ruptures sociales, violence extrême et genre

13/01/2017

Le Mardi 24 Janvier 2017, de 8:30 à 18:00, Maison des Sciences de l'Homme de Paris-Nord - 20, avenue George Sand 93210 Saint-Denis (Métro Ligne 12 - Terminus station Front Populaire)

Un colloque

Les attentats et tentatives qui se sont succédés depuis 2015 interrogent la responsabilité partagée des uns et des autres, chercheurs et acteurs sociaux, dans la production des connaissances et la mise en place de la prévention. Prévenir et comprendre, comprendre pour prévenir : la prévention est une urgence et un défi difficile tant notre connaissance est lacunaire, notamment des actrices, restées jusque-là dans l’ombre de nos stéréotypes et que nous devons faire sortir de l’oubli scientifique. D'abord par le rôle crucial qu’elles jouent dans la prévention, l’entourage, l’éducation. Ensuite, ce colloque veut questionner la place singulière des femmes, parfois de très jeunes femmes, dans ces itinéraires de conversion et de terreur. Faut-il lire leur choix avec les stéréotypes véhiculés par Daech même : celui de la compagne soumise au service du « guerrier » ? Quel est leur rapport à l’action violente ?  La violence des femmes est un phénomène aussi constant que tabou. La compréhension et la prévention ne peuvent s’abstenir d’une lecture et d’une problématique de genre, au cœur de la violence extrême, de ses mobiles et de son organisation.

Tag des Gedenkens an die Opfer des Nationalsozialismus

12/01/2017

Rahmenprogramm an der Goethe-Universität Frankfurt 20.  bis  27.  Januar 2017

Seit einigen Jahren findet anlässlich des Gedenktages an die Opfer des Nationalsozialismus eine Gedenkvorlesung an der Goethe-Universität statt. Im Jahr 2017 organisieren das Fritz Bauer Institut, das Forschungszentrum Historische Geisteswissenschaften, das Pädagogische Zentrum Frankfurt und der AStA der Goethe-Universität hierzu erstmals gemeinsam ein vielfältiges Rahmenprogramm.
Die Veranstaltungen, welche vom 20. bis zum 27. Januar 2017 an verschiedenen Orten stattfi nden, sind öffentlich, der Eintritt ist frei.

Itinéraires de reconnaissance

Les droits culturels, un levier pour développer le pouvoir d’agir

12/01/2017

Lundi 30 et mardi 31 janvier 2017, de 9h à 17h30 à la Maison des Sciences de l’homme, Paris Nord - 20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis (Métro Front populaire)

La recherche-action « Pouvoir d'agir au regard des droits culturels » réunit les acteurs engagés dans des démarches de développement du pouvoir d'agir des personnes. Ils contribuent à démontrer comment les droits culturels sont levier des capacités des personnes accompagnées mais aussi de leurs propres
capacités en tant que professionnels de l’action publique. Du Projet pour l'enfant dans le cadre de la protection de l’enfance, à la mise en place de conférences familiales, en passant par les actions portant sur la lutte contre les discriminations : tous ces acteurs ont observé leurs pratiques et imaginé comment les faire évoluer dans un plus grand respect des droits des personnes. Cette rencontre permettra de faire le point sur les enseignements à tirer de ces analyses et identifier les développements de la recherche-action en 2017.

Itinéraires de reconnaissance

Traité informel d'herméneutique musicale.

08/01/2017

Titre complet : Traité informel d'herméneutique musicale. Pourquoi Schoenberg est devenu Schoenberg

Livre de Christian Hauer

Pourquoi ce qui s'est passé s'est-il passé ainsi et non pas autrement? Le point de départ, c'est Schoenberg. Pourquoi a-t-il composé son Deuxième Quatuor à cordes op. 10 ainsi qu'il l'a fait (du tonal à l'atonal), précisément en 1907-1908 et à Vienne ? Autrement dit, pourquoi Schoenberg est-il devenu le Schoenberg tel qu'on le connaît? Un tel questionnement a posé et nourri les fondements d'une herméneutique de la création et de la réception (musicales) : pourquoi telle oeuvre a-t-elle été créée ou/et reçue de telle manière, à tel moment et en tel lieu? Pour déchiffrer ce pourquoi, il faut reconstituer l'identité narrative, le se-comprendre devant l'oeuvre (Ricoeur) de tel créateur ou de tel(s) récepteur(s). Les principes et les modalités d'application de cette herméneutique sont déclinés de manière informelle au fil des textes regroupés dans ce recueil. Ces outils permettent de mieux comprendre comment et pourquoi Schoenberg est devenu Schoenberg, en examinant tous les aspects de sa personnalité et de son oeuvre, aussi bien musicale, théorique, picturale que littéraire. Plus généralement encore, la question traitée est celle du sens de l'oeuvre (musicale ou autre), jusqu'à remonter à la question originelle: pourquoi n'y a-t-il pas rien ?

[Quelques extraits]

Itinéraires de reconnaissance

♦  Les 27 et 28 février 2014 à Grenoble 

Lire  

(15.02.2014)

« Scènes de l’accueil » Accueillir, être accueilli Altérité et éducation

06/01/2017

Séminaires du sujet dans la Cité 2017, en collaboration avec le centre de recherche interuniversitaire EXPERICE (Paris 13/Paris 8),  en partenariat avec Le Vent se lève ! tiers lieu, L’École de la deuxième chance, L’Université des patients et Le Collège International de recherche biographique en éducation.

1er séminaire : 4 février 2017 (9h30-12h30) : Quand les habitants (ne) font (pas) la ville

2ème séminaire : 11 mars 2017 (9h30-12h30) : L’art à l’ouvrage : pratiques artistiques et création partagée

3ème séminaire : 22 avril 2017 (9h30-12h30) : Qu’est-ce qu’une école « accueillante » ?

Itinéraires de reconnaissance

Auto/biographie, polyphonie, plurivocalité

05/01/2017

Les lundi 19, mardi 20 et mercredi 21 juin 2017 à Rome

XVIème rencontre de l’Observatoire Scientifique de la mémoire écrite, orale et iconographique

Polyphonie, plurivocalité, remake peuvent-ils être des clés de lecture pour des récits autobiographiques écrits, oraux, iconographiques ? La citation, le renvoi, la référence à d’autres textes réalisent-ils la célèbre et paradoxale locution Je est un autre de Rimbaud (1871) ? 

L’utilisation de mots ou d’images prélevés d’un autre contexte et transplantés dans un corpus textuel propre peut répondre à deux objectifs opposés : d’un côté ces éléments peuvent être intégrés en tant que ‘porteurs de vérité’ ; de l'autre, ils peuvent être utilisés comme des instruments purs et simples (« Lorsqu’on n’a pas les mots, on va les chercher », dit un personnage du film Porte aperte, tiré du roman éponyme de L. Sciascia (mise en scène G. Amelio, scénario de G. Amelio et V. Cerami, 1990).

Le mot ‘citation’, rappelle Antoine Compagnon, n’existait pas dans la langue grecque ni latine (A. Compagnon, 1979, p. 95) : « Platon, qui recommande la méfiance par rapport à la répétition et au discours direct, les met en œuvre dans son texte ; Aristote, qui juge leur pouvoir favorablement, s’abstient d’en user » (ibid., p. 109).

La référence par excellence au concept de polyphonie est le livre ...

Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux

05/01/2017

Titre complet : Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable

Livre du Collectif d’écriture sous la direction de Florence Piron, Samuel Regulus et Marie Sophie Dibounje Madiba

Fruit de deux importants colloques tenus à Port-au-Prince (Haïti) en mars 2016 et à Yaoundé (Cameroun) en mai 2016 à l’initiative du projet SOHA, ce livre présente en 37 chapitres écrits par 40 auteurs et auteures de 13 pays un panorama des enjeux actuels de la justice cognitive en Haïti et en Afrique francophone. Comment rendre l’information scientifique et technique mondiale plus accessible dans les pays des Suds, tout en valorisant les savoirs qui y sont créés ou transmis ? Quel rôle peut jouer le mouvement du libre accès aux ressources scientifiques dans un contexte où l’accès au web est loin d’être généralisé ? Les universités haïtiennes et africaines sont-elles prêtes à prendre le virage de la science ouverte pour plus de justice cognitive entre le Nord et les Suds et pour devenir des outils de développement local durable? Comment développer les capacités et le pouvoir d’agir des chercheurs et chercheuses, étudiants et étudiantes d’Haïti et d’Afrique ? Articles, essais, études empiriques, témoignages, traductions : ce livre chatoyant, plurilingue, plurinational, donne la parole à des hommes et des femmes de différents horizons qui souhaitent partager leurs savoirs et leurs idées, au nom de la justice cognitive.

"Droits culturels et politiques publiques"

05/01/2017

Titre complet : "Droits culturels et politiques publiques" Dignité, Vivre ensemble ou Discriminations ?

Le 24 février 2017, de 9h à 18h, au Palais du Luxembourg, 15 rue de Vaugirard, 75006 Paris.

La libre participation à la vie culturelle, l'accès à l’éducation, à l’enseignement artistique, aux pratiques, sont au cœur des enjeux de Dignité humaine et du Vivre ensemble. Ils sont un préalable à l’inclusion sociale, scolaire et professionnelle. Les droits culturels figurent dans la Loi Nouvelle Organisation des Territoires de la République. Cependant, des millions de personnes, enfants et adultes handicapés, personnes âgées en perte d'autonomie, malades d'Alzheimer, en précarité, subissent des discriminations qui les maintiennent souvent à l’écart de la vie culturelle de la communauté.

Les Assises "Droits culturels et politiques publiques" Dignité, Vivre ensemble ou Discriminations ? aborderont les droits culturels au regard de la communauté humaine, nationale et de tout individu. Au cœur des échanges, deux questions :

- quelles politiques pour la participation de tous à la vie culturelle dans le cadre du droit commun, sans laisser de vastes populations dépendre de l'existence éventuelle de projets à leur intention ?

- comment garantir l'égal accès au service public de la culture, sa continuité, et son adaptabilité, pour les personnes ne pouvant que rarement ou jamais sortir de leur lieu de vie, domicile privé ou institution d'accueil ? ...l

  • Entrée gratuite. (Accès au Palais du Luxembourg sur présentation d'une pièce d'identité)
  • Inscription obligatoire

La dernière lettre - n° 138 - 3 janvier 2017

Genre: avons-nous perdu la bataille?

03/01/2017

Rencontre avec Christne Delphy, le 12 janvier 2017 à 19h00 - Le Maltais rouge, 40 rue de Malte, Paris 75011, métro République/Oberkampf

«L’oppression des femmes est spécifique non pas parce que les femmes seraient spécifiques, mais parce que c’est un type d’oppression unique. »
Après l’Économie politique du patriarcat, le tome 1 de L’ennemi principal, Christine Delphy nous présente ici la suite de son analyse matérialiste de la société, une analyse en termes de rapports sociaux et donc politiques, fondamentale pour la compréhension de toutes les oppressions, fondamentale à tout projet d’émancipation.

Lors de la première édition en 2001, Josyane Savignau écrivait dans Le Monde des livres : « Voici un travail qui rompt avec le lyrisme, la religiosité, les proclamations à propos de la “différence des sexes” auxquels on est habitué depuis quelques années. […] Dans sa préface, “Critique de la raison naturelle”, à elle seule un court essai problématisant l’ensemble du livre […], elle s’attache à “faire entendre des propos logiques”, ce qui est moins facile qu’on ne l’imagine. Elle sait renverser les perspectives, contredire ce que l’on tient pour des évidences, cherchant à substituer une démarche scientifique aux discours quasi mystiques qu’on entend généralement sur ce sujet. Et constamment, elle demande à son lecteur d’essayer de penser au lieu d’être dans une passive empathie et d’“adhérer”. Autant dire qu’elle a du courage et qu’elle prend des risques en un temps où, comme elle le relève, “tout se passe comme si la différence des sexes était ce qui donne sens au monde”. »

 

[Table des matières du livre "L'ennemi principal, Tome 1 Penser le genre]

SamSam: le guide en ligne pour aider les réfugiés

01/01/2017

Article par Fabien Leboucq Publié le 21-12-2016 Modifié le 21-12-2016 à 20:21

SamSam cherche à orienter les réfugiés dans la société française. REUTERS/Pascal Rossignol

L'association France Terre d’Asile a lancé lundi 19 décembre un guide en ligne, bientôt décliné sous forme d’application mobile, à destination des réfugiés. Construit sur le mode collaboratif, SamSam est enrichi par des bénévoles ou par les réfugiés eux-mêmes, qui recensent les bonnes adresses et les informations importantes pour faciliter l’arrivée et l’intégration des migrants.

Comment se rendre à Paris ? Où se trouve le centre d’hébergement le plus proche ? Comment traduire « socks » [chausettes] en français ? Qu’est-ce qu’un citoyen ? C’est pour répondre à ces questions, et à bien d’autres, que l’association France Terre d’Asile a lancé SamSam, un guide participatif en ligne que chacun peut compléter.

« Pour que cela marche, il faut que les travailleurs sociaux et les bénévoles s’en emparent », explique Pierre Henry, directeur général de France Terre d’Asile. Comprendre : qu’ils contribuent eux aussi à enrichir la plateforme afin que le plus grand nombre d’informations soient accessibles aux réfugiés qui souhaitent s’intégrer en France.

Le projet de France Terre d’Asile est né il y a un an, sous les auspices de l’Assemblée nationale, auprès de laquelle l’association a obtenu 30 000 dollars pour développer SamSam. Pour l’instant, les contenus de la plateforme, en français et en anglais, concernent surtout Paris, mais Pierre Henry a bon espoir que des « samsameurs » participent sur tout le territoire. Depuis le lancement le 19 décembre, un webmaster est dédié à la gestion de la communauté et à la modération des contenus qu’elle propose, sur Facebook ou sur Twitter - pour l'heure, on ne compte qu'une trentaine de « likes » et de « follows ». France Terre d'Asile dressera un premier bilan de son application avec ses utilisateurs d'ici à trois semaines.

Un risque de surexposition ?

« Malgré les bonnes intentions qu’il y a derrière, parfois ces applications sont à double tranchants », prévient Jérôme Valluy, enseignant-chercheur à Paris I dans le domaine des mobilisations sociales relatives à l’accueil des réfugiés. « Ces applications peuvent pénaliser les publics qu’elles cherchent à aider. Par exemple, en donnant des renseignements sur leur position à des personnes mal intentionnées, ou aux forces de l’ordre, qui ont parfois pour ordre de les expulser. »

« Tout se fait dans le respect du droit, des lois, et il n’y a aucune espèce de raison de ne pas faire un recensement » des différentes initiatives d’aide aux réfugiés, rétorque Pierre Henry. Selon le directeur général de France Terre d’Asile, les informations et les services auxquels SamSam permet d'accéder sont déjà tous disponibles pour le public. L’application est juste là pour faciliter les recherches et ouvrir des portes. C’est d’ailleurs de là que vient le nom de l’initiative : en arabe, « samsam » signifie « sésame ».

--------------
Source TerraHN : http://www.rfi.fr/france/20161221-samsam-guide-collaboratif-application-aide-refugies-france-terre-asile

La favela de Mangueira et ses histoires de vies en commun

30/12/2016

Titre complet : La favela de Mangueira et ses histoires de vies en commun  -Travailler avec les périphéries

 Livre de Lucia Ozorio

Les luttes pour la vie des habitants de cette favela de Rio forgent une puissance de vie peu commune et des arts de l'existence peu connus.La démarche de prise de paroles et de construction d'histoires de vie en commun que relate ce livre, renforce cette dynamique communautaire et l'élargit en nous la communiquant. Communication précieuse d'une puissance de vie et de dire d'une périphérie du Sud, à connaître pour contrebalancer des biopolitiques refoulantes du Nord.

Des femmes dans l’espace public... ?

30/12/2016

Virginie Martin & Béatrice Mabilon-Bonfils - le 29/12/2016

La place de la femme dans l'espace public, en voilà un sujet, en voilà un enjeu essentiel dont les multiples manifestations se donnent à voir.

Il est par exemple question de la polémique autour de la présence des femmes dans les cafés de certains quartiers du 93 ; il peut être aussi question de la quasi absence des femmes dans les primaires de droite comme de gauche, alors même que la suprématie des femmes est autorisée, plus, mise en scène lors de  l'élection des miss.

 Il n'y a pas à dire, les femmes sont autorisées dans l'espace public quand il s'agit de jouer le rôle correspondant à leur sexe. S’il s'agit de charme, de séduction, de physique, de qualité innée alors la femme sera acceptée. S’il s'agit de paraître ou d’apparat, alors la femme sera acceptée. Tout à coup la femme est partout s’il s'agit d'être surpuissante dans l'espace public au nom d'une féminité, d'une sexualité ou d'une séduction. Voilà l'espace public qui est réservé aux femmes aujourd'hui.

La polémique a été vive sur des cafés interdits aux femmes dans certains quartiers de notre pays mais la polémique n’existe pas quand il s'agit de sur-représentation des femmes au nom de la séduction. Pourtant ce sont les deux faces d'une même pièce.....