Revue n° 1 - novembre 2010

ECOUTER LA SOUFFRANCE, ENTENDRE LA VIOLENCE

Depuis les années 1990 s’est développée une « sensibilité » collective à l’endroit de la souffrance d’origine sociale : de manière diffuse dans l’espace public, de manière plus précise et instrumentée dans différents secteurs de la vie sociale (action sociale, entreprise, « humanitaire », santé, formation), où se sont multipliés les lieux et les pratiques d’accueil et d’accompagnement faisant droit à la souffrance et à son écoute. Les dispositifs ainsi mis en place répondent à la reconnaissance institutionnelle de la souffrance comme symptôme individuel d’un mal-être social et, plus largement, comme indicateur de difficultés ou de contradictions structurelles dans l’organisation sociale et politique, affectant la « santé mentale » des personnes dans leurs rapports à elles-mêmes et à leurs environnements...

Le sommaire

Sommaire1Sommaire1 [16 Kb]

Des photos

 

Cliquer sur la photo pour voir l'album

 - LE SUJET DANS LA CITE

 

Pour commander