Les nouveautés

Esthétique et politique au prisme d'une philosophie de terrain

06/04/221

En visio conférence le 7 avril 2021 de 18h à 20h, une conférence de Christiane Vollaire (Conférence organisée avec le soutien de la Mairie de Paris Centre)

On souhaite ici présenter la réalité d’un travail et tenter d’en réfléchir les perspectives. Ce travail s’est accompli depuis le tournant des années deux-mille autour d’une double postulation : celle de la constitution et de la conceptualisation d’une philosophie de terrain, et celle de la collaboration avec un photographe qui a lui-même théorisé sa pratique.
Ce choix philosophique, articulé sur la relation entre esthétique et politique, nécessite ainsi de penser la philosophie de manière indissociable comme philosophie esthétique et comme philosophie politique. Mais il nécessite aussi de penser l’image dans l’activité réflexive qu’elle suscite.
Il s'agira en outre de penser le rapport de la philosophie au terrain, à la fois dans ce qu’elle doit aux sciences sociales et dans ce que ces dernières peuvent en retirer, dans les hybridations et les nouvelles perspectives ouvertes par la réciprocité de ces apports.
Du point de vue de l’expérience de terrain, cette réflexion est nourrie par le développement d’une collaboration qui, initiée en 1999 à partir d’un travail sur les femmes militantes des Balkans, s’est développée en 2008 en Pologne, puis en Égypte en 2011, au Chili en 2012, en Turquie en 2013, en Bulgarie en 2014 ; en Grèce, entre 2017 et 2020. À chaque fois, autour des revendications et des solidarités suscitées par l’affrontement aux politiques économiques et aux politiques migratoires.
En France entre-temps, depuis 2016, ce travail s’est orienté vers les camps de la région Nord, puis vers les quartiers populaires et le mouvement des Gilets jaunes.
Chacun de ces travaux a donné lieu à des formes de publications spécifiques, dans le champ de l’art aussi bien que dans ceux de la philosophie et des sciences sociales.
Les processus de globalisation sont ainsi l’occasion, par une politique de l’entretien, d’interroger les formes de solidarité qui s’y affrontent et d’en représenter, par le texte et par l’image, la puissance d’agir. La question de la représentation est donc ici bel et bien au cœur de ce travail, dans ses dimensions corrélativement esthétiques et politiques.

Cercle Germaine De Staël

10/02/2021

Cercle Germaine De Staël, Genève - Groupe de réflexion sur le recul des valeurs de la démocratie et la progression du national-populisme en Europe

Message à nos lectrices et à nos lecteurs

Vous faites partie des personnes qui avez, depuis la création du blog du Cercle Germaine de Staël en mars 2020, marqué d’une manière ou d’une autre votre intérêt pour certains des textes que nous y avons publiés. Plusieurs d’entre vous ont écrit des articles ou des brèves et nous les remercions d’avoir ainsi élargi le cercle de nos auteurs. Selon le logiciel de statistiques, nous avons dépassé le 12 décembre dernier le cap des mille lecteurs et lectrices ! Environ 800 étaient des lecteurs et lectrices occasionnels et environ 200 nous lisaient plus régulièrement. Il est intéressant de noter que près de 90% d’entre eux sont, à part à peu près égale, domiciliés en Suisse ou en France.

Au fil des mois, nous avons pu établir avec ceux et celles d’entre vous qui souhaitaient être associées à nos réflexions, un contact plus ou moins approfondi sans faire forcément partie du Cercle Germaine de Staël. Ces personnes reçoivent nos Newsletters, nous écrivent pour nous encourager à poursuivre la réflexion initiée et nous proposent des textes que nous publions.

« Le recul des valeurs de la démocratie et la progression du national-populisme » est un sujet d’une actualité criante. Par ce message, nous aimerions vous solliciter soit pour nous proposer des textes rédigés par vous – nous ne publions pas de textes parus ailleurs - mais aussi pour recommander des publications. Nous vous encourageons également à réagir en mettant vos commentaires à la fin des articles : la culture initiée par les blogs se veut réactive et interactive ! N’hésitez pas à participer à ce débat crucial !

Votre contribution nous réjouirait. Outre les  « COMMENTAIRES »  que vous pouvez y faire à tout moment, vous pouvez :

  • écrire un texte dans  « ARTICLES » (5.000 à 6.000 signes soit 2 pages à 2 pages et demi)
  • réagir à un événement d’actualité dans « BRÈVES » (1.500 à 2.000 signes, soit une demi à une page environ)
  • rédiger quelques lignes dans « ON EN PARLE » au sujet d’un article, d’un ouvrage, d’une émission de radio/TV ou d’un film que vous avez envie de partager.

Afin d’éviter tout débordement de forme qui les rendrait impubliables, un groupe de trois personnes membres du Cercle Germaine de Staël est chargé de la régulation des textes.

Avec nos plus cordiaux messages

Le groupe administrateur du blog : André Duval, Jacqueline Monbaron, Jean-Daniel Rainhorn

Certificat Récits de vie et accompagnement biographique

01/02/2021

De Septembre 2021 – Décembre 2022, une frormation en 3 niveaux 'Université de Fribourg

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE
Composer avec les rythmes de l’existence et accompagner les transformations vécues
La production de récits de vie rencontre aujourd’hui un intérêt croissant, que ce soit dans le cadre familial, à l’école, en formation, au travail, dans la prise en charge de personnes vulnérables, dans les soins, ou encore en librairie ou sur Internet. Faire la narration d’un événement, d’un moment, d’une période ou d’une vie entière, c’est faire un travail de mise en mots à travers lequel on revisite le sens attribué à son expé-
rience. En permettant de tisser des liens entre les faits – vécus ou imaginaires – qui constituent notre quotidien et les événements qui font bifurquer le cours de la vie, le travail biographique repose sur des processus d’énonciation, d’écriture, de réflexion et de dialogue, à travers lesquels se développent à la fois la compréhension de soi et d’autrui, mais aussi des dynamiques identitaires qui façonnent l’existence au fil du temps. A une époque où les rythmes de vie, les innovations technologiques, et les changements sociaux sont marqués par le sceau de l’accélération, il n’est pas surprenant dès lors que se multiplient les démarches à travers lesquelles des récits de vie, individuels ou collectifs, sont produits et partagés (de l’autobiographie de personnes illustres à celle de gens ordinaires, des pratiques d’orientation professionnelle aux séances de thérapie, de la prise en charge de personnes en situation de rupture à l’accompagnement de personnes en fin de vie, du recueil biographique à l’écriture d’un blog). L’élaboration d’un récit de vie constitue en effet un moyen privilégié d’identifier des repères, des modèles et des filiations, comme autant de ressources dont on peut garder une trace, sur lesquelles on peut prendre appui, et qu’il est possible de transmettre dans un contexte en constante évolution....

« En 2011, Catherine Schmutz-Brun créait le Certificat de « Recueilleurs et recueilleuses de récits de vie » en collaboration avec le Service de la Formation Continue de l’Université de Fribourg (Suisse). A l’occasion de son départ de l'Université, elle passe aujourd’hui le témoin à Michel Alhadeff-Jones qui reprend la responsabilité de ce programme en proposant une nouvelle formule intitulée « Récits de vie et accompagnement biographique ». La première cohorte de ce nouveau programme débutera la formation en septembre 2021. Les inscriptions sont désormais ouvertes jusqu’au 31 mars prochain sur le site du Service de la Formation Continue

CAS HdV 2021-2022CAS HdV 2021-2022 [3.642 Kb]

Éducation populaire et formation des adultes au féminin (XIXe - XXe siècles)

13/01/2021

Titre complet : Éducation populaire et formation des adultes au féminin (XIXe - XXe siècles) : trajectoires biographiques

Le Samedi 30 janvier 2021 : matinée d’étude ATRHE/Gehfa (Association transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l'Education & Groupe d'étude-Histoire de la formation des adultes)

En raison de la situation sanitaire, la matinée d’étude se déroulera à distance, via l’application Zoom, à l’adresse suivante :
https://u-picardiefr.zoom.us/j/89214996327?pwd=SDlKeWNvcU1BOEkxQVJtNlFUL2tHQT09  -  ID de réunion : 892 1499 6327 - Code d’accès : 864848  -  http://www.atrhe.org ou http://gehfa.com

Présentation :

L’histoire de l’éducation ne se limite pas à celle de l’école ou des écoliers – un truisme qui mérite répétition. Au cours des deux derniers siècles, l’éducation des adultes a répondu à différents enjeux tant politiques que sociaux et économiques. Toutes sortes d’initiatives en direction de personnes déjà engagées dans la « vie active » ont vu le jour dans différents lieux, au sein mêmes des écoles, mais le soir, lorsqu’elles étaient désertées par les enfants, à ses marges ou dans le cadre d’institutions totalement extérieures au système national d’enseignement (associations, entreprises, syndicats ou autres collectifs...). Tout un pan de recherche en histoire de l’éducation et de la formation s’intéresse à cette éducation postscolaire, à l’éducation populaire et à la formation des adultes au XIXe et au XXe siècle. Parmi ces travaux, nous privilégions ceux qui adoptent une approche biographique autour de figures de femmes pour proposer une réflexion sur la manière dont ce prisme méthodologique renouvelle ou modifie notre compréhension de l'histoire de l’éducation et de la formation, dans la continuité des séminaires organisé par chacune des associations ces dernières années. Cette demi-journée d’étude se donne également comme objectif de développer le dialogue entre chercheur·es abordant l’histoire de l’éducation et de la formation à partir d’angles différenciés, de sonder les acquis des recherches portant sur le genre, et d’éclairer les liens entre le scolaire et le hors-scolaire, entre l’action militante (notamment d’éducation populaire) et celle plus directement liée aux enjeux économiques, du travail et de l’emploi.

Espace, Racisme et Racialisation

10/01/2021

Un appel à articles pour un dossier thématique de la revue Espaces & Sociétés sur le thème suivant: "Espace, Racisme et racialisation".

Le dossier sera coordonné par F. Belmessous, M. Blanc et S. Kipfer. Les articles sont à transmettre aux coordonnateurs avant le 09 septembre 2021 mais vous pouvez d'ores et déjà nous joindre pour toute question.

Dr Fatiha BELMESSOUS 

Chargée de recherche / Researcher
Université de LYON / ENTPE / CNRS / UMR 5600 / EVS

+ 33 4 72 04 77 29

Revista Internacional Educon

10/01/2021

Une nouvelle revue en Portugais dont le numéro 1 est sorti en décembre 2020

Présentation :

O Grupo de Estudos e Pesquisa Educação e Contemporaneidade (CNPq/UFS) tem o prazer de propor uma nova realização: a Revista Internacional Educon. Já organizamos quatorze Colóquios Internacionais EDUCON, em que participaram grandes nomes da área (Novoa, Tardif, Vergnaud e muitos outros) e inúmeros jovens pesquisadores, a quem o Colóquio proporcionou a oportunidade de uma primeira apresentação de trabalho, com publicação nos Anais.

Por que esta Revista ? Por duas razões....

Présentation aussi en Anglais et Français

Les articles sont en Portugais et en Anglais

EXPÉRIENCES THÉÂTRALES ET RÉCITS DE SOI

10/01/2021

Titre complet : EXPÉRIENCES THÉÂTRALES ET RÉCITS DE SOI - Une Université populaire sous confinement Covid-19

Livre de : Collectif Atelier UP-MC93 - Préface d’Hortense Archambault

Ce livre propose une réflexion collective sur le rapport au théâtre de plusieurs membres de l’Université populaire de Bobigny à la Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis (MC93). Il est le résultat du travail d’un atelier de récits de vie de spectateurs de théâtre créé au sein de cette Université populaire au début de l’année 2020, qui s’est très vite trouvé pris dans la tourmente de la pandémie de Covid-19. L’originalité de la conception de ce travail donne à penser que les Universités populaires et l’éducation populaire sont aptes à proposer des réflexions riches et impliquées, produites par un dispositif coopératif, simple et interactif, entièrement bénévole et gratuit.

Une Ecole OFAJ : enjeux et perspectives pour une recherche franco-allemande

08/012021

Colloque les 10 et11 juin 2021 - Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord - 20, avenue George Sand - 93210-La Plaine Saint-Denis - Métro Ligne 12. Front Populaire

Présentation du colloque

Depuis sa création, l’OFAJ joue un rôle moteur dans la relation franco-allemande et dans la construction européenne en proposant des initiatives marquantes pour la société civile.

Le secteur « Recherche et évaluation » du bureau « Formation interculturelle » relaie cette ambition en fédérant des études et des recherches réunissant des formatrices et formateurs, des chercheuses et des chercheurs des deux pays sur des sujets d’éducation, de formation et de société.

Ce colloque se donne le double objectif de faire un bilan historique et méthodologique des recherches conduites depuis cinquante ans par l’OFAJ et de proposer l’ouverture de ces recherches à une nouvelle génération de chercheuses et chercheurs, dans l’esprit de ce qui constitue une « École OFAJ ».

Pour répondre à ces objectifs, le colloque propose quatre axes de travail mettant chacun en avant une question vive de la recherche interculturelle franco-allemande d’aujourd’hui.

Nourris dans un premier temps par les contributions individuelles des participantes et participants, ces axes de travail feront l’objet dans un second temps d’une élaboration commune donnant lieu à la construction de nouveaux projets de recherche.

Le programme

L'appel à communications (vous pouvez déposer votre proposition jusqu'au 28 février 2021)

►Pour toutes les questions que vous pouvez vous poser, adressez-vous à Anne Dizerbo : contact.rbe.colloque@gmail.com

Revista Portuguesa de Educação

08/01/2021

Cette revue vient de faire paraître son numéro de décembre 2020 (vol. 33 n.º 2 -2020).
 

Editorial :

"É com grande satisfação que anunciamos a publicação do número 2 do volume 33 da Revista Portuguesa de Educação (RPE). Especialmente nestes tempos de pandemia que constituem um desafio acrescido relativamente ao normal labor associado ao ensino, à investigação e à publicação de qualquer revista.

Para além das dificuldades experimentadas no desenvolvimento da investigação, houve necessidade de estabelecer sistematicamente uma comunicação virtual, o que, por vezes, obrigou a distender no tempo os variados processos editoriais. Em consequência, nestas circunstâncias, a elaboração do presente número da RPE assumiu um maior desafio que nos congratulamos por ter cumprido.

Simultaneamente as restrições e o confinamento em que nos encontramos constituem uma boa oportunidade de leitura e de reflexão, pelo que convidamos todos os leitores a consultarem o índice do número da RPE agora publicado e a lerem os artigos que sejam do seu interesse. Na revista poderá encontrar uma diversidade de textos centrados em variadas problemáticas da Educação, sejam de natureza teórica ou empírica, que certamente corresponderão aos seus interesses de leitura neste domínio científico.

No presente número da revista são publicados 11 artigos, relativos a vários subdomínios da Educação e que serão apresentados resumidamente a seguir, mais seis artigos de um núcleo temático sobre investigação biográfica em Educação.

O artigo que abre este número da RPE intitu ..."

 

A propos du livre "Education ou Barbarie" de Bernard Charlot

28/12/2020

Recension de Christine Delory-Momberger

Enfin ! Enfin un livre sur l’éducation et pas seulement sur l’apprentissage, sur la pédagogie et pas seulement sur la didactique ! Et enfin un livre qui ne se contente pas d’idées générales, d’horizons lointains mais qui affronte les questions, prend position dans les débats, discute et argumente, sans jamais perdre de vue son objet : comprendre la nouvelle configuration de la question de l’éducation dans la société contemporaine et penser – aujourd’hui où ils ne sont plus lisibles – les termes d’une anthropologie propre à fonder l’éducation et la pédagogie contemporaines.

Pour mener cette entreprise, il aura fallu la très grande culture philosophique et anthropologique de Bernard Charlot ; il lui aura fallu la curiosité de recherche qui est la sienne et la manière à la fois passionnée et rigoureuse avec laquelle il s'empare des questions et intervient dans les débats ; il lui aura fallu encore sa double expérience française et brésilienne d’enseignement et de recherche qui, aussi bien à l’Université Paris 8-Saint-Denis qu’à l’Université Fédérale de Sergipe, l’aura mis aux prises avec les réalités des publics scolaires et universitaires et lui aura fait mesurer sur le terrain les enjeux fondamentaux du rapport au savoir et à l’école. ....

 

" Conditions biographiques et expériences du Sujet"

23/12/2020

Parution du numéro 10 du hors-série ACTUELS

Coordination du numéro par Martine Janner Raimondi

Présentation :

Si la condition biographique désigne une configuration du rapport de l’individu à la société dans laquelle la biographie, en tant que processus de construction de l’existence individuelle, assure un rôle central dans la reproduction/production de la société, cette définition générique recouvre des expériences plurielles dont il faut saisir la variabilité en même temps que l’intersectionnalité. En fonction de l’âge (enfance, adolescence, âge adulte, grand âge), du genre (des assignations et des choix auxquels il donne lieu), des états de l’existence (et de ce qui la menace ou l’altère : maladie, handicap, troubles mentaux), des espaces-temps sociaux (familiaux, scolaires, professionnels, etc.) et des « épreuves » qu’ils présentent, de la contextualisation des expériences (ethnicités, mobilités, mondialités), des régimes et des registres de pouvoir (biopolitique, « conduite des conduites », politiques biographiques)…–  la « condition biographique » correspond pour chaque acteur sujet à des appropriations et des constructions singulières de processus d’individuation/socialisation.

Éducation ou barbarie

23/12/2020

Livre de Bernard Charlot

Il n'y a pas de pédagogie « contemporaine », anthropologiquement fondée, qui serait l'équivalent de ce que furent les pédagogies « traditionnelles » ou « nouvelles ». Celles-ci proposaient un type d'homme à éduquer. Aujourd'hui, l'objectif est : un bon métier plus tard, une meilleure position dans les classifications internationales. Cela ne veut pas dire qu'il n'y ait pas de nouveaux discours. Mais les recherches scientifiques sérieuses servent d'alibi à un neurocharlatanisme envahissant, la cyberculture promet l'intelligence collective et nous livre fakenews et cyberbullying et le transhumanisme annonce, avec une jubilation suicidaire, la fin proche de Sapiens. Pendant ce temps, chacun survit comme il peut avec ses enfants ou ses élèves et les logiques de performance et de concurrence dévorent notre monde.

Ce livre est porté par l'idée qu'il faut réintroduire la question de l'homme dans le débat sur l'éducation. Mais comment penser l'homme ? Bernard Charlot pose la question à des auteurs modernes et contemporains, en particulier Gehlen, Heidegger, Arendt, Patočka, Sloterdijk, Descola, Schaeffer, et il interroge la paléoanthropologie, qui étudie scientifiquement comment sont advenues ces diverses espèces humaines dont nous, Sapiens, sommes l'ultime forme.

Cet appel à une anthropo-pédagogie contemporaine est une contribution importante au débat sur l'avenir de notre monde, de notre espèce, de notre planète. Éducation ou barbarie...

Politiques de l'exil - Territoires de solidarité

19/12/2020

Le 13 janvier 2021

Dans le cadre d'une année consacrée aux Politiques de l'exil - Politiques de territoire, cette séance s’attachera à discuter de différentes initiatives citoyennes d’accueil, la politisation de “la maison” dans un contexte d’inhospitalité institutionnelle.

16-20h: séance  en distanciel - un lien sera disponible deux jours avant sur https://nle.hypotheses.org/6129 . Il est également possible de s'inscrire ICI

Séminaire ouvert à toutes et tous.

avec : Camille LOUIS (Philosophe, Collectif Kom-Post), Sophie DJIGO Philosophe, collectif Migraction), Joelle LE MAREC (U. Paris IV)

→  Ouvrage présenté par les auteurs :  Christiane Vollaire et Philippe BazinUn Archipel de solidarité – Grèce 2017-2020, Loco (2020) 

Coordination : Emilie Da Lage (U.de Lille)  / Ouvrage présenté  par Chowra Makaremi

Présentation des intervenant.e.s 

Sophie DJIGO est philosophe et engagée dans le collectif Migraction. Elle travaille à Calais en développant une philosophie de terrain qui lui permet de penser à partir des situations de violences, mais aussi des formes de solidarité qui se déploient à Calais. Elle a publié Les migrants de Calais, une enquête sur la vie en transit aux éditions Agone en 2016 et Aux frontières de la démocratie, aux éditions Au bord de l'eau en 2019.

Emilie DA LAGE  est chercheuse en sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lille-SHS, membre du laboratoire GERIICO. Ses travaux portent sur la dimension culturelle et sociale des circulations mondialisées des productions culturelles et médiatiques. Elle a participé au collectif Décamper ! et coordonné en 2016-2017 un programme de recherche-action et de séminaires financé par la MESHS-Lille « Créativité et migration en situation d’encampement ». Elle a notamment publié « Les refrains de la mondialisation », avec François Debruyne, dans la revue Réseaux, (Réseaux N°192 La découverte, 115-142, 2015.), « La musique le temps le camp » (in Décamper! La Découverte, 2016), elle a également produit un dispositif de valorisation de la recherche de terrain à Grande Synthe sous la forme d’une installation sonore exposée régulièrement dans différents lieux culturels. https://soundcloud.com/emilie-da-lage/mood-of-the-women-center. Elle est membre des Non-lieux de l'exil et co-coordonne le séminaire

Camille LOUIS est artiste dramaturge, co-initiatrice du collectif international kom.post (composé de chercheurs, artistes et activistes) et docteure en philosophie. Elle a notamment coordonné la publication du numéro 51 de la revue Tumultes."Cosmopolitique en exils : des xénopolis à l'édification d'un monde commun" avec Etienne Tassin. Elle est par ailleurs impliquée dans le collectif La Casa, engagé dans une politique d'accueil digne et visant à l’égalité radicale. Elle est aussi très engagée sur les terrains des luttes et solidarités grecques, notamment à Athènes et sur l’île de Lesbos.

Joëlle LE MAREC  est professeur en sciences de l'information et de la communication à Paris IV. Ses travaux portent sur les rapports sciences, savoirs, société.  Elle anime un collectif de recherche sur la production de savoir en situation de précarité. Elle est engagée dans l'accueil des mineurs isolés. Elle a récemment publié, avec Amara Camara La voix d'Amara. aux éditions SiKiT.

Chowra MAKAREMI est anthropologue et chercheuse au CNRS, à l'IRIS. Elle a travaillé sur la détention frontalière en France et coordonné plusieurs collectifs de recherche sur les dispositifs de contrôle migratoire en Europe. Elle travaille également sur la violence post-révolutionnaire en Iran à partir de la notion de contre-archive, et explore différentes pratiques d'écritures (cinéma documentaire, roman graphique). Elle co- coordonne le séminaire et est membre des Non-lieux de l'exil.

Christiane VOLLAIRE I Philippe BAZIN. Christiane Vollaire philosophe, est chercheure associée au Centre de Recherche sur le Travail et le Développement du CNAM, membre du programme Non-lieux de l’exil (EHESS-Institut Convergences-Migrations),  membre de la rédaction de la revue Chimères. Elle a forgé dans les années 2000 un concept de la philosophie de terrain à partir duquel elle travaille actuellement sur plusieurs terrains politiques concernant à la fois les migrations et les revendications : Balkans (2000), Pologne (2008), Égypte (2011), Chili (2012), Turquie (2013), Bulgarie (2014), Grèce (2017-2020) ; mais aussi en France, autour des camps du Nord, du mouvement des Gilets jaunes et des quartiers populaires. Ouvrages parus : Humanitaire, le cœur de la guerre, L'Insulaire, 2007 ; Pour une Philosophie de terrain, Créaphis, 2017.  Elle a publié plusieurs ouvrages avec Philippe BAZIN  dont Le Milieu de nulle part, Créaphis, 2012 et Un Archipel de solidarité – Grèce 2017-2020, Loco (2020). Phillipe BAZIN est photographe, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, HDR, professeur de photographie à l'École Nationale Supérieure d'Art de Dijon. Il a développé depuis le début des années 80 un travail prenant en compte les relations que nous entretenons avec les différents phénomènes institutionnels qui encadrent et organisent l’existence sociale, autour de la question du visage. Il a publié en 2009 un ouvrage récapitulatif de l’ensemble de son travail sur les visages, La Radicalisation du Monde (l’Atelier d’édition). Depuis le début des années 2000, son travail artistique se développe autour des relations entre esthétique et politique. Parmi ses ouvrages récents Les Coupes (Créaphis, 2017) et Pour une Photographie documentaire critique (Créaphis, 2017)

À QUOI SERT (ENCORE) L’ART EN TEMPS DE CRISE SANITAIRE ?

18/12/2020

Livre sous la direction de Christophe Pittet

L’idée de cet ouvrage est née durant la première vague pandémique du printemps 2020, à partir d’une question posée dans le cadre de la Saison culturelle du Tiers-lieu « Dans le ventre de la baleine » : « À quoi sert (encore) l’art en temps de crise sanitaire ? ». Artistes, chercheurs et acteurs culturels de France et de Suisse ont répondu présent pour réfléchir à cette interrogation existentielle, que ce soit par une analyse, un témoignage ou encore avec des images. L’objectif était de mettre en perspective la place et la fonction de l’art dans la société et pour chacun de nous, plus particulièrement
durant cette période marquée, entre autres, par l’incertitude et l’insécurité.

 

AQuoiSertEncoreArtEnTempsCriseSanitaire AQuoiSertEncoreArtEnTempsCriseSanitaire [2.136 Kb]

Biennale Internationale de l’Éducation, de la Formation et des Pratiques ...

19/12/2020

Titre complet: Biennale Internationale de l’Éducation,  de la Formation et des Pratiques professionnelles

Les 22-23-24-25 septembre 2021 à Paris

Dans la dynamique des précédentes éditions de la Biennale 

En lien avec la Chaire Unesco-ICP « Formation professionnelle, construction personnelle, Transformations sociales » la Biennale Internationale de l’Éducation, de la Formation et des Pratiques professionnelles 2021 lance un appel à communications individuelles sur la thématique :  Faire/se Faire.  https://labiennale-education.eu/communiquer/  

Elles seront regroupées en ateliers de communication croisant délibérément communications d’expériences et communications de recherches, en vue de favoriser les échanges entre partenaires professionnels et partenaires académiques. 

Objectif principal  

Donner à voir et soumettre à l’échange des expériences et des recherches croisant délibérément ‘ce qui se passe’ du côté de la construction des activités et ‘ce qui se passe’ du côté de la construction des sujets en activité. 

Ces constructions/transformations sont largement conjointes et souvent « silencieuses ». 
On s’intéressera en particulier à la construction des parcours d’expérience, des gestes, des arts de faire, des performations, des habitudes d’activité, et même des ‘déformations professionnelles’, bref de toutes les formes d’apprentissage et de transformations des sujets par et dans l’action. Et plus largement, à la construction des identités personnelles et collectives dans et par les champs de pratiques. 

Question principale :

Comment se construisent et se repèrent ces transformations simultanées ? quelles approches pouvons-nous en avoir ? Que pouvons-nous en penser/que pouvons-nous en dire ? 

Deux formats de communication :  

Cet appel sollicite deux sortes de contributions : 

  1. Des communications de recherches : elles analysent à partir d’un matériau identifié et avec des outils conceptuels des faits ou des phénomènes relevant de transformations conjointes activités/sujets (individuels ou collectifs). Elles seront appréciées et diffusées à partir de la qualité de la construction de la recherche et de l’originalité des savoirs produits. 
  2. Des communications d’expériences : elles sont relatives à la présentation d’expériences, de dispositifs, de politiques en lien avec le thème et ses déclinaisons possibles (voir ci-dessous) et ayant donné lieu à explicitation et formalisation précises par les auteurs/acteurs. Elles peuvent comporter par exemple un travail sur des récits d’expériences, des témoignages, des bilans et sur des éléments subjectifs présents dans l’action. Elles seront également appréciées et diffusées en fonction de ces critères.  

 

« La fabrique d’un monde à sa main comme projet d’émancipation »

18/12/2020

Les vidéos de la conférence avec Florence Giust-Desprairies, le 11 décembre 2020

La conférence

La discussion

LES RENDEZ-VOUS DU SUJET DANS LA CITE

10/12/2020  
 

Une webconférence suivie d'un débat le 11 décembre 2020 (14h30-16h30)

avec Florence Giust-Desprairies. Professeure de sociologie clinique. Université Paris 7 Sorbonne Paris Diderot, auteure de « La fabrique d’un monde à sa main comme projet d’émancipation » 

Je présenterai la construction sociale d’un collectif d’artistes trentenaire qui se présente pour les membres comme une expérience partagée stimulante pour la création et comme lieu de revitalisation individuelle. Le collectif parvient à rendre son activité viable économiquement alors même que le désir de vivre d’une production artistique se heurte aux impératifs et aux logiques du marché. Il s’agit d’examiner la manière qu’a ce collectif de former un monde commun socialement alternatif en identifiant les différentes fonctions que remplit le groupe et les organisateurs qui structurent le commun, notamment le rapport à la filiation. On s’interrogera sur le fait de savoir si ce collectif est simplement la construction d’un monde particulier ou s’il participe à faire société autrement

Discutant : Valentin Bardawil. Réalisateur cinéaste et co-fondateur de Photo Doc.

 

Résumé de l'article :

Cet article présente la construction sociale d’un collectif d’artistes trentenaire qui se présente pour les membres comme une expérience partagée stimulante pour la création et comme lieu de revitalisation individuelle. Le collectif parvient à rendre son activité viable économiquement alors même que le désir de vivre d’une production artistique se heurte aux impératifs et aux logiques du marché. Il s’agit d’examiner la manière qu’a ce collectif de former un monde commun socialement alternatif en identifiant les différentes fonctions que remplit le groupe et les organisateurs qui structurent le commun, notamment le rapport à la filiation. L’auteur cherchera à savoir si ce collectif est simplement la construction d’un monde particulier ou s’il participe à faire société autrement.

MYTHOLOGIE PERSONNELLE ET PROCESSUS DE BIOGRAPHISATION

09/12/2020

Titre complet : MYTHOLOGIE PERSONNELLE ET PROCESSUS DE BIOGRAPHISATION - La reconversion professionnelle comme espace de production de soi

Livre de Richard Solti

Qui suis-je et comment me définir ? Cette question constitue le point de départ de cet ouvrage qui a pour ambition de mettre en lumière les enjeux de la reconversion professionnelle sur la construction du sujet, dans le contexte de la modernité avancée. Issu d'une recherche menée à partir de l'étude de six parcours de reconversion, ce livre s'inscrit dans la perspective anthropologique et herméneutique de la recherche biographique en éducation, et s'intéresse aux modalités de subjectivation du parcours de reconversion professionnelle tout en interrogeant les liens entre narration et processus de biographisation.

 

Avec Marc Pataut & Christine Delory-Momberger, deux photographes à l'honneur

23/11/2020

Le Mardi 24 novembre 2020
 16h00 - 17h00 : LIVE FACEBOOK
conversation / table-ronde

avec Marc Pataut & Christine Delory-Momberger, deux photographes à l'honneur.

— Enquête, En-quête, Altérité, Pouvoir de l'intime, la création comme vecteur d'insurrection —

Rendez-vous demain mardi 24 novembre à 16h00 en direct sur le Facebook de Photo Doc.

C’est ici : https://www.facebook.com/photodocparis/

Vivre en temps de pandémie. Récits d'enseignants-chercheurs

23/11/2020

Le webinario sera mercredi 25 novembre à 14h h de Brasilia = à 18h h de Paris.

La transmission est sur youtube.

Notre ami Daniel Feldhendler nous a quittés ...

14/11/2020

Une page

Avec de nombreux textes de Daniel, la liste des publications et un hommage de Christine Delory-Momberger et de l'équipe de la revue.

Lettre d'information de l'Appel des appels - Avril 2020

19/10/2020

Chers amis et signataires de l’Appel des appels,

En ces temps de confinement, nous espérons que vous vous allez bien ainsi que votre entourage.

En attendant de nous retrouver à l’automne pour une grande manifestation, voici un courrier de Roland Gori, Président de

l’Appel des appels, suivi d’un certain nombre d’informations.

Portez vous bien.

Fabrice Leroy, Secrétaire général de l’Appel des appels

Séminaire de formation doctorale / postdoctorale interuniversitaire 2020-2021

18/10/2020

De 9h 30 à 17h, Campus Condorcet - 8 Cours des Humanités, 93300 AubervilliersSalle : 001 - Bâtiment Recherche Nord

 

Le 20/11/2020

Débat :
• Faire de la recherche, préparer une thèse ou une HDR en temps de crise sanitaire ?
Sens, enjeux, perspectives.
• Point sur les thèses et HDR soutenues ou en cours en lien avec l’Axe A « Le sujet
dans la Cité. Education, individuation, biographisation »
• GIS Sorbonne Paris Nord-Campus Condorcet LE SUJET DANS LA CITE.
Biographisation et apprentissages.
Structure, objectifs, projets de recherche.

Puis le 11/12/2020, le 05/03/2021et le 07/05/2021

Les défis de l'évaluation dans les pratiques de reconnaissance et de validation

12/10/2020

Titre complet : Les défis de l'évaluation dans les pratiques de reconnaissance et de validation des acquis de l'expérience (RVAE) - Hors série 2020

Un numéro hors-série 2020 de la revue CHEMINS DE FORMATION

Le processus de reconnaissance et de validation des acquis de l´expérience a fait émerger des pratiques nouvelles d´évaluation, étayées par des méthodologies et des outils innovants. Ce numéro de Chemins de formation a pour finalité d'appréhender l'origine de ces défis et leur traduction dans la détermination des actions produites et induites par les acteurs concernés, à partir de recherches scientifiques développées dans le champ des sciences de l´éducation dans divers pays d´Europe (France, Portugal, Suisse, Belgique, Irlande).

Pesquisa com narrativas de crianças e jovens

13/10/2020

Le numéro 15 - septembre-décembre 2020 de la revue Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)biográfica

Tous les articles sont disponibles en ligne (en PDF). La majorité en Portugais (Brésil) et certains en Anglais et Français (Québec)

Enquête auprès des universitaires

11/10/2020

ENQUÊTE   Madame, Monsieur, cher collègue
Vous êtes invité(e) à participer à une enquête menée par le laboratoire BONHEURS (EA 7517) de CY Cergy Paris Université.
Cette enquête a pour objectif de collecter et analyser des données quant au recrutement des chercheurs et enseignants-chercheurs au sein de votre établissement, département, laboratoire.  L’enquête comprend 20 questions et nécessite entre 10 et 13 minutes. La participation à cette enquête permettra de réaliser une première cartographie des pratiques de recrutement de profil recherche. Le traitement de l'enquête sera réalisé de manière anonyme. Si vous ne voulez pas recevoir les résultats de l'enquête, vous pouvez ne pas inscrire votre adresse de courrier électronique dans la case correspondante. D'avance un grand merci pour le temps pris pour répondre à cette enquête,

BONHEURS (EA 7517)-CY/INSPE Académie de Versailles
Site INSPE-Académie de Versailles, 1 Avenue Bernard Hirsch, 95000 Cergy

« Feuilleter la mémoire qui se débat »

11/10/2020

Un article (site AUTOBIOSPHERE 29/09/2020) d' Hélène Gestern à propos du livre de Christine Delory-Momberger, "Exils/Réminiscences"

"Avec sa trilogie photographique intitulée Exils/Réminiscences, la photographe et universitaire Christine Delory-Momberger, autant qu’une œuvre, nous offre un espace : un lieu où penser autrement la surface sensible de l’image, en interroger la matérialité, l’ambiguïté fondamentale, le caractère charnel, opaque, indéchiffrable. « Traverser la fixité de sa surface pour toucher l’enfoui, le profond, l’inouï » ; s’approcher de la photographie par la photographie, l’utiliser comme son propre médiateur, et à travers sa matière dessiner une nouvelle cartographie de sa signification. Guidée par le désir de « feuilleter la mémoire / qui se débat », l’artiste a fait le choix de rephotographier des images existantes, offrant ainsi à leur sujet, leur texture et leurs perspectives une incarnation nouvelle. Ce regard, volontairement décentré, est aussi une manière, à travers le travail physique opéré sur des sommes anciennes de chimie et de photons, de figurer concrètement le travail de la réminiscence, tremblé et magmatique, perpétuellement en mouvement entre l’évident et l’opaque, le clair et ce qui doit se deviner...."

Penser le travail social avec Erving Goffman

11/10/2020

Le vendredi 5 mars 2021 de 8h30 à 17h00 - Le Cazard, salle Octogone - Lausanne (Suisse)

Le Pôle Autonome en Recherche Sociale souhaite, dans le cadre de rendez-vous ponctuels intitulés « Penser le travail social avec… », promouvoir la place et la fonction des théories sociologiques, anthropologiques, philosophiques ou psychanalytiques dans le champ du travail social.
En effet, le travail social a la possibilité de se réapproprier des savoirs plus classiques des sciences humaines et sociales afin de permettre une analyse et une critique plus conséquentes des transformations qui traversent la société.
Qu’apportent aujourd’hui les sciences humaines et sociales au travail social ? En quoi la pensée du sociologue Erving Goffman peut-elle contribuer à enrichir l’analyse des problématiques sociales ? De quelle manière les concepts de Goffman nourrissent-ils les pratiques du travail social ?
Autant de questions qu’il s’agit de mettre au travail en mobilisant un chercheur qui a joué un rôle essentiel dans l’interprétation et la compréhension de l’évolution de l’individu à travers les enjeux sociaux actuels. Tel est le pari de cette rencontre !

Les formations continues

11/10/2020

Programme février 2021 / mars 2022

Créé au printemps 2015, le Pôle Autonome en Recherche Sociale / PARS, est un organisme indépendant de formation et de conseil destiné à accompagner les acteurs des champs du travail social, de l’insertion professionnelle, de la santé et de la formation par différents types de dispositifs pédagogiques.
La réflexivité sur les pratiques et la recherche de sens en lien avec l’action sont au cœur d’une offre de formation continue (formation sur mesure / catalogue, analyse des pratiques en groupe et supervision individuelle ou d’équipe) qui vise à accroître la capacité d’analyse des réalités psychosociales tout en prenant appui sur des concepts de référence en sciences humaines et sociales.
Le PARS met également à disposition ses connaissances et compétences dans l’organisation de formation sur mesure et sur site, de conférence, de journée d’études ou de colloque scientifique afin de favoriser le partage des savoirs et des expériences pour un public spécialisé ou non.

Automédialité et rapport au savoir ...

24/09/2020

Le vendredi 25 septembre de 20h30-22h (heure française) en direct sur youtube, à la table ronde internationale "Automédialité et rapport au savoir. Des dispositifs automédiaux comme espaces de formation", réunissant Christine Delory-Momberger, Valérie Melin, Anne Dizerbo, Rosemeire Reis et Carolina Kondratiuk dans le cadre du XIVème colloque EDUCON, Universidade Federal de Sergipe, Aracaju, Brésil, coordonné par Veleida da Silva et Bernard Charlot, en direct sur youtube. 

L’ART CONTEMPORAIN PEUT-IL REMPLIR LES MISSIONS SOCIÉTALES QU’IL SE DONNE ?

23/09/2020

Le Samedi 3 octobre 2020 de 17h00 à 19h00, une rencontre avec Carole Talon-Hugon (philosophe) - Tiers-lieu culturel « Dans le ventre de la baleine » - Château d’Avaray, 1 rue de la Place - 41500 Avaray (Loir-et-Cher)

Un nouvel art militant entend servir différentes causes sociétales (celle du genre, des LGBT, du handicap, des migrants, du post-colonialisme ou de l’écologie). Mais l’art doit-il et peut-il s’assigner de tels buts éthiques, et peut-il être jugé sur des critères moraux ? Ces questions, il y a peu jugées déplacées, retrouvent une brûlante actualité. Pour en traiter Carole Talon-Hugon analysera le nouvel agenda sociétal de l’art contemporain, puis procèdera à une mise en perspective historique qui fait ressortir la particularité de la situation actuelle, et enfin, évaluera, au-delà des déclarations d’intention de l’art sociétal, l’effectivité de ses pouvoirs.

Voies de traverse - Essais littéraires et photographiques

22/09/2020

Livre de Christine Delory-Momberger

Le travail d'un chercheur s'inscrit dans un champ de connaissances qui a ses conventions, ses règles, ses références obligées. Les voies de la recherche doivent obéir à des canons, suivre des codes, émettre des signaux attendus et répertoriés. Mais il est d'autres voies, plus buissonnières ou plus souterraines, qui irriguent le travail du chercheur. Ces voies, souvent il les trouve dans quelque affinité avec des manières de faire et d'être où il éprouve le sentiment d'une plus grande congruence à soi-même.
Frayer ces voies offre à son métier de chercheur les ressources inattendues d'un ailleurs, d'un autrement. Voies de traverse qui éloignent et qui relient, qui vont voir là-bas pour mieux éclairer ici. Voies de traverse parce qu'elles mènent à pratiquer d'autres formes d'agir, de penser, de créer et, avec elles, à éprouver d'autres formes de vie, à écrire autrement la vie. Pour l'universitaire et la chercheure que je suis, la littérature et la photographie sont les univers de forme qui m'ont conduite sur ces chemins de traverse.
Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont le reflet de cette double polarité littéraire et photographique. Sous le triple signe du récit (mythos), de l'image (eikon) et de la méthode (methodos), ils proposent des modes différenciés de médiation et d'action et signent une certaine manière d'être dans le rapport à soi et au monde.

Pierre Vermersch 1944-2020

22/09/2020

Né à Cannes, le 7 juin 1944, il est mort subitement le 6 juillet 2020, chez lui en Auvergne.

Pierre Vermeersch, psychologue et psychothérapeute de formation, chargé de recherche au CNRS. Il a, dans un premier temps, développé l'usage des théories de Jean Piaget dans le domaine des apprentissages professionnels en mettant en œuvre une méthode originale d'observation de l'activité intellectuelle sur laquelle s'appuient les ateliers de raisonnement logique. "[C']est P. Vermersch qui, dès les années 1970 conduira un ensemble de travaux permettant de préciser les conditions d'utilisation du modèle opératoire de Piaget dans le cadre de la formation des adultes [...] il développera l'idée du "recours par l'adulte à des registres de fonctionnement différents".

Il a élaboré la technique de l'entretien d'explicitation et a collaboré étroitement avec des enseignants et formateurs dans divers cadres institutionnels.

La perte de soi

13/09/2020

Livre de Jean-Francois Chiantaretto

La perte de soi : nécessité intérieure et autodestructivité   La perte de soi est souhaitable pour tout un chacun, au titre d'une nécessité intérieure. Se parler et parler, être présent dans les mots et être représenté par les mots : cela suppose de consentir à se perdre, à ne jamais coïncider avec soi-même. À l'opposé, il est une autre figure de la perte de soi, relevant de la destructivité et de l'autodestructivité : la disparition de soi à soi-même. Comment survivre à cette perte ? Telle est bien la question posée par « l'existence limite », qui traverse tout le livre. Avec deux éclairages, aussi indirects qu'essentiels. D'une part, le dialogue de Freud et Ferenczi, destructeur et créateur, qui re-commence la psychanalyse. D'autre part, l'écriture survivante de Kertész, qui fait oeuvre de l'effacement.

Tenir parole - Responsabilités des métiers de la transmission

13/09/2020

Livre de Mireille Cifali

Nous sommes des êtres de langage. Dans les métiers de la transmission, Mireille Cifali nous rappelle l’essentialité d’une parole fiable, afin que le dialogue annoncé ne soit pas un vain mot. Dialogue engagé entre les professionnels qui souhaitent collaborer, inclure. Dialogue rompu quand on en vient à exclure. Avec parfois un monologue. Un silence laissant seul. Un jugement qui enferme. Avec nous, Mireille Cifali aborde l’art de tenir parole. Elle évoque la toujours présente violence vécue qui, par les mots, se transforme. Elle nomme les attitudes et les paroles qui assurent une position d’autorité, et non plus de pouvoir. Ainsi, un regard tendre peut se construire jusque dans les rencontres difficiles, pour la dignité de chacun. Dès lors, face au discours de l’efficacité s’inscrit la responsabilité qualitative de nos gestes adressés. Face à un futur avec ses rêves de scientificité, sa technologie, s’avancent nos craintes et nos soins. Afin de sauvegarder l’expérience et le temps d’apprendre.

Formation et prévention des risques au travail

13/09/2020

Dans la revue EDUCATION PERMANENTE numéro 224 - septembre 2020

Au travail, les risques sont omniprésents. Or, peu de recherches s’intéressent de près à la question de la formation dans une perspective de prévention et de protection des risques. Ce dossier d’Education permanente propose d’ouvrir la réflexion sur la façon dont la formation pourrait permettre de réduire les expositions aux risques. Du fait de l’incertitude qui caractérise l’avènement d’une situation néfaste, la formation aux risques est une intrigue qui se pose de façon particulière. Peut-on former à leur prévention ? Sans doute. Mais former à quoi dès lors que les facteurs de risques sont nombreux, complexes, souvent multifactoriels, et parfois difficiles à repérer dans la complexité du travail ? Ce dossier propose d’aller au-delà des termes liés à la notion de risque, pour plonger dans les processus permettant d’articuler le risque avec sa prévention, par la formation et les apprentissages, grâce notamment au développement de cultures au travail de prévention du risque.

Attention Covid-19

10/05/2020

Compte tenu des mesures sanitaires prises par les autorités françaises, toutes les manifestations, rencontres, formations sont annulées ou reportées à une date ultérieure.

Même après le début du déconfinement -depuis le 11 mai 2020-, se renseigner auprès de organisateurs.

Revista Práxis Educacional

07/07/2020

Temos a grata satisfação de apresentar mais uma edição da Revista Práxis Educacional, uma publicação do Programa de Pós-Graduação (PPGEd) em Educação da Universidade Estadual do Sudoeste da Bahia (UESB), Brasil, v. 16, n. 40, jul./set. 2020.

Le pouvoir de l'intime dans la photographie documentaire

05/07/2020

Le 9 juillet 2020 de 17h00 à 19h00 à La Nouvelle Chambre Claire - 3 rue d'Arras 75005 Paris

Signature en présence des auteurs Christine Delory-Momberger & Valentin Bardawil

[fiche du livre]

Médialités biographiques, pratiques de soi et du monde

05/07/2020

Le numéro 9 de notre Hors-série ACTUELS vient de paraître

Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)biográfica" (v. 5, n. 13 (2020)

22/06/2020

La revue brésilienne "Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)biográfica" (v. 5, n. 13 (2020) vient de paraître

Vous trouverez tous les articles (la majorité en Portugais) sur les site de la revue ICI

Egalement des articles parus en français : 

Un article de Marie-Christine Josso

Titre complet : Les récits de vie et de formation: leurs fonctionnalités en recherches, formations et pratiques sociales 

Ce texte présente une tentative de délimiter les contours actuels et les ouvertures possibles de l’usage des (auto)biographie dans les champs de l’éducation, la formation, la santé, le social, les ressources humains en entreprises et cela quelque soient les formes méthodologiques et les façons de donner à voir (les arts inclus) qui seront données par les chercheurs, les auteurs, les professeurs et les formateurs. Les fonctions construites appartiennent aux prémisses d’une épistémologie méta-disciplinaire du sujet connaissant qui reste à construire par les nouvelles générations....

Un article de Gaston Pineau

Titre complet : Pour ancrer une politique de recherche en sciences humaines dans les histoires de nouvelles professionnalités socio-éducatives en formation

Pour que l’aventure des histoires de vie en formation influe sur les politiques de recherche en sciences humaines, l’article présente trois dispositifs français visant à mettre en culture publique les parcours de nouvelles professionnalisations de formateurs/ éducateurs sociaux, aux frontières des individus et des institutions: un dispositif d’ancrages documentaires dans des itinéraires de lectures, de recherches et de pratiques d’enseignants-chercheurs innovants; un autre d’appel à autobiographies professionnelles de formateurs d’adultes pionniers. Enfin la troisième partie présentera une utilisation personnelle de quatre portes pour entrer chez soi et tenter de mettre en culture les trésors cachés d’autoformation que toute vie recèle...

Les cahiers de la LCD (Lutte contre les discriminations)

14/06/2020

Appel à communications

Les cahiers sont au plaisir de vous annoncer la sortie du N.11 dont vous pourrez trouver le sommaire par ici : http://www.lescahiersdelalcd.com/linclusion-ou-la-fin-de-la-discrimination-pour-les-personnes-handicapees-chimere-ou-realite-n-11/
De plus, reprise oblige, nous lançons ces jours-ci le prochain appel à articles de la revue, sur ruralités et discriminations : http://www.lescahiersdelalcd.com/2020/06/02/appel-a-articles-n-14/
L'appel à articles numéro 13 est toujours actif. N'hésitez pas à la partager ! http://www.lescahiersdelalcd.com/2020/02/27/appel-a-articles-n-13/
Au plaisir de vous revoir à toutes et tous
Johanna et Arnaud

Articles et livre de Christophe Rioux

14/06/2020

Communiqué

"... Sur cette période inédite que nous traversons, je vous signale la parution de mon texte "Assignés à résidence" : publié en format numérique et papier, il figure dans le recueil Tracts de crise. Un virus et des hommes à paraître début juin chez Gallimard. Ces "Tracts" donnent la parole à différents auteurs sur la crise du coronavirus et le confinement, comme Régis Debray, Edgar Morin, Annie Ernaux, Cynthia Fleury, Sylvain Tesson ou Etienne Klein. Les bénéfices et les droits d'auteur seront intégralement reversés à la Fondation de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris pour la Recherche. 

Je vous fais par ailleurs parvenir en pièce jointe ma chronique pour France Culture et "Culture Maison", qui tente de réfléchir à la période du confinement, mais aussi à celle de l'après : et si Le Joueur d'échecs de Stefan Zweig, particulièrement dans sa version audio lue par un comédien et écoutée entre quatre murs, était l'allégorie de ce que nous avons vécu ? Vous trouverez également ci-dessous mes coordonnées complètes actualisées.  Bien sincèrement, Christophe Rioux"

XIV COLÓQUIO INTERNACIONAL EDUCAÇÃO E CONTEMPORANEIDADE - EDUCON

14/06/2020

Les 24 et 25 septmbre 2020, colloque 100% en ligne

Atendendo às orientações do Ministério da Saúde no que se refere a distanciamento social em razão da pandemia causada pelo COVID-19, o XIV Colóquio Internacional Educação e Contemporaneidade, promovido pelo Grupo de Pesquisa CNPq/UFS Educação e Contemporaneidade (EDUCON) da Universidade Federal de Sergipe (UFS), realizará todas as suas apresentações, neste ano de 2020, de modo on-line, transmitidas pelo canal YouTube Colóquio Educon e outras plataformas.

O objetivo do evento é promover o debate e a socialização do conhecimento produzido sobre relevantes temas da educação no Brasil e no mundo, sem perder de vista as diferentes perspectivas teóricas e políticas que estimulam pesquisadores, docentes, estudantes e profissionais de áreas afins.

Além de diversas conferências e mesas-redondas internacionais e nacionais, será possível enviar trabalhos, que serão avaliados e darão direito a certificado. Os trabalhos aceitos serão publicados nos Anais do XIV Colóquio (artigos) e Cadernos de Resumos.

Trata-se de uma iniciativa que conta com a colaboração de: Pró-Reitoria de Pós-Graduação e Pesquisa, Pró-Reitoria de Extensão, Programa de Pós-Graduação em Ensino de Ciências e Matemática, Programa de Pós-Graduação em Educação, Programa de Pós-Graduação em Direito, Departamentos de Educação e de Medicina, todos da Universidade Federal de Sergipe; além do Programa de Pós-Graduação em Educação Profissional Tecnológica (ProfEPT) do Instituto Federal de Sergipe.

Nos publications

08/06/2020

En raison de la pandémie, l'agenda des parutions de la revue Le Sujet dans la Cité et d’Actuels est décalé

  • Parution en juin 2020 : LSC Actuels n°9 : présentation et sommaire
  • Parution en septembre 2020 : Actuels n°10 : Conditions biographiques et expériences du Sujet (coordination Martine Janner Raimondi)
  • Parution en février 2021 : Le Sujet dans la Cité n°10 : Penser la recherche biographique (coordination Christine Delory-Momberger & Martine Janner Raimondi)
  • Parution juin 2021 : Actuels n°11 : Actions collectives sur les territoires et accompagnement des acteurs (Christophe Blanchard)

 

« Médialités biographiques et pratiques de soi »

08/06/2020

coordination Christine Delory-Momberger & Jean-Claude Bourguignon

Présentation :

Le numéro d’Actuels-Le sujet dans La cité n° 9, dont la parution est prévue pour le printemps 2020, est issu du Colloque international « La recherche biographique en situations et en dialogues » (Paris, 16-18 octobre 2019) et en particulier des travaux menés dans la perspective de l’Axe 2 de ce colloque : « Médialités biographiques et pratiques de soi » dont on trouvera ci-dessous l’argument :

Les notions de « médialité », d’« automédialité », de « pratiques médiales » apportent un renouvellement très fécond dans la manière de penser les médiations du rapport à soi. En montrant le rôle déterminant du médium, de son matériau et de ses formes spécifiques dans le façonnage du rapport à soi (self fashioning), elles amènent à reconnaître que le sujet se constitue dans des pratiques qui, loin de n’être que de simples « supports », sont ce par quoi et ce dans quoi une subjectivité trouve sa forme. Par ailleurs, la notion de « pratiques automédiales » permet d’englober toutes les formes d’expression et de langage : parlées et écrites, photographiques, audiovisuelles, graphiques, plastiques, numériques, corporelles et gestuelles, théâtrales, etc. Entre autres conséquences, la réflexion liée à la « médialité », tout en élargissant le champ des pratiques, ouvre les démarches de formation à de nouvelles approches plus conscientes de l’interpénétration constitutive du dispositif médial, de la réflexion subjective et du travail sur soi dans les processus de construction du sujet.

Une « École OFAJ » : enjeux et perspectives pour la recherche franco-allemande

08/06/2020

Les 10 et 11 juin 2021 à Paris,  un colloque organisé par le Centre de recherche interuniversitaire EXPERICE Sorbonne Paris Nord, l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) et en association avec Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Présentation :

Depuis sa création, l’OFAJ se donne pour objet de jouer un rôle moteur dans la relation franco-allemande et dans la construction européenne en proposant des initiatives marquantes pour la société civile. Le secteur « Formation interculturelle et Recherches » relaie cette ambition en fédérant des études et des recherches réunissant des formateurs.trices et des chercheur.e.s des deux pays sur des sujets d'éducation, de formation et de société.  

Ce colloque se donne le double objectif de faire un bilan historique et méthodologique des recherches conduites depuis cinquante ans par le secteur « Formation interculturelle et Recherches » et de proposer l’ouverture de ces recherches à une nouvelle génération de chercheur.e.s., dans l’esprit de ce qui constitue une « École OFAJ ».

Pour répondre à ces objectifs, le colloque propose quatre axes de travail mettant chacun en avant une question vive de la recherche interculturelle franco-allemande d’aujourd’hui. Nourris dans un premier temps par les contributions individuelles des participants, ces axes de travail feront l'objet dans un second temps d’une élaboration commune donnant lieu à la construction de nouveaux projets de recherche

Dénouer les nœuds sociopsychiques. Quand le passé agit en nous.

08/06/2020

Livre de Vincent de Gauléjac

Les hommes croient avoir une histoire. Ils disent communément : « C’est mon histoire », comme s’ils en étaient les propriétaires. Ils pensent ainsi protéger ce qu’ils ont de plus précieux, leur identité, leur être profond et singulier. Or il serait plus juste de dire que l’homme est histoire. Ce n’est pas le sujet qui raconte son histoire, c’est l’histoire qui le raconte.

Ce livre explore les potentialités du récit de vie pour permettre au sujet de se réapproprier une histoire dont il se sent parfois plus la victime que l’acteur. Entre fiction et réalité, entre roman familial et histoire sociale, entre illusion biographique et enquête sur le passé, le récit de vie est un moyen de retravailler son existence. Il offre au sujet la possibilité de dénouer des nœuds sociopsychiques inconscients entre l’histoire personnelle, l’histoire familiale et l’histoire sociale. Ce faisant, le récit de vie lui permet de dépasser des traumatismes restés jusque-là impensés pour s’inventer une vie ouverte sur l’avenir.

Le pouvoir de l’intime dans la photographie documentaire

08/06/2020

Christine Delory-Momberger & Valentin Bardawil

Ce livre poursuit le processus artistique dans lequel s'est engagée Christine Delory-Momberger pendant neuf années pour la réalisation de son triptyque photographique EXILS / REMINISCENCES et va ainsi plus avant dans l’histoire et le « hors-champ » de cette création. Les auteurs expérimentent et révèlent la dém: arche d’en-quête menée par la photographe sur les territoires de l’intime, sortant l’œuvre de son aura de mystère pour en faire une affaire publique qui concerne chacun. Ils partagent cette réflexion dans un échange de regards actifs construisant l’espace nouveau d’un art citoyen et montrent en particulier comment la sphère de l’intime suscite des formes d’investigation porteuses de transformation de soi, des autres et du monde.

Pandémie du corona et éducation

08/06/2020

Un article de Christoph Wulf

Christoph Wulf est professeur d'anthropologie et de philosophie de l'éducation à la Freie Universität de Berlin. Il est membre du Centre interdisciplinaire d'anthropologie historique, du groupe de recherche internationale « Interart » et du centre de recherche collaborative « Performing cultures », professeur honoris causa de l'université de Bucarest, vice-président de la Société d'anthropologie historique, fondateur de la Commission sur l'anthropologie éducative de la Société allemande pour les sciences de l'éducation, et vice-président de la Commission allemande pour l'UNESCO.

Pratiques d’orientation clinique en travail social

01/06/2020

Ouvrage collectif sous la direction de Sébastien Ponnou et Christophe Niewiadomski.

Avec les contributions de Mireille Cifali, Pascal Fugier, Vincent de Gaulejac, Florence Giust-Desprairies, Philippe Lyet, Marie Rose Moro, Rahmet Radjack, Jean-Bernard Paturet, Bertrand Ravon, Guy de Villers.

Cet ouvrage entend dénoncer le risque croissant de marchandisation, de technocratisation et de standardisation des pratiques relationnelles dans les différents domaines du soin, de l’éducation et de l’intervention sociale.
Partant d’une lecture critique des Pratiques fondées sur des données probantes en travail social – Evidence Based Practice in Social Work, il rassemble des spécialistes des principales composantes des recherches et pratiques cliniques en sciences humaines (psychanalyse, clinique de l’éducation, clinique narrative, clinique institutionnelle, sociologie clinique, psychologie clinique, ethnopsychiatrie, philosophie) pour en discuter les effets et les enjeux dans le domaine de l’intervention sociale.
Leurs apports doivent permettre de saisir les coordonnées théoriques, pratiques, éthiques et méthodologiques d’une pratique d’orientation clinique en travail social – Clinical Based Practice in Social Work comme alternative aux conceptions technocratiques, néopositivistes et libérales de la relation d’aide.

Faire et se faire ...

01/06/2020

Du 22 au 25 septembre 2021, Association « Biennale Internationale de l’Éducation, de la Formation et des Pratiques Professionnelles » propose une publication qui aura pour titre "Faire et se faire"

Dans la dynamique de ses précédentes éditions centrées sur des enjeux d’action (Transmettre, Coopérer), l’Association « Biennale Internationale de l’Éducation, de la Formation et des Pratiques Professionnelles » a le plaisir de vous annoncer qu’elle reprend ses activités avec l’organisation, du 22 au 25 septembre 2021, d’une édition, à thématique large et pluridisciplinaire, de la manifestation, qui va donner lieu prochainement à appel à communications et à ouverture d’un site spécifique.

L’édition 2021 aura pour titre : Faire et se faire

Elle aura pour objet les constructions / transformations de soi en cours et en lien avec l’action. Elle intéressera donc, outre les acteurs de l’éducation et de la formation, plusieurs autres milieux professionnels et scientifiques concernés par les transformations conjointes des activités et des sujets en activité.

Nous vous proposons d’ores et déjà de découvrir cette première présentation de la thématique choisie ainsi que d’enregistrer l’adresse du site que vous pourrez ultérieurement consulter pour suivre (et participer à) la construction progressive de la manifestation : www.labiennale-education.eu

Nous vous informerons prochainement, par courriel et sur le site, du calendrier de dépôt des communications et de l’organisation de l’éventail des différents événements prévus, habituels et/ou nouveaux (colloques professionnels, symposiums des laboratoires, après-midis de la Biennale, moments musicaux et culturels, en moyenne 150 événements)...

[Site dédié]

FaireEtSeFaireFaireEtSeFaire [197 Kb]

Rencontre avec François Hers, artiste et écrivain

07/03/2020

Le samedi 14 mars 2020 de 17h00 à 19h00, Apéritif offert dès 19h00 - Tiers-lieu culturel « Dans le ventre de la baleine » - Château d’Avaray 1 rue de la Place 41500 Avaray (Loir-et-Cher)

Dans le cadre du Tiers-lieu culturel « Dans le ventre de la baleine » nous souhaitons mettre au travail la question de la place de l’art et sa fonction dans la société et plus précisément le rôle des artistes face aux politiques néolibérales qui impactent sur les conditions d’existence des individus. L’art participerait alors à résister à la puissance de l’argent qui, dans sa visée utilitariste, transformerait l’individu en un objet manipulable. Cette expression de résistance représenterait un mouvement de contre-culture qui redonnerait du pouvoir au peuple afin de préserver les valeurs de la démocratie.

Laboratoire de l'imaginaire

07/03/2020

Le samedi 28 et dimanche 29 mars 2020 de 10h à 16h - Tiers-lieu culturel « Dans le ventre de la baleine » Château d’Avaray - 1 rue de la Place - 41500 Avaray (Loir-et-Cher)

Que vous soyez débutants ou non, venez jouer avec les mots et avec votre imagination. Partagez vos écrits dans un lieu d’échange et de création en toute simplicité.
Vous désirez écrire un roman ?
Apprenez à tisser la trame de votre histoire, à créer des personnages, étape par étape. Et vous partagerez, si vous le souhaitez, votre création, vos idées, avec les autres participants de l’atelier.

LA RECHERCHE EN EDUCATION DANS LE CONTEXTE DE L'ANTHROPOCENE

 01/03/2020

Du 21 au 23 mai 2020- Congres Afirse 2020

Notre époque est marquée par une entrée dans une ère qu’on qualifie d’« anthropocène », c’est-à-dire dans un contexte où "les activités humaines ont causé une rupture des équilibres naturels de la planète" (https://www.geo.fr/environnement/geologie-quest-ce-quelanthropocene-193622). Cet « âge de l’homme » est appréhendé tantôt comme catastrophe assurée, tantôt comme fantasme, tantôt comme promesse de retour à l’essentiel naturel, ou encore comme indécidabilité radicale. Dans tous les cas, la responsabilité humaine, en termes de causes comme en termes d’agir présent et futur, n’est plus contestée de façon crédible. L’enjeu n’est pas ici de savoir si le terme « anthropocène » respecte ou non les critères géologiques propres à définir une époque, mais à caractériser ce contexte dans lequel se pose la question de la recherche en éducation en 2020. En effet, de manière peut-être plus évidente que jamais, les enjeux éducatifs sont conjointement et systémiquement biologiques, cognitifs, sociaux, économiques, technologiques, politiques, bref vitaux au sens plein du terme. C’est dans ce nouveau contexte que le Congrès quadriennal de l’AFIRSE, et la célébration de ses trente ans d’existence, se tiennent, après une naissance, en 1990, instaurée sous le sceau de l’européanisation des enjeux éducatifs (Les nouvelles formes de la recherche en éducation au regard d'une Europe en devenir, Mai 1990 Actes publiés aux Editions Matrice, Paris).

MOTION - Février 2020 - Avec d'autres revues en lutte

27/02/2020

La revue Le Sujet dans la Cité s’associe à la mobilisation des universités, des laboratoires et des revues en lutte contre la destruction du service public, de l’enseignement supérieur et de la recherche que laisse présager la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Les textes préparatoires à cette loi prouvent qu’elle va encore fragiliser les conditions de production et de diffusion des connaissances et ainsi mettre à mal le partage des savoirs auquel la revue est fondamentalement attachée et qui garantit la vie démocratique dans la Cité.

Quelles mises en images, en mots et en corps de l’exil ?

27/02/2020

2ème séminaire : 14 mars 2020 (9h30-16h30) - Le Vent se lève !, 181, avenue Jean Jaurès, 75019-Paris - M. Ourcq

Quels langages pour l’exil ? Comment les exilés eux-mêmes parlent-ils, écrivent-ils l’exil, comment lui donnent-ils image et corps ? Quel univers mental, quelle pensée de l’exil ces mises en forme construisent-elles ? À travers divers exemples d’« œuvres de l’exil », ce deuxième séminaire poursuivra la réflexion engagée pour « réinterroger le biographique » et en reconnaître quelques-unes des médialités.

  • La participation est gratuite pour les membres de l’association « Le Sujet dans la Cité », elle est de 10€ pour les non membres (5€ pour les étudiants et les non salariés).
  • L’inscription doit se faire impérativement auprès de Anne Dizerbo : dizerboanne@sujetdanslacite.org

Small Stories - Un nouveau paradigme pour les recherches sur le récit

27/02/2020

Livre de Patron Sylvie

Le concept de small stories a été introduit dans la discussion scientifique par Michael Bamberg et Alexandra Georgakopoulou. Il désigne « un ensemble d’activités narratives sous-représentées, comme les récits d’événements en cours, d’événements futurs et hypothétiques, d’événements
partagés (connus), mais aussi les allusions à des récits, les récits différés ou encore les refus de raconter ». Le but de la small stories research est de déplacer l’attention, auparavant centrée sur les récits de soi, récits longs, pris en charge par un narrateur unique, consacrés à des événements passés non partagés, vers les récits courts et fragmentés que l’on trouve dans les environnements interactionnels de tous les jours.
Cet ouvrage vise à présenter au public français les principaux développements de la small stories research et à encourager la collaboration entre les chercheurs français et anglo-saxons, de même qu’entre les chercheurs de différentes disciplines

SmallStoriesSmallStories [267 Kb]

LA VÉRITÉ SUR L’ANTHROPOCÈNE

27/02/2020

Livre de Nathanaël Wallenhorst

L’homme est-il réellement devenu une force d’ampleur géologique ? Sommes-nous vraiment entrés en Anthropocène ? Les écosystèmes s’effondrent-ils, et si oui, la civilisation les suivra-t-elle ? Les scientifiques sont-ils même d’accord entre eux ? Qui croire ? Que se passe-t-il  pour de vrai ?
L’état des lieux de notre planète fait débat. Des voix s’élèvent, contradictoires. Préférant les savoirs géoscientifiques à l’agitation sociale, Nathanaël Wallenhorst entend aller y voir de plus près. Mais où les trouver, ces savoirs, sinon dans des publications scientifiques à comité de lecture, en anglais et pas toujours accessibles ? Pour nous, il les passe en revue et en résume la substantifique moelle.
Une enquête au cœur de la science, avec à la clé des réponses aux plus vives questions du temps présent. A nous, dans son sillage, de démêler le vrai du  fake !

Histoire de vie et recherche biographique : perspectives sociohistoriques

01/02/2020

Livre sous la direction de : Aneta Slowik, Hervé Breton, Gaston Pineau.

Préface : Franco Ferrarotti

Depuis la parution en 1918 de l'ouvrage fondateur The Polish Peasant in Europe and America : Monograph of an Immigrant Group de William Thomas et Florian Znaniecki, un puissant courant de recherche s'est déployé à partir des récits de vie. La vitalité de ce paradigme est réfléchie selon différentes perspectives sociohistoriques dans cet ouvrage. Ce livre collectif est le produit d'une recherche internationale sur la vitalité historique des approches narratives et biographiques.

Ils disent que c'est un collège poubelle

29/01/2020

A PARAÎTRE VERS LE 10 FEVRIER

Livre d'Anne Dizerbo

Faisant suite à « J’ai rien à raconter ». Une éducation narrative pour apprendre à s’orienter , cet ouvrage vise à mettre en évidence les interactions entre parcours singulier de l’élève et récits collectifs et s’attache à rendre visibles à travers les dits et récits des élèves les processus d’appropriation de la forme scolaire. Sans remettre en cause certaines déterminations sociales, il s’agit de donner à comprendre les modalités de leur dépassement, en particulier en permettant aux élèves d’accéder à un statut d ’auteur . Dans cette voie, l’ouvrage propose des pistes d’accompagnement pédagogique qui engagent tant la posture éducative de l’enseignant que le sens que les élèves donnent à leur parcours d’apprentissage et d’orientation.

Réinterroger le bIographique

29/01/2020

Date : le 15 février 2020 (9h30-12h30) - Lieu : Le Vent se lève ! Tiers lieu - 181, av. Jean Jaurès 75019-Paris - M. Ourcq

 RACONTER / SE RACONTER sera le thème du 1er séminaire de l'année 2020 

avec les contributions de :

  • Lise Poirier-Courbet
  • Christine Delory-Momberger & Valentin Bardawil
  • Augustin Mutuale & Guy Berger 
  • Modération :  Jean-Claude Bourguignon

 L'inscription est gratuite pour les membres du Sujet dans la Cité. Elle est de 10€ pour les salariés et de 5€ pour les étudiants et les non salariés. Elle est impérativement à faire auprès de Anne Dizerbo : dizerboanne@lesujetdanslacite.org

Repenser l'humain à l'ère des humanités digitales

26/01/2020

Le jeudi 30 janvier 2020 de 18h30 à 20h30, USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris.

 

Séminaire d’Anne-Laure FORTIN-TOURNÈS et Françoise KRÁL

avec l’intervention de

Rada Iveković, ancienne directrice de programme au CIPh: “Quel sujet du politique ? Le vivant ou l’humain ?”

La recherche biographique en situations et en dialogues - Enjeux et perspectives

19/01/2020

Les photos du colloque tenu en octobre 2019

Frontières françaises : 30 ans d'enfermement et de violations des droits

17/01/2020

Le vendrediI 28 FEVRIER 2020, de 9h00 à 18h30 - Espace Belleville – CFDT - 4 Boulevard de la Villette – 75019 Paris


Colloque organisé dans le cadre de l'anniversaire des 30 ans de l'Anafé

Il y a 30 ans, l’État était condamné car il enfermait illégalement des personnes aux frontières françaises dans des conditions inhumaines. Pour prêter assistance à ces personnes, des associations de défense des droits humains et des syndicats professionnels se sont réunis pour créer l'Anafé. Célébrant ses 30 ans, l'Anafé organise le vendredi 28 février 2020 un colloque retraçant les combats qu'elle mène depuis ses débuts pour la défense des droits des personnes enfermées aux frontières. À partir d'éléments historiques, théoriques, juridiques, mais aussi d'expériences de terrain dans les lieux privatifs de liberté aux frontières, ce colloque permettra de montrer en quoi les enjeux à l'origine de la création de l'Anafé sont toujours d'actualité dans une Europe qui développe l'obsession d'être une forteresse assiégée. A l'heure où l'Europe parle de plateforme de débarquement, le concept de zone d'attente est plus que jamais d'actualité....

La Résistance

15/01/2020

Une courte vidéo tournée à l'occasion du colloque "La recherche biographique en situations et en dialogues - Enjeux et perspectives" tenu en octobre 2019

Bien-être : Faire reconnaître l’expérience et la parole des sujets ...

13/01/2020

Titre complet : Bien-être : Faire reconnaître l’expérience et la parole des sujets dans l’espace public

Interview de Christine Delory-Momberger, le 9 janvier 2020. Parue sur le site LE CAFE PEDAGOGIQUE

"Comme de récents mouvements sociaux l’ont une nouvelle fois montré, la prise en considération de l’expérience vécue et de la parole des sujets constitue un enjeu éthique et politique essentiel et la condition du bien-être social tel qu’il peut être appréhendé par les membres d’une collectivité ou les citoyens d’une nation. Cette reconnaissance du pouvoir dire et du pouvoir agir des sujets est un objectif central que se fixe le courant de la recherche biographique en éducation qui tenait un colloque international les 16-18 octobre 2019 à Paris. Co-présidente de ce colloque, Christine Delory-Momberger (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) répond à nos questions...."

Moirures transalpines à travers les récits de voyage

13/01/2020

Titre complet : Moirures transalpines à travers les récits de voyage » (Riverberi transalpini nella scrittura di viaggio)

Appel à communication

Cette manifestation scientifique aura lieu le 10 décembre 2020, à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.

Cette manifestation est organisée par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS-EA 4280, Université Clermont Auvergne) en collaboration avec l’Université d’Udine, sous la responsabilité scientifique de Jean-Igor Ghidina (CELIS) et Fabiana Savorgnan di Brazzà (Université d’Udine).

Les chercheurs intéressés peuvent envoyer leur projet de communication d’ici le 31 octobre 2020 à Fabiana Savorgnan di Brazzà (fabiana.dibrazza@uniud.it) ou à Jean-Igor Ghidina (jean.ghidina@uca.fr), en proposant un titre, une présentation d’environ 15 lignes et quelques indications bio-bibliographiques.

Langues : français, italien

Mur Méditerranée

12/01/2020

 Livre de Louis-Philippe Dalembert

À Sabratha, sur la côte libyenne, les surveillants font irruption dans l’entrepôt des femmes. Parmi celles qu’ils rudoient, Chochana, une Nigériane, et Semhar, une Érythréenne. Les deux se sont rencontrées là après des mois d’errance sur les routes du continent. Depuis qu’elles ont quitté leur terre natale, elles travaillent à réunir la somme qui pourra satisfaire l’avidité des passeurs. Ce soir, elles embarquent enfin pour la traversée.
Un peu plus tôt, à Tripoli, des familles syriennes, habillées avec élégance, se sont installées dans des minibus climatisés. Quatre semaines déjà que Dima, son mari et leurs deux fillettes attendaient d’appareiller pour Lampedusa. Ce 16 juillet 2014, c’est le grand départ.
Ces femmes aux trajectoires si différentes – Dima la bourgeoise voyage sur le pont, Chochana et Semhar dans la cale – ont toutes trois franchi le point de non-retour et se retrouvent à bord du chalutier unies dans le même espoir d’une nouvelle vie en Europe.
Dans son village de la communauté juive ibo, Chochana se rêvait avocate avant que la sécheresse ne la contraigne à l’exode ; enrôlée, comme tous les jeunes Érythréens, pour un service national dont la durée dépend du bon vouloir du dictateur, Semhar a déserté ; quant à Dima, terrée dans les caves de sa ville d’Alep en guerre, elle a vite compris que la douceur et l’aisance de son existence passée étaient perdues à jamais.
Sur le rafiot de fortune, l’énergie et le tempérament des trois protagonistes – que l’écrivain campe avec humour et une manifeste empathie – leur seront un indispensable viatique au cours d’une navigation apocalyptique.
S’inspirant de la tragédie d’un bateau de clandestins sauvé par le pétrolier danois Torm Lotte pendant l’été 2014, Louis-Philippe Dalembert, à travers trois magnifiques portraits de femmes, nous confronte de manière frappante à l’humaine condition, dans une ample fresque de la migration et de l’exil.

Prisonniers du passage

12/01/2020

Livre de Chowra Makaremi et Matthieu Parciboula

C’est dans la Zone d'Attente pour Personnes en Instance (ZAPI), un bâtiment qui ressemble aux autres constructions de tôle de l’aéroport de Roissy, que se jouent les destins et parfois même les vies de nombreux étrangers qui ont décidé de quitter leur pays pour vivre dans un monde meilleur : la France. Loin des yeux des voyageurs de passage qui fréquentent l’aéroport, c’est dans la ZAPI que sont retenus et enfermés, jusqu’à 26 jours, les réfugiés politique, réfugiés de guerre, réfugiés climatique, enfants venus rejoindre leurs parents, courageux qui cherchent à vivre une vie décente, courageuses qui voudraient vivre dans un monde plus juste. Kadiatou, Younes et Jana sont de ceux-là. Ils sont prisonniers du passage, à la merci du rouleau compresseur administratif d’une terre d’accueil pas toujours aussi accueillante qu’elle veut bien le laisser croire...

Je suis au pays avec ma mère

12/01/2020

Livre de Irene de Santa et Ana Isabelle Pralong

C’est dans le cadre d’une psychothérapie qu’Irene de Santa Ana a rencontré Cédric ; Cédric, jeune requérant, sort de plusieurs mois d’errance, dormant dans des parcs après avoir essuyé un premier refus à sa demande d’asile. Le statut de «débouté» prive Cédric de bien des droits accordés aux êtres humains, et le plonge dans d’épaisses limbes administratives, mais également existentielles. Au pays, plus rien ne l’attend; en Suisse, l’espoir de pouvoir rester est plus que ténu. De cette psychothérapie, Irene de Santa Ana va faire un article, et c’est de cet article qu’Isabelle Pralong s’est emparée pour Je suis au pays avec ma mère. Isabelle Pralong s’est intéressée plus particulièrement aux rêves de Cédric, qu’elle met ainsi en image. Le texte de l’article, complètement repensé et réécrit par Irene de la Santa Ana, vient ici introduire, commenter voire compléter les pages dessinées. Eminemment métaphorique, porteuse de sens, cette matière onirique rend compte à sa façon de l’état psychologique dans lequel doit évoluer et (sur)vivre Cédric, la complexité de son ressenti, de ses sentiments. Livre singulier dans une bibliographie singulière, Je suis au pays avec ma mère s’immisce dans des territoires politiques et sociaux sans une once de misérabilisme, et tente d’aborder autrement une question de société toujours irrésolue.

‘Camps’ across the world : global and local perspectives

10/01/2020

Les 3 et 4 juillet 2020 à Luxembourg   Un appel à communication pour une conférence intitulée ‘Camps across the world: global and local perspectives’, qui se tiendra à l'Université du Luxembourg, 3-4 juillet 2020.
La conférence est organisée dans le cadre du projet de recherche REFUGOV soutenu par le Fonds National de la Recherche Luxembourg et basé à l'Université du Luxembourg (https://refugov.uni.lu/).   Les panels porteront sur 3 thèmes: - Une analyse globale des camps au-delà de la division Sud/Nord
- Le rôle des acteurs locaux dans la gestion des camps - Les liens entre camps et villes
  Veuillez envoyer un résumé de 250 mots et une courte bio à lea.lemaire@uni.lu et lucas.oesch@uni.lu jusqu'au 15 janvier 2020.

POUR UNE ÉTHIQUE DE L'ACCOMPAGNEMENT BIOGRAPHIQUE

28/12/2019

Livre sous la coordination de Anne Dizerbo et Jérôme Mbiatong

Issu des échanges et de la réflexion d'un groupe d'analyse de pratiques professionnelles, cet ouvrage met en avant la question éthique dans les pratiques d'accompagnement s'appuyant sur des approches biographiques. S'attachant à développer une praxis de l'accompagnement visant à promouvoir la puissance d'agir des personnes accompagnées, les auteur.e.s relatent et problématisent la manière dont chacune et chacun dans son domaine d'intervention est amené.e à rencontrer la préoccupation de la dimension éthique de sa propre action, du respect et de la dignité de l'Autre dans la reconnaissance de sa personne et de ses capacités, et se trouve confronté.e aux contraintes, visées et règlements institutionnels.

ESREA Transformative Processes in Learning & Education Conference 2020

28/12/2019

Appel à contributions

En tant que co-animateur du Réseau Transformative Processes in Learning & Education (TPLE) constitué au sein de la Société Européenne pour la Recherche en Education des Adultes (ESREA), j'ai le plaisir de vous informer que la 4ème conférence biennale de notre réseau se tiendra à Athènes, en Grèce, du 25 au 28 juin 2020.

Le thème de cette conférence sera: "What we know and don't know about transformation: Building a new community in research and praxis" (Ce que nous savons et ce que nous ignorons sur les transformations: Construire une nouvelle communauté à travers la recherche et la praxis).

Il s'agira d'un événement particulier. L'accent sera mis tout au long de cette conférence sur la formulation et l'exploration collective des questions actuelles qui touchent les manières dont on conçoit, dont on étudie et dont on facilite des processus transformateurs en formation d'adultes.

Il est attendu des participants qu'ils contribuent à cet événement en partageant les interrogations qui sont les leurs. Ainsi, la conférence ne sera pas organisée à partir d'un format traditionnel (p.ex., présentations de communications et brefs échanges questions-réponses). Notre objectif est davantage de mettre à disposition des participants un véritable temps de dialogue afin de permettre à chacun de s'immerger plus en profondeur dans un processus partagé d'exploration et d'échange. Il s'agira ainsi d'investiguer les questionnements qui animent chacun et qui restent encore sans réponse, plutôt que de proposer un moment axé sur la communication de résultats de recherche existants.

Si vous êtes intéressés à participer à cet événement, je vous invite à télécharger l'appel à contributions (en anglais). J'attire votre attention sur le fait que bien que la langue officielle de cette conférence soit l'anglais, un effort est toujours entrepris dans les colloques ESREA afin de permettre aux personnes ne maîtrisant pas cette langue de participer (voir l'appel à contributions pour plus d'informations).

Les propositions de communication (max. 750 mots) doivent être envoyées d'ici au 13 janvier 2020. Les résultats des évaluations du Comité Scientifique seront transmises le 16 mars 2020.

Si vous avez des questions relatives à l'organisation de cette conférence, je vous invite à contacter directement Dr. Effie Kostara à l'adresse suivante: tpleconference2020@gmail.com

Avec mes meilleures salutations,

Michel Alhadeff-Jones

Former demain

17/12/2019

Numéro 220-221 - 2019-3 de la revue "Education Permanente"

Loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », multiplication des outils numériques, redéfinition du rôle et des missions des formateurs… Au regard des tendances qui se dessinent et des transformations prévisibles des enjeux, des objectifs, des moyens et des contraintes auxquels seront soumis les formateurs, Education permanente invite praticiens et chercheurs à préciser les questions vives, les dynamiques et les environnements à venir, ainsi que les outils et les idées permettant de penser la formation de demain. A l’occasion de son 50e anniversaire, fidèle à la place qu’elle occupe depuis sa création et à l’utopie éducative qu’elle a toujours défendue, Education permanente entend ici non pas dresser le bilan ni faire l’inventaire, mais regarder plus loin que le contexte actuel pour envisager l’à-venir de la formation et celui des formateurs.

L'INCONSTANCE DE NOS PAS - Récit d'une famille de migrants siciliens de Sousse

15/12/2019

Livre de Marie-Antoinette D'Agata Di Marco

Issue d’une famille sicilienne ayant migré à Sousse en Tunisie, Marie-Antoinette D’Agata Di Marco vit à Marseille.

« Ce livre raconte l’histoire d’une lignée familiale issue d’un milieu modeste qui s’est retrouvée, au fil de sa traversée du temps et des lieux, confrontée à différents versants de son identité. Cette histoire m’a été transmise durant mon enfance par mes aïeuls et mes parents et j’ai voulu en faire le récit. Sousse en Tunisie est la ville natale de mes grands-parents. Nos « vieux » égrenaient inlassablement le chapelet des bons souvenirs d’antan, de leur vie dans un pays lointain de l’autre côté de la mer, toujours évoqué avec une même nostalgie. J’ai eu vite envie de connaître ces gens qui, au fil des récits, surgissaient d’un passé qui ne m’appartenait que partiellement mais qui disait que la vie est construite de mille histoires personnelles, forgées avec le cœur et les sentiments. »

D'UN COMMUN DÉSACORD - Correspondance 1990-2007

15/12/2019

Livre de Pierre Bourguignon & Jean-Pierre Guis

Deux hommes sont liés d'amitié. Ils ont atteint l'âge et la disponibilité de la retraite. Séparés, ils s'écrivent. Ils sont différents autant qu'on peut l'être, au plan du caractère mais plus encore des grandes options fondamentales philosophiques et religieuses. Hors des champs souvent fréquentés de la vie familiale, du voyage, de l'art, leurs lettres alimentent une discussion parfois rude et sans pitié. Jacques défend et illustre des positions vigoureuses en faveur de la rationalité, contre l'affirmation de la foi que Pierre professe. Sont mobilisées les amples ressources de l'actualité, des œuvres, de grands témoins, des rencontres. S'écrivant, les deux amis trouvent le lieu de leur commun désaccord.

ÉCRIRE LE CANCER - De l'expérience de la maladie à l'autopathographie

15/12/2019

Livre de Silvia Rossi

A partir des années 1990, les récits de personnes atteintes du cancer se multiplient. Pourquoi mettre en récit et rendre publique une expérience intime comme celle du cancer ? A qui s'adressent ces récits ? Quel est le rôle du cancer en tant que déclencheur de l'écriture et en tant que matière de la narration ? Quelles métaphores sont mobilisées pour raconter l'expérience du cancer et à quels besoins des personnes malades répondent-elles ? Afin de répondre à ces questions, cet ouvrage s'appuie sur les récits à la première personne de six écrivains italiens atteints de cette maladie.

Apprentissage et développement professionnel en situation de travail ...

14/12/2019

Titre complet : Apprentissage et développement professionnel en situation de travail et de formation

Le numéro 8 d'ACTUELS vient de paraître.

  • Les informations ICI

Politiques de l'exil (1) : Politiques de l’épuisement

04/12/2019

Le Mercredi 11 décembre 2019, 17-20h – Médecins du Monde, 62 rue Marcadet – 75018 Paris, Salle Bothsabello 1er étage.  

Qu’est ce donc que ces politiques et stratégies de l’épuisement, de la répétition du même, de l’inutilité manifeste sinon de l'absurdité ?  Si les conséquences des dispositifs étatiques sur le corps et le psychisme des exilé.e.s sont constamment attestées, cette première séance des Non-lieux de l’exil (an 9) en appréhende, dans une perspective pluridisciplinaire, les effets et résonances sur celles et ceux qui se tiennent et agissent au plus près des exilé.e.s, entre impuissance, découragement, colère et engagement.

Avec  : Hisham ALY (Secours Catholique Calais), Juan BOGGINO (psychanalyste, association Traces) et Léopoldine MANAC’H (anthropologue, Ceped). 

Coordination : Christine Davoudian (Psychothérapeute, Médecins du Monde, Non-lieux de l’exil)

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations et cette séance fait l’objet d’une collaboration avec l’ANR LIMINAL

Présentation des intervenant.e.s : 

Hisham Aly. Chargé de mission thématique « Personnes exilées de passage » sur le littoral avec le Secours Catholique Caritas France, franco-égyptien, chirurgien-dentiste de formation puis master 2 « ONG et coopération internationale » à la Sorbonne, Hisham Aly travaille depuis quatre ans avec le SCCF à Calais avec les personnes exilées, favorise le pouvoir d’agir afin de développer un espace d’expression des personnes dans la société pour qu’elles deviennent actrices de leur propre vie. Il est très impliqué dans les actions de sensibilisation en vue de changer le regard porté sur l’exil.

Juan Boggino. Psychanalyste, cofondateur de l’association TRACES Réseau Clinique International, responsable du programme « Thérapie des Mère et enfants victimes de la guerre, de la violence politique et des violations des droits humains » et du « Soutien des professionnels face à l’impact des récits traumatiques des victimes – Humanisation des Soins »

Christine Davoudian a été entre 2000 à 2017 médecin de Protection Maternelle et Infantile (PMI) à St Denis (93). Elle est actuellement Psychothérapeute et référente Santé mentale pour le centre de MDM à Paris (CAOA Picpus). Elle est auteure et coordinatrice de deux ouvrages chez Ères, dans la collection 1001BB : Mères bébés sans papiers (2012) et La grossesse, une histoire hors norme (2014). Elle a collaboré à différents ouvrages, parmi lesquels: « Le traumatisme dans tous ses éclats »,(sous la direction de L. Tovmassian et H. Bentata), 2012 et  “Clinique et migration”, les cahiers de Rhizome, n°63, en mars 2017. Elle est l’auteure de trois films pour les professionnels « Accoucher en terre étrangère », « Une terre d’avenir », « Familles en errance » (2013). Elle est formatrice et collabore régulièrement avec le Centre Primo Levi, le Centre Ulysse (Bruxelles) Paroles sans Frontières (Strasbourg). Elle est membre des Non-lieux de l’exil.

Léopoldine Manac’h est doctorante en anthropologie à l’Université Paris V (CEPED). En s’appuyant sur plusieurs années de terrains ethnographiques dans des dispositifs étatiques d’hébergement et de contrôle des demandeur·ses d’asile, elle développe une réflexion autour de l’institutionnalisation de la violence ordinaire envers les personnes étrangères et à ses résonances pour leurs subjectivités et celles de leurs soutiens. Elle vient de soutenir en juin 2019 un Master 2 d’anthropologie à l’EHESS consacré à l’ethnographie d’un Prahda. Elle poursuit dans sa recherche doctorale la thématique des politiques de découragement menées par l’État français à l’encontre des personnes étrangères, mais dorénavant dans le cadre des restrictions de l’accès aux soins pour les personnes étrangères illégalisées.  Parmi ses publications :  « Prahda : la rétention à l’air libre. Ethnographie d’un dispositif d’hébergement de demandeurs d’asile en France », Mémoire de Master 2 d’anthropologie soutenu à l’EHESS en 2019; « Faire face aux politiques de découragement », Savoirs des luttes, luttes des savoirs [carnet de recherche], 2019 et (avec Romain Huët) « Expérience de l’exil, de la précarité et performativité politique. Un questionnement philosophique sur l’expérience sociale de “l’exilé”, Implications philosophiques, 2018.  

  • Entrée libre

Vidéo : soirée avec Lise Poirier Courbet

22/11/2019

La vidéo de la soirée de présentation du livre de Lise Poirier Courbet, " C'EST LA PREMIÈRE FOIS QUE JE VIS LONGTEMPS". Cette soirée s'est tenue le 11 octobre 2019 à Paris

Dis, raconte, comment ça marche ?

21/11/2019

Titre complet :  Dis raconte, comment ça marche ? : Découvrir et penser le monde avec Edgar Morin

BD de Martine Lani-Bayle, Adélaîde Ronxin et Edwige Chirouter  

« La philosophie d’Edgar Morin pour la première fois en bande dessinée. Martine Lani-Bayle et Adélaïde Ronxin nous invitent, petits et grands, à nous poser et à regarder autour de nous. En compagnie d’Edgar, nous partons, au fil des questions, à la découverte de la richesse et de la diversité du monde. Une belle ouverture à la connaissance et au respect.
Préface d'Edwige Chirouter. Un projet soutenu par la chaire UNESCO : "Pratiques de la philosophie avec les enfants" »

Récits de vie au travail-accompagner autrement les transitions professionnelles

15/11/2019

Livre de Martine Poulin

Cet ouvrage s’adresse à tous les acteurs de l’orientation et de l’accompagnement professionnel souhaitant développer leurs pratiques, en mobilisant une approche biographique du conseil.
A partir de différentes situations d’orientation professionnelle (bilans, aide à l’élaboration du transitions professionnelles), l’auteure illustre comment l’histoire professionnelle articulée à l’histoire de vie personnelle (re)donnent du sens à la trajectoire de vie au travail de la personne et la remettent en mouvement dans un cycle de développement.

Éducation, genre et migration : ...

15/11/2019

Titre complet : Éducation, genre et migration : opportunités et menaces dans un contexte de montée des discours de haine en ligne

Du 17 et 18 septembre 2020 à Paris

PRÉ-APPEL
Si la fin du XIX ème et le XX ème siècles se sont caractérisés par un capitalisme industriel et un nationalisme à l’origine de longs conflits meurtriers à l’échelle mondiale, le XXI ème siècle se trouve, quant à lui, défié par les plus grands mouvements migratoires transnationaux (Wihtol de Wenden,
2018). Dans ce contexte mondial marqué par l’augmentation des migrations internationales liées au terrorisme, à divers conflits, aux catastrophes environnementales etc., les sociétés démocratiques sont interpellées sur leur capacité à garantir un droit universel à l’éducation (proclamé par l’article
26.1 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme), des conditions de scolarisation adéquates et de réussite à toutes et tous les enfants. En effet, selon l’UNESCO, 15% des enfants dans le monde n’étaient toujours pas scolarisés au primaire en 2000, même si ce chiffre s’est établi à 9% en 2014 (Institut de statistique de l’UNESCO). Il convient dans la même perspective de rappeler que les filles, les personnes handicapées et les enfants en zone de conflit seraient les plus affectées par la déscolarisation (Institut de statistique de l’UNESCO ; eAtlas de l'UNESCO sur les enfants et les jeunes non scolarisés ; UNICEF, 2016).
Relevons par ailleurs d’importantes mutations sociétales dans certaines régions du globe, à l’instar de l’espace méditerranéen, l’Amérique Centrale (plus encore que du Sud), la frontière Sud des États-Unis avec le Mexique entre autres, qui sont passées de terres d’accueil de migrant∙e∙s ou d’exilé∙e∙s à des régions productrices de main d’œuvre migrante à bas prix, parfois l’inverse, et ce, en l’espace de quelques années tout juste (Wihtol de Wenden 2013, 2017, 2018). ...

Qui est nous ?

08/11/2019 Du 14 Octobre au 10 Novembre, une exposition de Philippe Bazin et Christiane Vollaire à la Maison de la Photographie Robert Doisneau -1, rue de la Division Général Leclerc 94250 Gentilly D’emblée, ce titre interroge. Qui est en effet ce nous ? Les auteurs du travail exposé qui se questionnent ? Philippe Bazin, photographe et Christiane Vollaire, philosophe, font œuvre commune depuis 1999 sur les terrains de la migration et de l’exil. Ou qui nous questionnent, nous les regardeurs, sur notre « prendre part » à la construction d’un monde régi par des politiques néo-libérales édifiées sur des rapports de domination ?

Les deux auteurs nous engagent dans une réflexion critique sur nos positionnements éthiques et politiques, nos actes citoyens. Qui est ce nous, première personne du pluriel ? Pour y répondre, Philippe Bazin et Christiane Vollaire nous décentrent des discours médiatiques et des illustrations journalistiques et nous montrent un monde à rebours des représentations courantes de migrants véhiculées par une presse avide de sensations.
Ils donnent à entendre les rapports que tissent les hommes avec les structures qui régissent leurs existences et comment, en tant que sujets agissants, ils construisent un espace commun par des solidarités actives, comment ils se dressent, comment ils résistent, comment ils ne renoncent pas, comment ils existent. On est loin ici du photoreportage, peut-être que finalement il n’y a rien à voir sur les images de Philippe Bazin mais tout à sentir, à pressentir, à deviner, à comprendre. Elles sont une invitation à entrer dans l’image, à dépasser sa surface plane, à prendre le temps de lire les mots qui accompagnent les photographies, de les écouter, de regarder les visages et de « prendre part » : c’est là que se construit un « nous » qui inclut le regardeur, générant une transformation de soi pour une transformation du monde.
L’entreprise de Philippe Bazin et de Christiane Vollaire est avant tout un travail de terrain à dimension critique, empreint d’une éthique politique. C’est la reconnaissance de l’expérience vécue et de la parole des sujets, de leur égale dignité et capabilité dans l’espace public, et c’est le partage de cette démarche de rencontre et de reconnaissance dans une photographie documentaire qui allie images et paroles. C’est le pari qu’ils se donnent et qu’ils tiennent : construire de la pensée à partir de situations concrètes de terrain, les vivre, en attester et renverser les esprits. Déconstruire et re-présenter pour un éveil politique.

L’exposition prend la forme d’un « montage » sur deux étages selon un parcours que Philippe Bazin et Christiane Vollaire nous proposent un parcours allant de « La radicalisation du monde » au rez-de chaussée à « Femmes militantes aux Balkans » et « Solidarités en Grèce » au premier étage.
« La radicalisation du monde » montre avec une précision chirurgicale des visages de vieillards, de nouveaux-nés, d’adolescents photographiés dans des lieux institutionnels. Travail réalisé entre 1980 et 2003 par Philippe Bazin, ces visages nous atteignent, leur gravité nous touche. Ils nous renvoient à notre condition humaine, leur exposition tient de leur singularité. Ils sont sujets, ils agissent sur notre conscience, c’est un « nous » qui se noue ...

Itinéraires de reconnaissance

Mémoires et patrimonialisations des migrations

06/11/2019

Période : du 21 novembre 2019 au 18 juin 2020 -3e jeudi du mois de 13 h à 17 h sauf la séance du 19 décembre 2019 -Lieu : salle 10, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Depuis 2010, le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » développe une réflexion théorique et empirique sur les articulations entre mémoires singulières des migrations, mémoires collectives et patrimonialisations. Cette année, il portera sur deux thèmes :

1. les liens entre accueil des migrants, mémoires des migrations et rapports au passé. Il s’agit d’interroger le rôle des expériences passées, liées aux déplacements, et la place de la connaissance de l’histoire des migrations dans les représentations et les réactions actuelles, individuelles et collectives, face à l’arrivée des migrants. Inversement, dans quelle mesure les nouvelles formes de migrations ont-elles un impact sur les représentations des passés migratoires ? La réception des initiatives mémorielles et patrimoniales, les liens entre public, artistes ou plus largement acteurs culturels et chercheurs, notamment autour des films, feront ici l’objet d’une attention particulière 

2. les patrimoines dits « communs », définis comme les artefacts matériels appartenant à l’histoire culturelle d’une population, que celle-ci a laissé derrière elle à la suite d’une migration – généralement forcée – ou d’un crime de masse / génocide, et dont d’autres se retrouvent dépositaires. Nous interrogerons les actions institutionnelles et les initiatives alternatives, notamment artistiques visant à la production d’un commun, à partir de ce patrimoine culturel (re)découvert, réintégré et repensé comme national et partagé dans des espaces sociaux où les populations concernées ne sont plus ou peu présentes

 

Itinéraires de reconnaissance

Fondements, modes de mise en œuvre et effets des dispositifs d’apprentissage ...

06/11/2019

Titre complet : Fondements, modes de mise en œuvre et effets des dispositifs d’apprentissage de la langue de scolarisation pour les apprenants migrants allophones

Du 8 au 11 juin 2020, le XXe Congrès de l'AMSE se tiendra à Buenos Aires, en Argentine, et sera co-organisé par l'Université Pédagogique Nationale (UNIPE) et l'Université Nationale de San Martin (UNSAM).

Extrait de l'argumentaire :

Dans le contexte actuel de l’accélération et de la diversification des migrations, de nombreux pays sont amenés à repenser les dispositifs d’accueil et d’accompagnement des nouveaux arrivants en âge d’être scolarisés. La diversité des parcours, des profils linguistiques et culturels des personnes migrantes, et de leurs aspirations, impliquent l’émergence de nouveaux dispositifs pédagogiques dans les écoles et les universités. L’objectif visé est prioritairement l’appropriation de la langue principale de scolarisation/langue académique de leur pays d’accueil afin de favoriser l’inclusion des personnes, dans leur environnement social et en particulier scolaire ou académique. Pour cela les élèves doivent idéalement être encouragés à suivre différentes voies de formation, en lien étroit avec leurs besoins et leurs projets individuels (Chiss, 2008 ; Goï et Huver, 2013 ; Huver, 2012). La qualité de ces dispositifs aura un impact immédiat sur la réussite éducative de ces élèves et leur inclusion dans la société d’accueil.

Pour orienter et discuter les choix faits dans le domaine des politiques éducatives en contexte migratoire, il est essentiel de disposer de données de recherche qui permettent de mieux comprendre quels sont les fondements des dispositifs d’apprentissage linguistique destinés aux apprenants de différents âges (enfants, adolescents, adultes), de quelle manière ces dispositifs sont effectivement mis en œuvre et quels sont leurs impacts, positifs ou négatifs, sur le développement des compétences des apprenants. ...

Itinéraires de reconnaissance

♦  Les 27 et 28 février 2014 à Grenoble 

Lire  

(15.02.2014)

Pesquisa (auto)biográfica em educação na Ásia

05/11/2019

Le numéro v04-12-2019 de la revue "Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)biográfica" est paru

Quelques articles sont disponibles gratuitement et en Français

Itinéraires de reconnaissance

Klavdij Sluban (par) Christine Delory-Momberger

28/10/2019

Livre avec Christine Delory-Momberger

Dans ce livre, Klavdij Sluban raconte son parcours d’exil et formule ses positions et ses engagements par rapport à la photographie. Il dit qu’il photographie parce qu’il a perdu sa langue. Pris entre deux langues, deux pays, deux lieux – Paris et le village de sa famille en Slovènie –, il n’est véritablement chez lui nulle part. Photographe documentaire, itinérant et indépendant (il n’appartient à aucune agence), Klavdij Sluban mène une œuvre personnelle exigeante et développe dans ses images la problématique des espaces clos et des horizons contraints. Il voyage seul à pied, en train, bus, bateau en laissant venir l’instant sans le provoquer. Travaillant toujours au Leica et en noir et blanc, il fait corps avec cet appareil photographique et les noirs profonds de ses images confèrent à son écriture photographique une grande intensité....

Klavdij Sluban et Christine Delory-Momberger se rencontrent et s’entretiennent sur ce qui leur tient le plus à cœur : la photographie. Klavdij Sluban est un photographe français d’origine slovène de réputation internationale, Christine Delory-Momberger est universitaire, essayiste, auteure de publications sur la photographie et de livres d’entretiens avec des photographes (Antoine d’Agata, Jane Evelyn Atwood). Elle est également auteure photographe.

Séance de signature du livre le 9 novembre 2019 à 18h30 sur la stand André Frère Éditions à Paris Photo Grand Palais

KLAVDIJ SLUBAN expose

28/10/2019

Du 19 octobre au 5 janvier 2020,

KLAVDIJ SLUBAN exposera à la 10ème édition du Festival de créations photographiques « Deauville Planche(s)-Contact »
et signera son livre avec Christine Delory-Momberger sur la stand André Frère Éditions à Paris Photo Grand Palais le samedi 9 novembre à 18h30

Un film de présentation de Sloban

Autobiography : excess, self-expenditure

20/10/2019

Du 23 au 24 juin 2020 à Rome, 19th International Meeting of the Scientific Observatory of Autobiographical Memory in Written, Oral and Iconographic Form

Mediapolis-Europa presents in cooperation with the Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea

Appel en Anglais : 

With this call for papers we intend to investigate the relationship between autobiographical narration as an expression of going beyond, as a pursuit of the extreme in relation to the concept of boundary, or as a practice of excess, understanding how, stated or implied, these components constitute the framework of the argument of the writing examined.

En français :

Cet appel à contribution entend solliciter des propositions qui explorent, analysent des récits autobiographiques au centre desquels se trouve l’idée de dépense, d’excès, qu’elle soit ouvertement énoncée, ou qu’elle se manifeste en transparence.

En Italien :

Col presente call si intende indagare sul rapporto fra il racconto autobiografico come espressione dell’andare al di là, come  perseguire l’estremo in relazione al concetto di limite,  o come pratica dell’eccesso, cogliendo come  in modo dichiarato o sottinteso queste componenti  costituiscano l’ossatura dell’argomentazione dello scritto autobiografico preso in considerazione.

Vocabulaire des histoires de vie et de la recherche biographique

09/10/2019

A paraître le 17 octobre 2019

Livre sous la direction de Christine Delory-Momberger

89 contributeurs universitaires, chercheurs et praticiens (France, Allemagne, Brésil essentiellement)

Transcendant les disciplines et les courants, ce Vocabulaire présente un bilan des notions, des démarches, des pratiques et des travaux qui constituent le fonds commun des chercheurs et des praticiens se réclamant des histoires de vie et de la recherche biographique. Celle-ci vise à rendre compte de la relation particulière que le sujet entretient avec le monde historique et social par son activité biographique – soit l’ensemble des modes de manifestation et d’écriture de soi par lequel il se reconnaît lui-même et se fait reconnaître par les autres. La recherche biographique interroge ainsi la manière dont l’individu se constitue en tant qu’être
social singulier à partir des formes de son expérience dans leurs dimensions tout à la fois anthropologique et historique, psychique et sociale, politique et éducative ...

Adhérer en 2019, pour que vive notre revue

07/10/2019

Appel

Nous avons besoin de votre soutien pour faire vivre la revue Le sujet dans la Cité Revue internationale de recherche biographique et organiser les nombreuses manifestations scientifiques (séminaires du Sujet dans la Cité, symposia, rencontres-débat, publications et lancements de livres, etc.) tout au long de l'année.

C'est ensemble que nous pouvons faire entendre notre voix et construire une vie de la pensée en-commun !

 Vous trouverez un bulletin d'adhésion à l'association "Le Sujet dans la Cité" au montant de  40€ pour les salariés et de 20€ pour les étudiants et les personnes sans emploi.

La cotisation donne droit gracieusement à l'exemplaire annuel de la revue Le Sujet dans la Cité. Revue internationale de recherche biographique, à un tarif préférentiel pour l'achat de toute publication éditée par l'association, ainsi qu'à l'accès gratuit aux manifestations scientifiques et culturelles qu'elle organise.

En ce qui concerne notre prochaine actualité :

- Un numéro de la revue Actuels n°8 paraîtra en novembre 2019, coordonné par Anne Jorro & France Merhan : Apprentissage et développement professionnel.en situation de travail et de formation.

- Le colloque international "La recherche biographique en situations et en dialogues. Enjeux et perspectives" aura lieu les 16-17-18 octobre 2019. Vous trouverez le programme des conférenciers en PJ. Nous avons par ailleurs plus de  130 communications dans les ateliers et symposia, vous pourrez consulter le programme sur le site du colloque : https://rbe2019.sciencesconf.org

Merci à vous !

Christine Delory-Momberger
Pour l'équipe du Sujet dans la Cité

C'est la première fois que je vis longtemps

12/09/2019

Livre de Lise Poirier Courbet

Vingt ans après les faits, dans le cahier rouge et noir, la narratrice écrit son journal, celui de l'enquête qu'elle mène auprès de ses frères et sœurs et à partir des pièces du procès. Dans le cahier bleu, elle fait vivre l'adolescente de seize ans avant et juste après le viol. Elle écrit la traversée de l'événement comme une tentative d'apprivoiser quelque chose qui ne peut jamais l'être. "L'écriture, un cri muet qui me protège".

[Rencontre avec l'auteure : le vendredi 11 Octobre 2019 à 19h - à la librairie Café, le 108 : 4, impasse Joinville 75019 Paris]

Rencontre avec Lise Poirier Courbet

12/09/2019

Le vendredi 11 Octobre 2019 à 19h, à la librairie Café, le 108 : 4, impasse Joinville - 75019 Paris

A l'occasion de la sortie de son dernier livre "C'EST LA PREMIÈRE FOIS QUE JE VIS LONGTEMPS", rencontre avec l'auteure.

Ouverture d'un site de sciences participatives

12/09/2019

Communiqué

Suite à la publication de l'ouvrage collectif « À quoi servent les sciences de l'éducation ? » chez esf, présenté par Philippe Meirieu et réunissant les contributions de Brigitte Albero, Angela Barthes, Bernard Charlot, Marie Duru-Bellat, Alain Jaillet, Laurent Jeannin, Éric Plaisance, Line Numa-Bocage, Jean Houssaye, Claudine Blanchard-Laville, Richard Wittorski, Christine Delory-Momberger, Christophe Niewiadomski, Martine Janer-Raimondi et de Claude Lessard en conclusion, un site de sciences participatives est ouvert à tous.

Le site a vocation à ouvrir la discussion : que vous soyez chercheur, professionnel de l'éducation, élève, parent d'élèves, étudiant, vos questions et remarques feront avancer le débat. Dans une forme de délibération commune, chacun pourra proposer des suggestions, proposer des pistes, définir un sous-thème de discussion (le bien-être, l'évaluation, l'architecture scolaire, la santé, les inégalités face à l’école, les relations école / familles, etc.).

Dans une délibération collective, les professionnels, les élèves, les parents pourront y définir leurs besoins et attentes contextualisées : quelles sont les questions vives sur lesquelles ils voudraient des réponses de la recherche ? Charge aux chercheurs de s’en emparer, quitte à les reconfigurer. 

Cordialement, Béatrice Mabilon-Bonfils