Photographie

Autour de la photographie

avec des livres, des annonces d'expos, des photographies, des textes, des réunions...

Rencontre / conférence autour des livres d'Alejandro Erbetta

 

Le 12 septembre 2019 À 19H  à  la Maison de l’Amérique latine - 217, BD SAINT-GERMAIN - 75007 PARIS

Avec l'auteur et François Soulages et Christine Delory-Momberger. 

Photographie & (re)construction d'histoires et Pour une poétique de la mémoire. Photographie, littérature & cinéma, publiés par Éditions L'Harmattan, Coll. Eidos, série Photographie. 

Dans une époque qui manifeste une exacerbation de la représentation de soi (à travers les réseaux sociaux notamment), cette conférence propose à travers la présentation des livres « Photographie & (re)construction d'histoires » et « Pour une poétique de la mémoire. Photographie, littérature & cinéma » une réflexion sur la mémoire et la reconstruction d'histoires dans les pratiques artistiques. Dans ce type de démarches rétrospectives qui ré-interprètent le passé, les artistes travaillent à partir des traces matérielles et mnésiques, telles les images d'albums de famille, les archives, les documents ou les témoignages. Mêlant des univers esthétiques différents dans une nouvelle unité, ils font coexister leurs propres images avec des sources existantes, des vies disparues avec leurs propres existences. Leurs œuvres deviennent alors une recréation artistique et postulent un espace narratif singulier qui évoque une poétique de la mémoire. Partielles et fragmentaires, elles donnent à voir un récit re-configuré par l'imaginaire et le montage. Quelle relation établir ainsi entre mémoire, reconstruction et identité, entre histoire individuelle et histoire collective ? Et si le passé est métamorphosé, comment le reconstruire ?

Photographie & (re)construction d'histoires

 

Livre d'Alejandro Erbetta

Dans les démarches rétrospectives qui réinterprètent le passé, les artistes travaillent à partir des traces matérielles et mnésiques, telles que les images d'albums de famille, les archives, les documents ou les témoignages. Leurs oeuvres deviennent une recréation artistique, et postulent un espace narratif singulier qui évoque une poétique de la mémoire. Partielles et fragmentaires, elles donnent à voir un récit reconfiguré par l'imaginaire et le montage. Mais peut-on reconstruire une histoire fragmentée et dispersée par le montage ? Comment remplir les vides ? En quoi et pourquoi la photographie peut-elle jouer un rôle important entre passé et présent ? Quelles relations établir entre mémoire, reconstruction et identité, entre histoires individuelle et collective ?

Exils / Réminiscences

 

Du 14 mai au 18 juin 2019 du mardi au samedi, de 11h à 19h, l'exposition EXILS / REMINISCENCES sera présentée à la Nouvelle Chambre claire - 3 rue d’Arras 75005 Paris

La trilogie EXILS / REMINISCENCES évoque une histoire familiale d’émigrations sur quatre générations. La France, l’Allemagne et l’Italie, tour à tour pays d’exils, se croisent et se confondent dans des séries d’images mêlant passé et présent, imaginaire et réminiscences. Christine Delory-Momberger fouille chaque image, la photographiant et la re-photographiant dans une incessante quête, tentant ainsi de traverser sa surface pour faire apparaître l’enfoui d’une histoire individuelle et collective. Des visages affleurent, des silhouettes se profilent, des paysages apparaissent, et de nouvelles images s’assemblent, traversées par une violence sourde, formant une histoire incertaine, hantée, qu’elle fait sienne.
Cette trilogie se compose de trois parties/chapitres
- tendre les bras au-dessus des abîmes
- dans le souffle du labyrinthe
- des disparus des vivants

Comment le monde m’affecte et comment j’affecte le monde

 

Le 23 mars 2019 (14h-21h30) - Le Vent se lève ! Tiers-Lieu d’art et de culture - 181, avenue Jean Jaurès. 75019-Paris  

Des interventions, des projections et exposition d’images, des atelier livres d’artiste / leporello , accompagnement musical, atelier de création partagée  

Notre recherche-création-formation vise à l’exploration de la notion d’« automédialité » en tant que voie signifiante de médiation, d’invention, de mise en figures de soi par l’expérience de création. La notion d’automédialité appelle à reconnaître la spécificité et la dimension constitutive du médium dans les processus de subjectivation et de biographisation, en prenant en compte l’interaction du médium, de la réflexion subjective et du travail sur soi dans des pratiques artistiques. Nous interrogeons les processus automédiaux selon lesquels peut se constituer notre exister comme présence et rapport au monde, en y reconnaissant un double mouvement d’affectation : « Comment le monde m’affecte et comment j’affecte le monde ».

Concernant le medium iconique, le geste de l’automédialité est une performance réalisée dans les espaces du sensible de l’image. Opérant un travail sur les formes du visible, il « met à jour » les choses et les êtres, produisant pour le créateur et pour le regardeur des effets biographiques de connaissance et de savoir, de pensée et d’émotion, de mémoire et de réflexion sur une histoire personnelle et/ou collective.

Carte blanche à Christine Delory-Momberger

 

La photographie, une épreuve de soi à travers le temps, la mémoire, l’Histoire Pour cette première carte blanche, notre invitée de la semaine, Christine Delory-Momberger nous parle de sa pratique photographique et notamment de son premier travail « EXILS / REMINISCENCES », réalisé sous la forme d’une trilogie à bientôt paraître aux éditions Arnaud Bizalion… Faire des livres d’entretiens avec des photographes
Pour cette seconde carte blanche, notre invitée de la semaine, Christine Delory-Momberger nous parle de son projet d’édition d’entretiens avec des photographes. Deux ont déjà vu le jour, avec Antoine d’Agata et Jane Evelyn Atwood, deux autres consacrés à Klavdij Sluban et Stéphane Duroy sont en cours…  Un espace de création partagée au cœur du 19ème arrondissement de Paris – Le Vent se lève ! Tiers lieu
Pour cette troisième carte blanche, notre invitée de la semaine, Christine Delory-Momberger nous parle d’un lieu qui lui est cher et dans lequel elle est actuellement en résidence artistique : Le Vent se lève ! C’est un « tiers-lieu » qui a pris à cœur – et en a fait son projet politique – d’ouvrir un espace pérenne de création partagée, « un lieu d’art rassemblant tous ceux qui désirent s’engager dans un travail de création, artistes de toutes sortes comme d’aucune ». Philippe Bazin & Christiane Vollaire, la photographie documentaire autrement
Pour cette dernière carte blanche, notre invitée de la semaine, Christine Delory-Momberger, nous parle de la démarche éclairée de Philippe Bazin, photographe, et Christiane Vollaire, philosophe, qui mènent tous deux et ensemble depuis presqu’une décennie un travail sur les terrains de la migration et de l’exil.

Dans le souffle du labyrinthe

 

Exposition de Christine Delory-Momberger du 22 mai au 30 juin 2018

Du mardi au vendredi de 12h à 18h Samedi de 17h à 21h Fermé les dimanche et lundi sauf le 18 juin - ANIS GRAS - 55, avenue Laplace - 94110 ARCUEIL

Dans le souffle du labyrinthe est la traversée d’une histoire d’exil sur trois générations, de passages de frontières, de revivance d’un passé familial que je n’ai pas vécu mais dont je porte la trace, d’éruptions d’émotions et de la présence d’une violence sourde en lien avec l’Histoire. Il est question de l’Italie, pays d’origine des migrations familiales, de l’Allemagne et de la France, devenus tout à tour mes deux pays d’exil.

Vernissage: Samedi 26 mai 2018

Festival Côté Court

Immanences

 

Du 15 juin au 13 juillet 2018 - Accueil de la MSH Paris Nord
Présentation des photographies du groupe de recherche de Christine Delory-Momberger & Anne-Sophie Jurion (Paris 13 Sorbonne Paris Cité)
Christine Delory-Momberger, Cécile Offroy, Laure Pubert, Vanessa Buhrig, Florence Cardenti.
L’automédialité est une pratique culturelle et médiale par laquelle l’expression de soi prend forme par le biais d’un ou plusieurs médiums. On accorde alors une attention particulière au médium choisi car il est déterminé par l’expression de soi et la détermine aussi en la maintenant dans une ouverture toujours possible de sens.

SUR LE TERRAIN : philosophie et photographie

 

Une rencontre-débat le 2 juin 2018 (9h30-12h30), Le Vent Se Lève ! Tiers-lieu - 181, av. Jean Jaurès 75019-Paris - Métro : Ourcq 

A l’occasion de la parution de deux livres aux éditions Créaphis

* Christiane Vollaire. Pour une Philosophie de terrain

* Philippe Bazin. Pour une Photographie documentaire critique.

Zahia Rahmani en fait la présentation et la discussion avec les deux auteurs, ouvrant au débat.

Exils / Réminiscences - Photographies

 

Le 10 février 2018 (14h-17h) au « Le Vent Se Lève ! Tiers-lieu » - 181, av. Jean Jaurès 75019-Paris - Métro : Ourcq

Un atelier de création partagée
« La criée citoyenne »Les mouvements de l’Histoire bouleversent les géographies personnelles, familiales et nationales. Des déplacements forcés, des migrations, des mobilités multiples amènent les personnes à se recréer des vies dans de nouveaux territoires. Comment se garde la mémoire des visages, des lieux, des événements lorsque leurs souvenirs deviennent de plus en plus imprécis au fil du temps ? Veut-on même garder la mémoire de ce dont on est maintenant déliés ? Comment vivent les générations suivantes avec des mémoires tronquées ou effacées ? Et comment dans ce diffus de la mémoire certaines situations d’exil deviennent-elles des "exils-à-vie" ?

Deux photographes, Christine Delory-Momberger et Alejandro Erbetta mènent un travail photographique autour de l’exil et mettent à l’épreuve le souvenir et la trace pour faire émerger un passé familial recomposé qui prend les formes que font advenir les images. C’est une mémoire au présent qui leur fait créer leur territoire imaginaire où se rejoignent histoire personnelle et histoire collective.

Cet atelier de création partagée propose une rencontre avec les deux photographes qui présenteront leur travail avec une exposition photographique et sous forme d’une performance. Elle sera suivie ensuite d’un moment où chacune des personnes participant à l’atelier pourra se saisir d’une ou plusieurs de leurs images et déployer une parole personnelle en l’associant à des moments de son histoire….

Réservation obligatoire auprès de dizerboanne@sujetdanslacite.org

HORS L’INTIME : Sur le travail photographique de Christine Delory-Momberger

 

Un article de Christiane Vollaire, décembre 2017

Christine Delory-Momberger, comme chercheure et comme enseignante, travaille le champ des subjectivités, dans ce qui les croise et peut les construire dans un espace commun. C’est l’objet même du Sujet dans la Cité, revue de recherche biographique qu’elle a créée en 2010, et qui conjugue réflexion socio-politique, questionnements éducatifs et problématiques des représentations, abordant aussi bien la question de l’enseignement que celle des migrations, pour faire place à la parole des sujets. Ce « faire place » est la condition d’une reconnaissance, mais il ne rend pas pour autant le sujet transparent. Il génère au contraire la présentation du mystère dans l’espace public, qui fait obstacle à son élucidation. Et ce qu’on appelle autobiographie est bien davantage la présentation d’une énigme que l’acte de sa résolution.

L’archive, qui tente de remonter vers des moments originaires, est par excellence le lieu du mystère. Elle peut être dépouillée, interprétée, elle peut devenir éclairante. Mais elle ne sera jamais élucidée. C’est cette distance entre l’éclairant et l’élucidé que Christine Delory-Momberger explore dans ...

La revue femmes PHOTO graphes n°3

 

A propos de la revue N°3

"Le territoire est une poupée gigogne : il a plusieurs échelles, du coin de la rue au monde globalisé. Il peut être matériel ou immatériel. Il est parfois circonscrit, parfois étendu. Il peut être imperméable et autarcique, poreux et interdépendant. Un territoire compte autant de descriptions qu'il y a de points de vue. Ce qui le caractérise est d'être habité et revendiqué, il est défini par ceux qui déclarent en être ou cherchent à en être." (Nicolas Laurent)

Fondée en 2016, l’association femmesPHOTOgraphes a pour objectif de proposer une alternative au manque de visibilité de la photographie pratiquée par les femmes.

FemmesPHOTOgraphes, c’est à la fois une plateforme en ligne, une revue photographique semestrielle, et un ensemble d’outils de diffusion favorisant l’accès et la reflexion autours du travail de femmes photographes.

Deux rendez-vous :

Mardi 12 décembre à 20h à la librairie l’Atelier -(2 bis rue du Jourdain, métro Jourdain ligne 11)

Jeudi 21 décembre à 19h à la librairie Violette and Co(102 rue de Charonne, métro Charonne, ligne 9)

 

Enseignez à vivre

 

Le 30 novembre 2017 à 18h00, à la mairie du 13è arrondissement de Paris - 1 place d'Italie 75013 Paris

Le Pôle innovant lycéen organise le 30 novembre une avant première du film Enseignez à vivre et une exposition de photos à Paris à la mairie du 13e... L'occasion aussi d'échanger sur la situation d'une structure historique de raccrochage scolaire en grand danger.

L'exposition de photos de Laurent Hazgui "PORTRAITS DE PROJETS PROFESSIONNELS ET UNE ANNÉE AU PÔLE INNOVANT LYCÉEN" se tient du 27/11 au 1/12/2017. Vernissage le 30 novembre à 18h00.

EnseignezAvivreEnseignezAvivre [714 Kb]

FemmesPHOTOSgraphes

 

Le numéro 2 de la revue est paru.

A propos de la revue n°2

Elles sont photographes. Elles déploient leurs images, leurs pratiques et conversations dans une revue conçue comme un espace de visibilité de femmes artistes.

En guise de fil rouge de ce deuxième numéro, elles ont choisi “ l’altérité ”.

Cette revue n°2 rassemble les travaux et conversations de : Héloïse Berns / Khanh Dang-Tran / Christine Delory Momberger / Isabelle Gressier / Camille Léage / Kim Lan Nguyên Thi / Irène Jonas / Maud Veith / Ania Winkler.

Au fil des pages de la revue, les personnes représentées et saisies par l’objectif sont très diverses : amis tsiganes, passagers anonymes du métro ou d’une ligne de bus parisien, jeunes autistes, personnes trans, carnavaliers, sœurs jumelles, ouvriers de chantier naval...

Photographie et extériorité

 

Livre sous la direction de François Soulages & Gilles Picarel  

Qu’est-ce que l’extériorité ? En quoi convoque-t-elle notre rapport au monde et notre obligation de penser ? Pourquoi l’être serait-il extériorité ? Autant de réflexions auxquelles sont confrontés les philosophes et tout homme, et en particulier les artistes qui peuvent mettre au cœur de leurs pratiques cette interrogation. Et tout spécialement les photographes. Car qu’en est-il des relations qu’entretiennent avec l’extériorité la photographie sans-art et les photographies faites dans un horizon de l’art ?
Cela nous apprend-il quelque chose de plus sur l’extériorité ? Ou sur la photographie ? En tout cas, la problématique de l’extériorité nous oblige à repenser les liens que la photographie peut nouer avec l’invisible et le visible, avec l’étrangeté et l’altérité qui est radicalement différente de l’extériorité, avec la distance et la proximité, avec la transparence et l’obstacle, etc.

 

Tendre les bras au-dessus des abîmes

 

Une exposition de photos de Christine Delory-Momberger du 17 au 22 octobre 2017, Galerie B&B, 6 bis rue des Récollets - 75010 Paris - du mardi au vendredi de 15h à 20h, samedi de 10h à 20h et dimanche de 10h à 18h

Présentation :

« Cette série, envisagée comme une archéologie de soi par l’image, fait se rejoindre histoire personnelle, histoire familiale et histoire collective à travers quatre générations.

Elle part d’une photographie de famille retrouvée que j’interroge pour donner vie aux personnages de l’image. Pour cela, je fais de mon appareil photographique l’instrument d’un travail de fouille en explorant de façon répétée des parties des images. Les nouvelles images produites s’inscrivent ainsi dans l’actualité d’une expérience qui provoque l’émergence de souvenirs oubliés, d’associations inattendues, d’agencements avec des photographies actuelles. Les images qui émergent deviennent chacune à leur tour et toutes ensemble des éléments tangibles d’une histoire que viennent traverser des fantômes du passé, la signant d’une saignée de l’âme. » Christine Delory-Momberger

 

Rencontre avec Christine Delory-Momberger en conversation avec Gérard Gromer «Quand l’image fait mémoire» : Jeudi 19 octobre, à 19h

Femmes Photographes

 

EXPOSITION du mardi 18 avril au dimanche 23 avril 2017.

VERNISSAGE/PRÉSENTATION de la revue le mercredi 19 avril 2017 à partir de 18h30.  

L’association est née en 2016, avec l’envie de promouvoir les travaux photographiques produits par les femmes. Un engagement empreint d’altérité et d’intersubjectivité, une mutualisation qui amène à une diversité de regards.

Les Machines et les Coupes

 

Du 4 février au 28 février 2017 - Vernissage le dimanche 19 février à 15h

Une exposition des photographies de Philippe Bazin - A b é ï c i t é - 8 rue de l’Abbaye, 58800 Corbigny -03 86 20 22 78

Rencontre avec Philippe Bazin et Christiane Vollaire

Les Machines (2014) : Une résidence à Amilly durant l'été 2014 m'a donné l'occasion de revenir sur la question de l'agriculture contemporaine. Loin des clichés passéistes, j'ai choisi de montrer les corps au travail, les matières, les machines, les paysages. Une quadrilogie qui impliquait pour moi autant de formes possibles, une grande liberté de ton soumise au plaisir des rencontres et des choses. Dans le paysage ainsi formé, la poussière d’un jour d’été monte et crée un nouvel espace incertain. Les machines produisent leur sillage dans les airs, leur propres traces dans la terre, et les hommes sont faits de cette double empreinte.

Les Coupes (2015) : présente la vie quotidienne d'une famille d'agriculteurs français en 2015, partagés entre monde moderne technologique et tradition immémoriale. Les machines se déploient partout, mais on tue encore les animaux de la basse-cour comme depuis toujours. Les machines passent alors au second plan, les corps des fermiers dominant tout l'espace du travail et le corps des bêtes. Une transmission permanente des gestes est à l'oeuvre. La beauté est dans tous les corps des hommes. Le corps des bêtes organise l’espace de travail.

Suites

 

Du 19 novembre au 11 décembre 2016, la galerie Résidence 87 présente l’exposition SUITES - 27 av Secrétan 75019 Paris
avec Kim lan Nguyên Thi et Isabelle Gressier, femmesPHOTOgraphes.
 

«Au départ il y a l'image. Evidée pour l'une, en attente d’un devenir pour l'autre. L’absence remplit l’espace, le temps est suspendu à l’instant.

Nous avons entrepris l’expérience de retranscrire ce temps qui devient autre, sa persistance, son mouvement, sa multiplicité.
Fragments de temps restitués, sortes de figurations aléatoires tracées sous la lampe de l’agrandisseur photographique, sous la main qui fabrique. La lumière y fait son travail de reconstitution de ce que pourrait être une image latente, une image qui demeure susceptible d’apparaître mais qui ne se fixe jamais.

Ces impressions sont des tentatives de passages dans les noirs et les blancs de la mémoire.»