Photographie

Autour de la photographie

avec des livres, des annonces d'expos, des photographies, des textes, des réunions...

Exils / Réminiscences - Photographies

 

Le 10 février 2018 (14h-17h) au « Le Vent Se Lève ! Tiers-lieu » - 181, av. Jean Jaurès 75019-Paris - Métro : Ourcq

Un atelier de création partagée
« La criée citoyenne »Les mouvements de l’Histoire bouleversent les géographies personnelles, familiales et nationales. Des déplacements forcés, des migrations, des mobilités multiples amènent les personnes à se recréer des vies dans de nouveaux territoires. Comment se garde la mémoire des visages, des lieux, des événements lorsque leurs souvenirs deviennent de plus en plus imprécis au fil du temps ? Veut-on même garder la mémoire de ce dont on est maintenant déliés ? Comment vivent les générations suivantes avec des mémoires tronquées ou effacées ? Et comment dans ce diffus de la mémoire certaines situations d’exil deviennent-elles des "exils-à-vie" ?

Deux photographes, Christine Delory-Momberger et Alejandro Erbetta mènent un travail photographique autour de l’exil et mettent à l’épreuve le souvenir et la trace pour faire émerger un passé familial recomposé qui prend les formes que font advenir les images. C’est une mémoire au présent qui leur fait créer leur territoire imaginaire où se rejoignent histoire personnelle et histoire collective.

Cet atelier de création partagée propose une rencontre avec les deux photographes qui présenteront leur travail avec une exposition photographique et sous forme d’une performance. Elle sera suivie ensuite d’un moment où chacune des personnes participant à l’atelier pourra se saisir d’une ou plusieurs de leurs images et déployer une parole personnelle en l’associant à des moments de son histoire….

Réservation obligatoire auprès de dizerboanne@sujetdanslacite.org

HORS L’INTIME : Sur le travail photographique de Christine Delory-Momberger

 

Un article de Christiane Vollaire, décembre 2017

Christine Delory-Momberger, comme chercheure et comme enseignante, travaille le champ des subjectivités, dans ce qui les croise et peut les construire dans un espace commun. C’est l’objet même du Sujet dans la Cité, revue de recherche biographique qu’elle a créée en 2010, et qui conjugue réflexion socio-politique, questionnements éducatifs et problématiques des représentations, abordant aussi bien la question de l’enseignement que celle des migrations, pour faire place à la parole des sujets. Ce « faire place » est la condition d’une reconnaissance, mais il ne rend pas pour autant le sujet transparent. Il génère au contraire la présentation du mystère dans l’espace public, qui fait obstacle à son élucidation. Et ce qu’on appelle autobiographie est bien davantage la présentation d’une énigme que l’acte de sa résolution.

L’archive, qui tente de remonter vers des moments originaires, est par excellence le lieu du mystère. Elle peut être dépouillée, interprétée, elle peut devenir éclairante. Mais elle ne sera jamais élucidée. C’est cette distance entre l’éclairant et l’élucidé que Christine Delory-Momberger explore dans ...

La revue femmes PHOTO graphes n°3

 

A propos de la revue N°3

"Le territoire est une poupée gigogne : il a plusieurs échelles, du coin de la rue au monde globalisé. Il peut être matériel ou immatériel. Il est parfois circonscrit, parfois étendu. Il peut être imperméable et autarcique, poreux et interdépendant. Un territoire compte autant de descriptions qu'il y a de points de vue. Ce qui le caractérise est d'être habité et revendiqué, il est défini par ceux qui déclarent en être ou cherchent à en être." (Nicolas Laurent)

Fondée en 2016, l’association femmesPHOTOgraphes a pour objectif de proposer une alternative au manque de visibilité de la photographie pratiquée par les femmes.

FemmesPHOTOgraphes, c’est à la fois une plateforme en ligne, une revue photographique semestrielle, et un ensemble d’outils de diffusion favorisant l’accès et la reflexion autours du travail de femmes photographes.

Deux rendez-vous :

Mardi 12 décembre à 20h à la librairie l’Atelier -(2 bis rue du Jourdain, métro Jourdain ligne 11)

Jeudi 21 décembre à 19h à la librairie Violette and Co(102 rue de Charonne, métro Charonne, ligne 9)

 

Enseignez à vivre

 

Le 30 novembre 2017 à 18h00, à la mairie du 13è arrondissement de Paris - 1 place d'Italie 75013 Paris

Le Pôle innovant lycéen organise le 30 novembre une avant première du film Enseignez à vivre et une exposition de photos à Paris à la mairie du 13e... L'occasion aussi d'échanger sur la situation d'une structure historique de raccrochage scolaire en grand danger.

L'exposition de photos de Laurent Hazgui "PORTRAITS DE PROJETS PROFESSIONNELS ET UNE ANNÉE AU PÔLE INNOVANT LYCÉEN" se tient du 27/11 au 1/12/2017. Vernissage le 30 novembre à 18h00.

EnseignezAvivreEnseignezAvivre [714 Kb]

FemmesPHOTOSgraphes

 

Le numéro 2 de la revue est paru.

A propos de la revue n°2

Elles sont photographes. Elles déploient leurs images, leurs pratiques et conversations dans une revue conçue comme un espace de visibilité de femmes artistes.

En guise de fil rouge de ce deuxième numéro, elles ont choisi “ l’altérité ”.

Cette revue n°2 rassemble les travaux et conversations de : Héloïse Berns / Khanh Dang-Tran / Christine Delory Momberger / Isabelle Gressier / Camille Léage / Kim Lan Nguyên Thi / Irène Jonas / Maud Veith / Ania Winkler.

Au fil des pages de la revue, les personnes représentées et saisies par l’objectif sont très diverses : amis tsiganes, passagers anonymes du métro ou d’une ligne de bus parisien, jeunes autistes, personnes trans, carnavaliers, sœurs jumelles, ouvriers de chantier naval...

Photographie et extériorité

 

Livre sous la direction de François Soulages & Gilles Picarel  

Qu’est-ce que l’extériorité ? En quoi convoque-t-elle notre rapport au monde et notre obligation de penser ? Pourquoi l’être serait-il extériorité ? Autant de réflexions auxquelles sont confrontés les philosophes et tout homme, et en particulier les artistes qui peuvent mettre au cœur de leurs pratiques cette interrogation. Et tout spécialement les photographes. Car qu’en est-il des relations qu’entretiennent avec l’extériorité la photographie sans-art et les photographies faites dans un horizon de l’art ?
Cela nous apprend-il quelque chose de plus sur l’extériorité ? Ou sur la photographie ? En tout cas, la problématique de l’extériorité nous oblige à repenser les liens que la photographie peut nouer avec l’invisible et le visible, avec l’étrangeté et l’altérité qui est radicalement différente de l’extériorité, avec la distance et la proximité, avec la transparence et l’obstacle, etc.

 

Tendre les bras au-dessus des abîmes

 

Une exposition de photos de Christine Delory-Momberger du 17 au 22 octobre 2017, Galerie B&B, 6 bis rue des Récollets - 75010 Paris - du mardi au vendredi de 15h à 20h, samedi de 10h à 20h et dimanche de 10h à 18h

Présentation :

« Cette série, envisagée comme une archéologie de soi par l’image, fait se rejoindre histoire personnelle, histoire familiale et histoire collective à travers quatre générations.

Elle part d’une photographie de famille retrouvée que j’interroge pour donner vie aux personnages de l’image. Pour cela, je fais de mon appareil photographique l’instrument d’un travail de fouille en explorant de façon répétée des parties des images. Les nouvelles images produites s’inscrivent ainsi dans l’actualité d’une expérience qui provoque l’émergence de souvenirs oubliés, d’associations inattendues, d’agencements avec des photographies actuelles. Les images qui émergent deviennent chacune à leur tour et toutes ensemble des éléments tangibles d’une histoire que viennent traverser des fantômes du passé, la signant d’une saignée de l’âme. » Christine Delory-Momberger

 

Rencontre avec Christine Delory-Momberger en conversation avec Gérard Gromer «Quand l’image fait mémoire» : Jeudi 19 octobre, à 19h

Femmes Photographes

 

EXPOSITION du mardi 18 avril au dimanche 23 avril 2017.

VERNISSAGE/PRÉSENTATION de la revue le mercredi 19 avril 2017 à partir de 18h30.  

L’association est née en 2016, avec l’envie de promouvoir les travaux photographiques produits par les femmes. Un engagement empreint d’altérité et d’intersubjectivité, une mutualisation qui amène à une diversité de regards.

Les Machines et les Coupes

 

Du 4 février au 28 février 2017 - Vernissage le dimanche 19 février à 15h

Une exposition des photographies de Philippe Bazin - A b é ï c i t é - 8 rue de l’Abbaye, 58800 Corbigny -03 86 20 22 78

Rencontre avec Philippe Bazin et Christiane Vollaire

Les Machines (2014) : Une résidence à Amilly durant l'été 2014 m'a donné l'occasion de revenir sur la question de l'agriculture contemporaine. Loin des clichés passéistes, j'ai choisi de montrer les corps au travail, les matières, les machines, les paysages. Une quadrilogie qui impliquait pour moi autant de formes possibles, une grande liberté de ton soumise au plaisir des rencontres et des choses. Dans le paysage ainsi formé, la poussière d’un jour d’été monte et crée un nouvel espace incertain. Les machines produisent leur sillage dans les airs, leur propres traces dans la terre, et les hommes sont faits de cette double empreinte.

Les Coupes (2015) : présente la vie quotidienne d'une famille d'agriculteurs français en 2015, partagés entre monde moderne technologique et tradition immémoriale. Les machines se déploient partout, mais on tue encore les animaux de la basse-cour comme depuis toujours. Les machines passent alors au second plan, les corps des fermiers dominant tout l'espace du travail et le corps des bêtes. Une transmission permanente des gestes est à l'oeuvre. La beauté est dans tous les corps des hommes. Le corps des bêtes organise l’espace de travail.

Suites

 

Du 19 novembre au 11 décembre 2016, la galerie Résidence 87 présente l’exposition SUITES - 27 av Secrétan 75019 Paris
avec Kim lan Nguyên Thi et Isabelle Gressier, femmesPHOTOgraphes.
 

«Au départ il y a l'image. Evidée pour l'une, en attente d’un devenir pour l'autre. L’absence remplit l’espace, le temps est suspendu à l’instant.

Nous avons entrepris l’expérience de retranscrire ce temps qui devient autre, sa persistance, son mouvement, sa multiplicité.
Fragments de temps restitués, sortes de figurations aléatoires tracées sous la lampe de l’agrandisseur photographique, sous la main qui fabrique. La lumière y fait son travail de reconstitution de ce que pourrait être une image latente, une image qui demeure susceptible d’apparaître mais qui ne se fixe jamais.

Ces impressions sont des tentatives de passages dans les noirs et les blancs de la mémoire.»

Punto de Fuga - The experimental Book Plattform during Paris Photo 2016

 

Le 13 novembre 2016 (14h-17h) - Librairie Le Monte-en-l’air -2, Rue de la Mare. 75020 Paris - Metro: Ménilmontant

The designer Tom Mrazaukas comes back with an independent editorial project. His books are all bringing out a very soft process of creation. If there ought to be a line tracing that gathers all this eclectic and very recent visions of the new documentary approaches in photography is that intimacy is no longer separated from the historical approach of landscape and family memories. It is this intimate expression of the image, that gives each place, its own symbolic charge. The books published are not looking at the traces of landscape as a former documentary photographer would, but more as a residue of a very open and at the same time very intrusive vision of history that photographers have integrated as a personnel research for their own identities and their own sensitive connection with the history of a land, a city, a park, a street or a block.

Behind the personal stories that these books are suddenly enfolding with such a transparency and such honesty lies, the invisible hand of the publisher and designer. The form is here as important as the stories told. Tom’s experience will be reconstructing part of this puzzling experience of editing. The photographer’s intimate approach will give to the conversation another perspective of the essence of what it means to unveil both the personal and the public history, as being tow dies of a same coin.


Photographers

  • Arnis Balcus. Victory Park (2016)
  • Lewis Bush. Shadows of the State (2017)
  • Christine Delory-Momberger. Dans le souffle du labyrinthe (2017)
  • Maria Dabrowski. Odsłonić (2017)

Esthétique de la photographie

 

Colloque international : les 21 & 22 septembre 2016 - Museo de Arte Contemporáneo (MACBA) & Fundación Arte x Arte- Buenos Aires, Argentina

Le livre Esthétique de la photographie de François Soulages, Président-fondateur de RETINA.International et Professeur des universités à l’Université Paris 8, France, a été traduit en de nombreuses langues et, en particulier, en espagnol - Estética de la fotografia, Buenos Aires, La marca, Biblioteca de la mirada.
 En 2011-4, 3 colloques furent organisés sur ce livre (Universidad de Chile, Santiago, Chili ; Universidade Federal da Bahia, Brésil ; New Bulgarian University, Sofia, Bulgarie) : 2 livres furent publiés (Estética y Fotografía « à partir de » F Soulages, R. Zuniga (Editor), Santiago, Éd. de l’Universidad de Chile, 2013, 240 p. et Do Sem-arte à Arte, A Estetica da fotografia, Imagens Ethnoculturais, L. Santos de Sousa (Editor), Salvador, Editora de Universidade de Estado da Bahia, 2014, 556 p.). 

L’objectif et l’originalité de ce colloque de 2016 sont d’approfondir et d’exploiter les concepts, problèmes et thèses de ce livre : par exemple, l’objet-à-photographier (chapitre 1), le ça a été joué (2), l’imphotographiable (3), la photographicité (4), le sans-art (5), l’inachevable (6), le à la fois (7), l’art-critique (8), la cocréation (9), le transfert (10), la référence (11), l’art puissance deux (12) ? Et ce, en prenant en compte les acquis théoriques d’autres livres de Soulages sur la photographie, comme Dedans/Dehors, Photographie et inconscient, L’alphabet indien, Aubervilliers, ...

Début de siècle, une trilogie de bazinvollaire

 

Du 8 avril au 4 juin 2016 - du mercredi au samedi de 14h30 à 19h00, « Le Bleu du Ciel  12, rue des fantasques - 69001 Lyon

L’exposition proposée par Christiane Vollaire et Philippe Bazin retrace plusieurs années de collaboration mettant en évidence les relations entre philosophie et photographie documentaire. C’est sur le terrain de manière critique que cette collaboration s’est développée, et non sur un plan théorique. L’expérience de chaque projet a ainsi généré ses formes propres, aussi bien par l’écriture que par la photographie.
Trois ensembles réalisés autour de 2010 montrent les centres d’intérêts sur lesquels cette collaboration s’est construite. Les relations entre esthétique et politique, dans le sens où Walter Benjamin en appelait à une « politisation de l’esthétique » sont au cœur de cette construction…..

L’exposition n’est pas faite seulement de photographies accrochées sur les murs, mais aussi de conférences, rencontres, sur place ou ailleurs à Lyon (programme à suivre), ainsi que de l’édition du livre John Brown’s Body, entretiens avec Neil Painter et Russell Banks, texte de Victor Hugo.

Rapports Image / Ecrit ?

 

Le mardi 15 mars 2016 19h00 à l'Espace L'Harmattan, 21 bis rue des Écoles, 75005 Paris
M° Maubert-Mutualité

Présentation des 4 derniers livres de la collection RETINA.CRÉATION créée & dirigée par François Soulages

    • Bernard Koest, J'aurais temps aimé. Aux frontières d'Argenton
    • Éric Bonnet, Frontières, limbes & milieux
    • Gilles Picarel, Les frontières de l'extériorité
    • Gilles Picarel, Affleurement

En présence des auteurs

Cette collection s'interroge sur les rapports image/écrit.
Sur la centaine de pages de ces livres, souvent les trois-quarts sont habités par des images - images numériques, images de  films, photos, graffitis, dessins, peintures, gravures, etc... En couleur ou en noir & blanc. Comme le créateur le décide.
Et l'écrit - philosophique, scientifique, théorique, littéraire, poétique, etc... - joue toujours avec ces images, de même que ces images travaillent toujours avec cet écrit. Comme le créateur le désire.
Car ces livres sont des créations, jamais des recueils d'images ou d'écrits. Ce sont des oeuvres faites avec des images & des mots.
Et ce, dans la logique de RETINA.International - Recherches Esthétiques & Théorétiques sur les Images Nouvelles & Anciennes

J'aurais temps aimé. Aux frontières d'Argenton

 

Livre de Bernard Koest

Et si notre vie ne consistait à rien d'autre qu'à l'écrire ? Il suffirait de se retourner, de retourner dans son pays natal, où peut-être n'est-on même pas né, et voici alors que nous pourrions le choisir. La frontière entre temps et espace peut s'ouvrir pour peu que l'on y dérive, que l'on associe nos lieux avec nos images. L'auteur est artiste plasticien et photographe. Ses recherches sur les questions de la référence en photographie le consuisent à un important travail sur les frontières entre expérience personnelle et transmission artistique.

Frontières, limbes & milieux

 

Livre d'Eric Bonnet

Notre mobilité dessine des parcours, des temporalités, un départ et un retour, une topographie et une géographie où se mêlent l'extérieur et l'intime. Seuils et frontières, limbes, milieux et demeures, tels sont quelques-uns des territoires géopoétiques, géoartistiques et géoimaginaires que rencontre le promeneur dans ses espaces. Il peut alors en concevoir la cartographie. Riche de ses illustrations couleur, il ne s'agit pas ici d'un agrégat d'images ni d'un recueil d'images, mais d'une oeuvre faite avec des images et des mots.

Les frontières de l'extériorité - Journal de recherche, 2015

 

Livre de Gilles Picarel

Cette création est le résultat d'un projet photographique, Refuge, mené à Montpellier auprès de jeunes homosexuels victimes de l'exclusion. La photographie y est interrogée dans sa dimension à la fois sociale et artistique. Mon ambition était de travailler à partir d'une idée de l'identité individuelle comme une construction en mouvement permanent. Cette proposition artistique est également le point de départ d'une réflexion plus large sur la différence, l'altérité et l'extériorité. (Photographies en couleur).

Les Fragments de l’amour

 

Du 8 décembre 2015 au 12 mars 2016 - Centre d’art contemporain d’Alfortville - 9, rue Traversière 94140 Alfortville

Une exposition de Léa Bismuth avec Charbel-joseph H. Boutros, Anne-Lise Broyer, Julien Crépieux, Mathilde Denize, Emma Dusong, Mounir Fatmi, Hervé Guibert, Axel Pahlavi, Javier Pérez, Alix Cléo Roubaud, Stéphanie Saadé, Dorothée Smith, Agnès Thurnauer, João Vilhena.

FragmentsDeLamourFragmentsDeLamour [1.828 Kb]

Jane Evelyn Atwood / Christine Delory-Momberger

 

Séance de signature le samedi 14 novembre 2015 - Rejoignez-nous au Grand Palais - Stand EE16 - Paris

Deux voix, deux personnes qui se rencontrent, qui s’entretiennent, qui se connaissent depuis longtemps. Jane Evelyn Atwood, photographe américaine et Christine Delory-Momberger, universitaire, auteur de nombreux entretiens avec des photographes, dont Antoine d’Agata.